Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Critique : Star Wars The Bad Batch

Suite ou série dérivée de The Clone Wars, The Bad Batch suit un groupe de cinq soldats “clones” juste après les évènements de la Revanche des Sith. Le premier épisode a été diffusé ce 4 mai sur la plate-forme Disney+ et seize sont prévus au rythme de un par semaine. La critique qui suit contient quelques spoilers.

Episode 1

The Bad Batch. Si vous avez suivi la dernière saison de la série The Clone Wars (vous devriez), vous les connaissez déjà. Hunter, Wrecker, Tech, Crosshair et Echo. Cinq soldats clones particuliers, issus de manipulations génétiques qui ont renforcé certaines de leurs compétences militaires mais aussi chamboulé leurs personnalités.

Introduits dans The Clone Wars le temps de quelques épisodes où ils viennent en aide à Anakin, on les retrouve dans le premier épisode de leur série dédiée sur une planète enneigée venus aider une Jedi et son padawan Caleb (le futur Kanan de la série Rebels, on y reviendra). Mais nous sommes au moment où Palpatine prononce le fameux Ordre 66, et tout va basculer.

Tout va basculer aussi bien pour les Jedi que pour eux. Ils font partie des rares clones à ne pas être contrôlé par la puce censée les faire s’en prendre aux Jedis. Ils se retrouvent donc avec leur libre-arbitre. Tuer des humains avec qui ils ont partagé tant de combats ou pas ? Suivre les ordres du nouvel Empire ou se rebeller ?

De retour sur Kamino, ils vont croiser l’infâme Tarkin qui répond à une question qu’on s’est toujours posé. Pourquoi les clones ont été remplacés par de simples soldats, tous différents ? La série utilise cet angle pour montrer les changements dans la galaxie mais aussi pour renforcer les interrogations de nos cinq héros, auxquelles il faut ajouter la présence d’Omega, une jeune humaine dont l’origine est vaguement mystérieuse (mais elle est probablement la seule clone femme, ce qui renforce l’attachement de nos héros).

L’épisode, d’une durée de 70 minutes (!), est globalement réussi quoiqu’un peu didactique pour permettre aux spectateurs des seuls films de s’y retrouver. Dave Filoni, toujours aux manettes du projet, relie ses séries (Clone Wars, Rebels, même Rogue One et plus tard The Mandalorian) et s’offre le luxe de revenir sur les origines de Kanan, pourtant racontées un peu différemment dans un comics écrit par Greg Weissman. Comme ce n’est pas la première fois que l’univers Star Wars se contredit, on lui pardonne aisément.

Plus que la séquence de fusillade finale, ce qui va nous intéresser, c’est la suite. Pour une fois, on n’a pas idée de ce qui arrive aux personnages dans un futur “toujours en mouvement”.
Tout est donc permis.

Voir les commentairesFermer

3 Comments

  • par broack dincht
    Posté samedi 8 mai 2021 17 h 52 min 0Likes

    le grand balèze est insupportable, mais sinon, ça démarre plutôt bien

  • par broack dincht
    Posté samedi 8 mai 2021 17 h 57 min 0Likes

    petite correction concernant la gamine, elle n’est pas “probablement un clone”, il est clairement dit que ça en est une, la 5eme des clones deviants

  • par Marc
    Posté lundi 10 mai 2021 10 h 26 min 0Likes

    Je vais corriger ça. L’épisode 2 était bien creux, après un démarrage réussi.

Laisser un commentaire