Et si l’été n’était pas placé sous le signe des robots géants et des scènes d’action virevoltante mais sous le signe de l’amour ?

Après le très beau New York Melody avec Keira Knightley et Mark Ruffalo devant la caméra de John Carner en salles fin juillet, la fin du mois d’août verra naitre la romance entre Ansel Elgort et Shailene Woodley (qui reviendra sur les écrans en octobre dans le nouveau Gregg Araki) d’après un bouquin au succès colossal : Nos Etoiles Contraires.

On va s’aimer ?

 

Ces dernières années, la littérature à destination des adolescents s’est révélée de plus en plus prolifique. D’un coté, les rayonnages des librairies se sont remplis de romans fantastiques mettant en scène pseudos vampires brillants, morts vivants amoureux ou personnages de science-fiction au destin hors du commun. Leurs adaptations à l’écran se sont souvent révélées bien décevantes. De l’autre coté, les bouquins dédiés aux histoires d’amour, eux, ont eu droit à de meilleurs films comme Le Monde de Charlie pour ne citer que l’un des plus réussis. Comme si les cinéastes prenaient plus de plaisir à raconter des histoires bien réelles et plus proches du public visé…

Le dernier en date s’appelle Nos Etoiles Contraires. Sorti en 2013 en France chez Nathan, il a eu rapidement droit à sa version cinéma, celle qui nous intéresse aujourd’hui, tellement rapidement que la Fox a acheté les droits à John Green quelques jours seulement après la sortie du roman. Le studio devait voir un sacré potentiel dans ce qui a été élu meilleur ouvrage de fiction en 2012 par le magazine Time. Et pour cause…

Le film, comme le livre, raconte l’histoire d’un couple d’adolescents. Ils vont se rencontrer, s’aimer, vivre intensément leur amour dans un monde qui parait idyllique. A un “petit” détail prêt : ils ont l’un comme l’autre le cancer. Et ils savent l’un comme l’autre qu’ils ne vont pas vivre très longtemps.
De fait, ce qui peut sembler être une histoire d’amour finalement assez banale ne l’est jamais puisque la Grande Faucheuse n’est jamais loin. A chaque instant, l’idylle peut s’interrompre et laisser place à la mort. Ca pourrait être vu comme quelque chose de tragique. Pourtant, le film de Josh Boone parvient à approcher le sujet avec beaucoup de légèreté, comme si ce n’était qu’un petit caillou dans une chaussure taillée pour la route. On a bien compris que c’était un sujet grave mais il n’y a pas de raison d’enfoncer le clou alors laissons vivre les personnages.

Et quels personnages ! La grande force du film repose sur Shailene Woodley, définitivement une actrice hors-pair faisant de bons choix de carrière et Ansel Elgort, vu aussi dans Divergente, beau mec ultra souriant qui n’est pas sans rappeler le Tom Cruise des débuts pour son coté lumineux et jovial. Oui, ils sont jeunes, beaux, flamboyants, drôles et caustiques, oui ils sonnent comme des clichés mais pourtant Hazel Grace et Augustus ont quelque chose d’universel qui nous renvoie à nous-même. On a tous en nous quelque chose d’eux et on a tous vécu ou voulu vivre au moins un bout de leur histoire. On finit, et il semble que ça soit volontaire, par oublier qu’ils sont malades de la même manière qu’on oublie le respirateur que Shailene Woodley porte pendant toute l’histoire. Tout est traité avec un naturel confondant.

Alors, certes, il y a des choses qui ne vont pas dans l’histoire à l’instar du personnage incarné par Willem Dafoe, trop négatif et trop sombre pour l’ambiance, et d’une scène assez étrange qu’on aurait aimé voir se dérouler ailleurs que dans le musée hollandais consacré à … Anne Frank. Et puis cette manie étrange qu’ont les Américains à se fréquenter longuement, très longuement, à se donner de multiples rendez-vous (les fameux “dates”) avant de décider de franchir le pas et se de lancer dans le grand bain…
Quelques petites fautes de gout parsèment donc Nos Etoiles Contraires mais on ne peut s’empêcher d’être emporté par la joie de vivre de ses héros qui paraissent si proches, un comble quand on sait comment ça va se finir. Et on tombe d’autant plus haut quand la Mort commencent à faire grincer les roues de sa charrette. Oui, on sait depuis le début qu’ils étaient condamnés, mais on ne peut s’empêcher de s’effondrer quand vient le moment tragique de la chute. Et elle est d’autant plus brutale. L’amour n’est pas plus fort que la mort et se le prendre frontalement fait beaucoup pleurer.

De prime abord, Nos Etoiles Contraires ressemble donc à une énième comédie romantique pour ado. Mais la finesse d’écriture de ses personnages et le naturel confondant de ses acteurs font qu’on ne peut que s’attacher à eux. Et à prendre de plein fouet la fin de ce Romeo & Juliette des temps modernes jusqu’à les voir partir dans les étoiles.

 

Nos Etoiles Contraires – Sortie le 20 août 2014
Réalisé par Josh Boone
Avec Shailene Woodley, Ansel Elgort, Nat Wolff
Hazel Grace et Gus sont deux adolescents hors-normes, partageant un humour ravageur et le mépris des conventions. Leur relation est elle-même inhabituelle, étant donné qu’ils se sont rencontrés et sont tombés amoureux lors d’un groupe de soutien pour les malades du cancer.

5 commentaires

  • Pauline C. jeudi 17 juillet 2014 22 h 43 min

    Alors oui. Mais quand-même, l’histoire et les personnages ont une ampleur tellement plus importantes dans le bouquin ! Le personnage de Dafoe y prend tout son sens et il y a beaucoup plus d’esprit et de philosophie.
    https://pushoconnor.wordpress.com/2014/07/17/the-fault-in-our-stars-la-vie-dhazel/

  • Marc vendredi 18 juillet 2014 9 h 31 min

    N’ayant pas lu le bouquin, comme tout un tas de spectateur, ce n’est pas bien grave.
    Et puis une adaptation doit fonctionner sans comparaison si elle est réussie, ce qui semble être le cas

  • Céline Online mardi 12 août 2014 23 h 13 min

    “Le Tom Cruise des débuts” : complètement !!
    Un film plein de fraîcheur qui nous fait retomber amoureux de la vie.

  • Trackback: CloneWeb » En bref…
  • armand dimanche 24 août 2014 19 h 02 min

    “N’ayant pas lu le bouquin, comme tout un tas de spectateur, ce n’est pas bien grave.
    Et puis une adaptation doit fonctionner sans comparaison si elle est réussie, ce qui semble être le cas”

    c’est drôle quand c’est un graphique novel ou un comic book le discours n’est pas le même (je parle bien sur de ceux que vous apprécier pas)

Ajoutez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.