L’une des traditions du Festival d’Annecy est de proposer des “Work in Progress”, sortes de making of de films en cours de production. Les équipes viennent présenter leurs travaux qu’on espère voir ensuite l’année suivante.

Le premier à ouvrir le bal est The Breadwinner, que nous avions déjà évoqué il y a quelques jours à travers une interview de sa réalisatrice Nora Twomey.

L’idée d’adapter le livre est venue du producteur canadien Anthony Leo, qui a d’abord songé à en faire un film live dans l’esprit des Cerfs Volants de Kaboul pour ensuite se tourner vers l’animation et donc Cartoon Saloon. Le projet a ensuite pu se monter grâce à Angelina Jolie, qui a contribué à travers es actions caritatives à construire une école à Kaboul et à Malala Yousafzai, militante pour les droits des femmes et Prix Nobel de la Paix en 2014 qui a déclaré que le livre était son bouquin préféré.

La première question qui s’est posée en terme d’adaptation et de transposition à l’écran était de savoir comment rendre une histoire afghane universelle. Comment captiver l’attention de jeunes européens qui, pour caricaturer, glandent sur leur portable quand les petits afghans travaillent douze heures par jours. La réponse s’est trouvée dans des thèmes qu’on retrouve dans toutes les cultures : manger, se disputer entre frères et sœurs, vaincre sa timidité, s’assoir et regarder le monde ou encore trouver du réconfort dans un foyer.

Au delà, Nora et l’équipe en charge ont consulté bon nombre d’Afghans, notamment à travers l’association Afghan Women’s Organisation. C’était d’autant plus nécessaire qu’il n’était pas possible pour l’équipe technique de se déplacer à Kaboul et que les photos étaient interdites dans le pays à la fin des années 90 quand se déroule l’histoire. Il est donc compliqué d’avoir des documents iconographiques d’une ville alors ravagée par la guerre à 80%. Ils ont également travaillé avec l’aide du réalisateur irannien Reza Rihani qui a apporté son expertise et son talent au design des personnages.

Le film a demandé beaucoup de recherches pour trouver son style visuel. L’équipe de Cartoon Saloon est partie de concepts très artys pour finalement retenir quelque chose de plus réaliste. Ils ont aussi souhaité travailler les environnements pour les rendre le plus dynamique possible, pour donner de la profondeur et de la vie à ce qui entoure les personnages. The Breadwinner contiendra également des séquences ressemblant à des découpages en papier animé, véritable challenge pour l’équipe technique qui a réalisé ces séquences issues de l’imagination de la jeune Parvanna en animation.

Il ressortait de cette présentation une envie de faire du travail soigné, d’être le plus respectueux possible d’une culture et d’une population dont les animateurs, réalisateurs et producteurs sont naturellement éloignés.

On en verra le résultat final fin 2017 – début 2018.

Ajoutez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.