La Folle Histoire de Max et Léon sort exceptionnellement dans les salles un mardi, le 1er novembre.

C’est un jour férié, pas toujours réjouissant. Vous prendrez donc bien une bonne tranche de rigolade par l’équipe du Palmashow ? C’est ce que vous propose le film de Jonathan Barré réunissant Grégoire Ludig et David Marsais avec Bernard Farcy ou Dominique Pinon…

 

LA CRITIQUE

Le Palmashow, c’est un duo d’humoristes -Grégoire Ludig et David Marsais- qui fait des bêtises sur la chaine C8 (ou Direct8 à l’époque) et sur Internet. A ce stade, il est important de vous préciser que l’auteur de ces lignes n’avait jamais vu un sketch d’eux avant de les découvrir sur grand écran. Oui, sur grand écran, parce que comme beaucoup d’humoristes, ils ont décidé de tenter leur chance au cinéma dans La Folle Histoire de Max et Léon, un titre qui sent bon le Mel Brooks.

Et comme beaucoup d’humoristes, leur passage vers le grand écran se fait dans la joie puisque “Max et Léon” a suffisamment de potentiel pour devenir aussi culte que la Cité de la Peur, le film de Les Nuls. Si si.

Parce qu’on peut rire de tout, le film s’ouvre sur des Nazis. ou plus précisément sur Grégoire et David portant des uniformes de SS. Ils sont de retour dans leur ville de Mâcon et vont devoir expliquer à un petit groupe d’habitants armés ce qu’ils foutent là et pourquoi dans cette tenue. On découvre alors, à travers de longs flashbacks qu’ils ont été enrôlés dans l’armée française en pleine Guerre Mondiale et contre leur gré. S’en suivront des péripéties suffisamment rocambolesques pour les faire croiser le Général de Gaulle à Londres et faire du chameau dans le désert syrien.

Derrière ce titre et ce pitch se cache d’abord un vrai film d’aventure à l’ancienne, rappelant à sa manière La Grande Vadrouille voire les Aventuriers de l’Arche Perdue. Quand beaucoup de comédies sont des prétextes à succession de sketchs, cette folle aventure a un vrai scénario qui tient la route. Certes, les évènements s’enchainent à cause du comportement absurde des deux abrutis qui font office de héros mais il y a derrière l’idée une vraie envie de raconter quelque chose, rendant notamment hommage à la résistance française. Certes, certaines séquences sont limitées par le budget et les moyens mis à disposition de l’équipe mais Jonathan Barré, le réalisateur et complice des deux humoristes, livre un film bien tourné et à la narration maitrisée.

Tout cela fait très sérieux. Ce n’est pas le cas du long-métrage qui a fait verser à votre serviteur un torrent de larmes de rire. Tout, absolument tout, est prétexte à une bonne blague, à une vanne bien écrite. Rien ne les arrête. Entre dialogues à potentiel culte, humour potache, séquences cartoonesques et guests en pagaille, il y en a pour tous les gouts. Alors, évidemment, si La Cité de la Peur et OSS117 Le Caire Nid d’Espions ne vous font pas rire du tout, vous pouvez arrêter là. Les autres finiront par avoir mal aux zygomatiques, surtout dans une dernière partie particulièrement mémorable (et une séquence -spoiler- où Max et Léon se retrouvent à chercher des idées marketings et autres slogans pour de la propagande nazie commandée par le gouvernement de Vichy).

Et comme une cerise sur le gâteau, non seulement Alice Vial est une vraie découverte, mais tout un tas de chouettes comédiens viennent faire une apparition dont Nicolas Marié, Christophe Lambert (!), Bruno Wolkowitch et sa grosse voix ou encore le toujours excellent Kyan Khojandi. Même Mr Poulpe s’offre le luxe d’être drôle. C’est dire !

La Folle Aventure de Max et Léon est une vraie réussite, confirmant le talent de la bande du Palmashow et offrant de vrais moments de cinéma. Une comédie qui fait du bien et qui sort à un moment où on a tous besoin de rire un grand coup et qui montre qu’on peut rire de tout quand c’est vraiment drôle.

La Folle Histoire de Max et Léon, de Jonathan Barré – Sortie le 1er novembre 2016

2 commentaires

  • breizh22 samedi 15 octobre 2016 15 h 22 min

    Excellent film vu en avant-première à Rennes le 6 octobre, je le recommande vivement. Je suis entièrement d’accord avec cette critique! Enfin une vraie comédie française qui ne doit rien aux grosses productions mièvres

  • Trackback: CloneWeb » Ces Jours qui Disparaissent : le prochain Jonathan Barré

Ajoutez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.