Ce soir, dans une petite dizaine de grandes villes du monde, Sony organisait une preview en simultané d’une petite dizaines de minutes de The Amazing Spider-Man.

Nous avons d’abord vu un trailer en 3D, plutôt sombre, montrant de l’action et de jolis plans en relief. Le montage était rapide et favorisait l’homme araignée plutôt que Peter Parker. Je n’en dirai pas plus que la bande annonce sera en ligne ce mardi 7 février dans la matinée, et vous pourrez vous faire une idée par vous-même.

Mais il est clair que ce que vous verrez sera bien éloigné du résultat final. Nous avons en effet vu un montage de huit minutes qui n’avait pas la même tête…

Les 8 minutes diffusées étaient montées pour ne former qu’une sorte de bande annonce géante permettant au spectateur de se faire une idée de ce qui l’attend. Et quelle idée.

En voulant rebooter une fanchise qui n’en avait pas besoin, en confiant le travail au réalisateur d’une unique romance et de quelques clips, Sony s’est assis bien comme il faut sur le travail de Sam Raimi et a craché au visage du réalisateur. The Amazing Spider-Man semble être un blockbuster ultra formaté pour ados de 2012 et geeks décérébrés à qui on tente de faire oublier que l’affrontement Spidey-Doc Ock est une des meilleures scènes du cinéma super-héroïque jamais réalisée.

Le montage commence donc sur Peter Parker au lycée, sweat à capuche et skate dans le dos. Il tente de s’interposer entre Flash et un camarade et finit par se prendre une rouste au milieu de ses petits camarades.
Puis on voit Peter au lycée avec l’Oncle Ben qui vient lui faire la morale, oncle qui se permet alors que Gwen Stacy apparait en arrière plan de faire une vanne sur la future petite amie de son neveu. L’oncle Ben. Une vanne. Heureusement qu’il y avait du Coldplay en fond sonore..
Peter est ensuite chez lui, il met la main sur une valise contenant des documents montrant que ses parents ont sans doute travaillés chez Oscorp, ou du moins son père. Peut-être sur les araignées ? C’est du moins ce que laisse penser un flashback en noir et black, rappelant Batman Begins, dans lequel on aperçoit brièvement une petite arachnide sous un globe de verre. Sans déconner ? L’araignée mutante était donc le fruit du travail des parents ?
Peter est ensuite chez Oscorp où il fait la connaissance d’un scientifique, Curt Connors futur Lézard. Il y découvrira une salle pleine d’araignées. Cut et on retrouve le jeune garçon tentant de se démerder avec un pseudo équipement et de tenter de grimper au mur.
Tout ça ne vous rappelle rien ? Ah ben si, le Spider-Man de Raimi. Le discours moraliste de Ben Parker qui s’en suit ainsi que la séquence où Spidey dit qu’il doit détruire le méchant “qu’il a fait” n’en sont que la confirmation : on veut nous vendre une histoire jamais racontée mais nous sommes bel et bien dans le remake pur jus.
Identique donc mais un peu différent. Spider-Man est également ici pourchassé par la police, comme le Batman de Nolan et il a des lances toiles qui s’illumine dans il les utilise. Mais sinon, c’est bien un film sans aucune originalité qui nous est proposé.

Si on ajoute à cela quelques passages actions assez illisibles, l’Araignée qui fait des vannes pitoyables aux voyoux qu’il s’apprêtent à tabasser en boxant de la toile (vous avez bien lu), on est en droit de se demander ce qu’on nous sert.

A mi-chemin entre action-dark-tavu et comédie romantique, The Amazing Spider-Man confirme ce qu’on pensait de lui à travers ces 8 minutes. Il donne l’impression d’être un blockbuster formaté, filmé par un Yes Man à la merci d’un studio qui n’en a rien à foutre de son spectateur, le prenant même pour un idiot pendant la preview (certains plans étaient inachevés, du jamais vu pour une projection publique) et qui n’espère qu’une seule chose : remplir son tiroir caisse.

De là à penser que l’intégralité du métrage sera de la même teneur, il n’y a qu’un pas. Reste à voir le résultat final. Mais on est déjà mal barrés.

Critique éditée le 07/02 à 16h10

6 commentaires

  • Lest’ mardi 7 février 2012 1 h 13 min

    Ah ouais, fort quand même de déverser autant de haine sur 8 minutes de pellicule…

  • luciole mardi 7 février 2012 2 h 21 min

    faut être fort pour ne pas se rendre compte qu’il sagit tout simplement d’un avertissement, et que cette haine n’est qu’un retour négatif. Car oui, il arrive que des choses soit nul. Notamment lorsqu’il sagit d’une idée foireuse comme de rebooter une franchise pour des motifs gredins.

  • Spider-Man mardi 7 février 2012 8 h 59 min

    En même temps, personne n’oblige ceux qui ne sont pas intéressés pas le film à aller le voir. Restez chez vous regarder la trilogie de Raimi qui est très bien, pas la peine d’en dégouter les autres avec des “vomir” ou autres …

  • Trackback: CloneWeb » The Amazing Spider-Man : la bande annonce
  • Spider-Man mardi 7 février 2012 9 h 16 min

    @Luciole “Car oui, il arrive que des choses soit nul. Notamment lorsqu’il sagit d’une idée foireuse comme de rebooter une franchise pour des motifs gredins.”

    Ca s’est une spécialité des américains remake des films suédois Morse et millenium 2 ans après, remake d’infernal affairs pour les infiltrés 2 ans après.

    Et oui il arrive que ca soit nul et il arrive que ca soit bon …

  • Spider-Man mardi 7 février 2012 9 h 19 min

    De toute façon, le film divisera c’est sur entre les fans de la trilogie de Raimi, les fans de spiderman déçus par les films, il y en a certains …

Ajoutez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.