Une semaine que l’Etrange Festival bat son plein. Et malheureusement, plus que deux jours. Mais Jean-Victor ne faiblit pas et continue pour nous et pour vous de profiter au mieux du festival.

Pour ce Jeudi 13 Septembre, on retiendra plusieurs évènements : le remake du culte Histoire de fantômes chinois sorti en 1987 dont on vous avait déjà parlé ici et Samsara, la suite du déjà superbe Baraka, de Ron Fricke. Au programme également : The Second Death et Excision.

Demain, pour entamer le week-end, on vous parlera de Jan Kounen, et de loups-garous !

 

A Chinese Ghost Story (2012)
Réalisé par Wilson Yip
Un jeune percepteur se rend sur une vieille montagne qui domine un village n’ayant plus d’eau pour y chercher une nouvelle source. Contraint de passer la nuit dans le temple Lan Ro, il fait la connaissance de Nieh Hsiao Tsing ainsi que de Yin Chi Xia. Mais Hsiao Tsing est en réalité un esprit renard métamorphosé, obéissant à un démon maléfique…

Revenir sur ce remake de ce classique chinois n’est peut être pas indispensable après la critique de ce cher Marc mais pour ce que je peux rapidement en dire, moi qui était totalement vierge de la chose puisque je ne connais pas l’original, c’est que le tout n’est pas très folichon. Déjà parce que la lumière bizarre du film et sa texture d’image torturée dans tous les sens n’est pas du plus bel effet, d’autant que l’histoire n’a rien de passionnant et semble se dérouler en mode automatique sur des rails déjà bien usés.
Et si certains combats relèvent un peu l’intérêt, les effets spéciaux bien moisis et ce sens de la dramaturgie exacerbée donnent un caractère à côté de la plaque à cette production qui semble livrer un hommage constamment foireux. C’était peut être mieux pour moi de ne pas avoir vu l’original avant…

 

The Second Death (2011)
Réalisé par Santiago Fernandez Calvete
Alba Aiello, une jeune détective, débarque dans une petite bourgade trop calme pour ne pas être louche. Quand des corps calcinés sont retrouvés dans un champ, elle ouvre une enquête avec l’aide d’un assistant qui ne la laisse pas insensible. Les pistes ne mènent nulle part jusqu’à ce qu’un garçon se revendiquant magicien affirme avoir le pouvoir de voir le passé des gens en touchant leurs photos…

Vous connaissez ces films au rythme posé, très posé, un peu trop même, qui semblent enfin démarrer à 5 minutes du générique de fin ? The Second Death fait partie de cette école. Avec son enquête sur des meurtres surnaturels au fin fond d’une Argentine grisâtre et morose, ce long métrage affiche des choix esthétiques plutôt pertinents et installe une ambiance qui demandait à être creusée par un scénario hélas trop lent et qui ne décolle jamais. Enfin si, au moment de la conclusion, ce qui est un peu dérangeant, vous en conviendrez.

 

Samsara (2011) – CloneWeb Approved
Réalisé par Ron Fricke
“Samsara” est un mot tibétain qui signifie “la roue de la vie”, un concept à la fois intime et vaste, qui définit l’âme de chacun.

Presque 20 ans après le légendaire Baraka, Ron Fricke remet les pendules à l’heure. Comme son ainé, ce Samsara a pris plusieurs années de tournage, dans une vingtaine de pays, dans un format 70mm luxueux, avec des bras et des contrôles de caméras motorisés mis au point spécialement pour l’occasion. Comme son ainé, Samsara est une invitation à un voyage unique, donnant à voir le monde sous toutes ses coutûres, dans leurs plus belles finesses et leurs plus monstrueuses horreurs. Comme son ainé, Samsara est un moment de cinéma absolu, l’absence totale de dialogue ou de texte n’empêchant en rien une narration construite uniquement sur un langage cinématographique pur et universel, uniquement constitué d’images, de sons et de musique. Comme son ainé, Samsara transcende le spectateur et le fait passer par une série d’émotions et de sensations d’une richesse infinie, l’émerveillement procuré par certains paysages et la beauté des images s’entrechoquant avec une réalité terrifiante, le spectateur passant aussi bien par des instants d’hallucination totale que par des angoisses extrêmes.
Comme son ainé, Samsara donne à ressentir la planète et à en avoir un échantillon dense et unique, nous rappelant constamment notre place dans l’univers.
Enfin, comme son ainé, Samsara est un chef d’œuvre, tout simplement.

 

Excision (2012)
Réalisé par Richard Bates Jr.
Pauline est une adolescente légèrement dérangée qui a des fantasmes sexuels extrêmes impliquant des interventions chirurgicales. Les choses deviennent encore plus étranges quand elle décide d’effectuer une opération risquée sur sa jeune sœur qui souffre de fibrose kystique …

Difficile de sortir de l’extase pure d’un Samsara, et pourtant il fallait bien redescendre après une telle expérience. Autant dire que ça partait mal pour Excision donc, puisque nous n’avions plus du tout la tête à ça. Et pourtant.
Vilain petit canard de la famille et de son lycée, Pauline est une adolescente mal dans sa peau, dont la passion obsessionnelle pour l’organisme et la chirurgie n’est soutenue ou compris par personne. Et ce n’est pas avec la manifestation soudaine de ses hormones que les choses vont s’arranger. Sur le papier, on s’attendait à une comédie horrifique dans le style de Teeth, avec charcutage en règle de puceau libidineux tête à claques, mais Excision a peu à voir avec ça. Traitant son sujet bien plus sérieusement et dressant un portrait touchant d’une âme à fleur de peau incomprise, le film de Richard Bates Jr. fait autant penser à du Gregg Araki un peu gorasse sur les bords pour le mordant de certaines situations qu’a du John Hughes dans la manière avec laquelle il aborde cette période si délicate de l’adolescence. En résulte un film à la croisée des genres, dans lequel on a réussi à rentrer sans problème malgré le choc vécu juste avant. Et mine de rien, c’est le signe de sa réussite.

Ajoutez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.