Chaque année, Disney et Pixar font l’événement à Annecy qu’ils considèrent comme le plus grand festival du film d’animation du monde.

Cette année n’est pas en reste puisque nous avons vu les premières images du Voyage d’Arlo, de Peter Sohn ainsi que le court-métrage qui l’accompagnera Sanjay’s Super Team.
On reviendra plus longuement sur le court riche de culture indienne en compagnie de son réalisateur mais nous pouvons déjà vous parler d’Arlo et de son camarade Spot.

 

Pixar a le secret pour réussir une présentation, en commençant par nous montrer une vidéo de la vie au studio en mode “on vous vend du rêve”. Et Peter Sohn a tenu à largement raconter son parcours (il a notamment travaillé sur Le Géant de Fer et les Indestructibles de Brad Bird puis sur Wall-E). Certes, ça nous mettait en condition niveau émotions mais ça n’a pas empêché le public venu en masse et tôt au petit matin d’être convaincu.

Il faut dire qu’une scène nous a particulièrement touchée, le genre de chose qu’on a l’habitude de voir chez Pixar certes, mais pas forcément avec un dinosaure et un petit garçon, une jolie séquence où les deux protagonistes communiquent sur leurs familles.

Le film va raconter comment les dinosaures, qui ont échappé à la comète qui est censée les détruire, vont évoluer. Et on va suivre en particulier le jeune Arlo, qui non content d’avoir perdu son papa, se retrouve très éloigné de chez lui après être tombé dans une rivière. Le pitch est donc classique puisqu’il va devoir faire tout un périple à travers les Rocheuses américaines où se déroule l’histoire pour rentrer dans sa famille d’agriculteur. En chemin, il croisera de nombreux dinos (dont des raptors !) mais surtout un petit garçon prénommé Spot et qui vit comme un sauvage.

Tout l’intérêt va reposer sur le duo qui est donc inversé puisque c’est le dinosaure qui se comporte comme un humain quand Spot se comporte, lui, comme un animal de compagnie (plutôt comme un chien mignon). Les scènes qui nous ont été montrées confirment que Pixar cherche une nouvelle fois à faire dans l’humour et l’émotion mélangées, rappelant à la fois Là Haut et le tout récent Vice Versa.

Ajoutez y de superbes paysages photo-réalistes (Pixar a manifestement franchi une nouvelle frontière en la matière, c’est absolument ahurissant) et vous tiendrez une très belle histoire parfaite pour les fêtes de fin d’année.

Après cette longue présentation, et après avoir vu Vice Versa, une chose est sûre : le film de Pete Docter n’est pas un dernier sursaut, le studio en a encore très sérieusement sous le capot.

Le Voyage d’Arlo

Ajoutez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.