Qui dit film de fille dit critique féminine. Angéline est allée voir pour nous, et pour vous, une comédie romantique signée Nanette Burstein (dont c’est la première fiction) avec Justin Long et Drew Barrymore.
Et il semble que le genre récent, notamment grâce à 500 Jours Ensemble, cherche à se démarquer de ce qui a été fait par le passé (on pense notamment aux multiples films à l’eau de rose avec Meg Ryan).
Voici la critique de Trop Loin Pour Toi.

Trop Loin Pour Toi (Going the Distance) – Sortie le 29 septembre 2010
Réalisé par Nanette Burstein
Avec Justin Long, Drew Barrymore, Charlie Day
Erin et Garnett sont très bien ensemble, même quand ils ne le sont pas. Lorsqu’Erin, jeune étudiante en journalisme, part pour San Francisco terminer ses études ; son petit ami Garrett, jeune découvreur de talents musicaux, reste à Manhattan poursuivre ses ambitions dans l’attente d’une promotion qui lui a été promise. Grâce à la connexion d’une webcam et le programme miles “grand voyageur”, ils avancent tous deux leurs pions naviguant au travers des pièges et problèmes de communication de leur amour Est-Ouest, évitant les mauvais conseils d’amis et de certains prédateurs célibataires pour qui “je suis pris” n’est pas un obstacle. Mais, lorsque leur attente semble tirer à sa fin, Erin décroche le job de ses rêves en Californie, tandis que la carrière de Garrett s’emballe à New York. Les grandes retrouvailles tant attendues pourraient les séparer pour de bon…à moins que leur amour ne tienne bon.

Dans la collection “comédies romantiques” il y a de quoi faire, même si on n’a pas eu grand chose depuis le fameux “500 jours ensemble”.
Spécialisée dans le documentaire (American Teen), Nanette Burstein passe désormais derrière la caméra pour réaliser une fiction dans un contexte déjà bien rempli et dont il sera difficile de se démarquer. Elle réussit pourtant son pari.

C’est un joli duo que nous promet cette affiche : Drew Barrymore (E.T, Charlie’s Angel) et Justin Long (Jusqu’en enfer, Zack & Miri) en amoureux déchirés par les kilomètres qui les séparent.
C’est ce que certains appellent un « film de filles » et pourtant, les garçons y trouvent leur compte. Tout d’abord, la présence de Charlie Day (de la série It’s Always Sunny in Philadelphia) en colocataire déjanté permet à cette comédie romantique de perdre son étiquette : les deux acolytes de Justin Long enchaînent les blagues grivoises et bien qu’elles soient nombreuses, elles ne cessent de nous faire rire.

La partie purement romanesque du film ne devient pas « too-much » grâce aux interventions des deux comparses. Le film est alors divisé en deux : le côté romanesque et le côté sketch. Bien entendu, puisque celui-ci est classé « comédie romantique » on ne passe pas à côtés des scènes clichés du genre : les adieux à l’aéroport (la course de l’homme pour rattraper la fille, présente dans toute les bonnes comédies romantiques qui se respectent), les « je t’aime » pleins de passion, les scènes musicales retraçant les activités des amoureux… et j’en passe.

Encore une fois, Justin Long montre qu’il a tout d’un grand acteur (on pouvait déjà voir un aperçu dans Zack et Miri) et qu’il n’a pas toujours le même jeu niais et constamment idiot que certains autres de sa génération peuvent avoir (Brendan Fraser, si tu nous lis). Le charme et la vulgarité de Drew Barrymore (souvenez-vous des termes de Hugh Grant « une gueule d’ange avec un vocabulaire de camionneuse ») opèrent parfaitement bien et s’allient gentiment avec la naïveté de Garrett, rappelant parfois les querelles adolescentes.

Cela dit, la réalisatrice parvient à parodier quelque fois seulement (et c’est bien dommage) ces scènes stéréotypées, notamment celle du premier baiser où le colocataire fait résonner Take my breath away dans la chambre. Nanette Burstein effectue un travail honorable quoique tout à fait basique et ne se démarque pas comme l’avait pu faire Marc Webb et son 500 jours ensemble Ici on accumule les stock-shots gros comme des maisons (merci le Brooklyn Bridge) de New-York et de San Francisco, histoire de dire « regardez, on change de ville »

Le point négatif de ce film pourrait être sa mauvaise base chronologique qui nous perd entre les différents allers-retours entre San Fransisco et New York. Seules quelques indications annuelles apparaissent de temps en temps mais cela ne suffit pas : on est vite paumé !

En fait Trop Loin Pour Toi est un film justement dosé. Le sentimental n’occupe pas une trop grande place, tout comme l’humour un peu tordu. On ne tombe pas dans l’exagération. Donc bien évidemment cela reste tout de même une comédie romantique qui attirera sûrement plus de filles en salles que d’hommes. Mais messieurs, accompagnez vos dames, vous risquez d’être surpris, et cela balayera (peut être) vos idées préconçues sur ces « films de filles ».

– Angéline

Ajoutez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.