Grosse ambiance hier soir à Paris pour l’avant-première de Spring Breakers, le film d’Harmony Korine.

Un public assez étonnant était venir remplir le Grand Rex : des gamines de 14-15 ans, fans d’High School Musical et des Sorciers de Waverly Place étaient venu hurler (littéralement) leur amour à Vanessa Hudgens et Selena Gomez mais aussi à Rachel Korine, Ashley Benson et au réalisateur Harmony Korine
Etonnant car le film n’est pas du tout pour adolescents : c’est un trip hallucinant, très sexy, assez hardcore et complétement destiné aux adultes. Pas étonnant que les avis à la sortie étaient plutot refroidis.

Mais avant la projection, l’ambiance était démentielle et les comédiennes ont été accueillis dans les cris telles des rock star. En voici la vidéo, tournée comme vous l’imaginez dans des conditions pas évidentes.

6 commentaires

  • Misutsu mardi 19 février 2013 10 h 59 min

    La question est, comment se fait-il qu’on laisse des gamines de 14 ans participer à la projection d’un film qui ne leur est pas destiné. J’aurais honte à la place des organisateurs, mais bon, je dois être trop rigide.

  • Marc mardi 19 février 2013 11 h 13 min

    L’organisateur, tant qu’il vend ses places…
    Ce qui me surprend, moi, c’est pourquoi les filles y vont : elles savaient au vu de la promo que c’était un film un peu costaud. Et pourquoi les parents accompagnent…

  • ChloeMoretzFr mardi 19 février 2013 12 h 02 min

    Aux USA il est rated R, en France il est seulement interdit aux -12 ans. J’imagine juste que c’était l’horreur d’être présent, en tout cas pour les oreilles… ^^

  • Paul mardi 19 février 2013 21 h 51 min

    Bah les filles vont voir du Selena Gomez et du Vanessa Hugdens, sans connaître le film, et que leurs parents savent ce que c’est (ou devrait l’être, sinon c’est vraiment irresponsable)

  • Trackback: CloneWeb » Spring Breakers : la conférence de presse
  • Trackback: CloneWeb » Demain c’est… mercredi 6 mars

Ajoutez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.