A l’occasion de la sortie en salles de la nouvelle mouture des Tortues Ninja, Metropolitan ressort le film original de 1990 pour la première fois en blu-ray en France.

S’il n’a pas bénéficié d’une véritable restauration, ce qui se voit nettement entre grain à l’image et réducteur de bruit appliqué n’importe comment, le film bénéficie pour la première fois de son doublage original (avec notamment Emmanuel Jacomy, la voix de Superman dans la série d’animation, en Leonardo). Il était en effet vendu en DVD jusque là uniquement avec les voix québécoises.

Pour le distributeur français, c’est un prétexte purement mercantile de surfer sur la sortie du nouveau long-métrage en salles. Mais pour les fans de la franchise, c’est l’occasion de revenir près de 25 ans en arrière avec un certain plaisir.

Cowabunga !

 

A l’origine, les Tortues Ninja est un comic américain créé par Kevin Eastman et Peter Laird et paru en 1984. Brutale, en noir et blanc, elle se voulait une parodie de héros agissant la nuit à la manière de Daredevil. Le fameux clan des Foot, les ninjas emmenés par Shredder, est d’ailleurs une référence à “la Main” un groupe apparaissant dans les aventures de Matt Murdock.
Ce qui devait être un one-shot devient une série à succès, dont la popularité est renforcée par le dessin animé bien connu de 1986. La série d’animation, co-production française, posera d’ailleurs quelques bases qui seront reprises par la suite : les personnalités des Tortues commencent à être plus marquée, l’humour est plus présent et une dimension fantastique est ajoutée (avec le personnage de Krang et la Dimension X). Ainsi que les fameux bandeaux de couleurs. Il y aura quand même 193 épisodes, jusqu’en 1996.
Trois long-métrages sortiront pendant la diffusion, dont celui qui nous intéresse aujourd’hui. Reprenant des éléments de la série animée, ils n’en sont pas l’adaptation officielle.
La franchise sera maintenue en 97 avec une mauvaise série live qui ne durera pas longtemps et, après une pause, grâce à une nouvelle série animée plus proche de la bande dessinée. Diffusée de 2003 à 2009, elle cherchera plusieurs fois à se renouveller, notamment en envoyant les Tortues dans le futur (dans un environnement rappelant Batman Beyond) et en instaurant des combats dans un monde virtuel à la Tron.
Aujourd’hui, les Tortues sont toujours présentes sur le petit écran -désormais en 3D- dans une sympathique série qui parvient habilement à mêler de l’humour et de l’action, à viser aussi bien les plus jeunes que les ados. Hasard ou pas, le début de la troisième saison, reprend des éléments du film de 1990.

Au fil des années, les Tortues Ninja sont entrées dans l’inconscient collectif à la manière de Superman ou de Batman. Héros cultes, il était tout naturel pour eux d’envahir le grand écran, ce qui sera fait pour la première fois en 1990 sous la direction de Steve Barron.
Contrairement à la série animée, le film reprend l’origine des personnages du comic (Splinter est donc un rat qui apprend le karaté dans sa cage avant de rencontrer le mutagène). Il raconte comment New York se fait envahir par un gang de voleurs à la tire et comment un groupe de Tortues va mettre de l’ordre dans tout ça, non sans croiser une jeune journaliste sur leur route.

Véritable origin story, le film pose les bases de la mythologie des Tortues ainsi que celle d’April qui n’est qu’alors qu’une petite journaliste débutante. Les quatre héros ne sont pas aussi marqués que dans l’inconscient collectif actuel, même si Leonardo est toujours vu en leader. Michaelangelo, Donatello et Raphael sont traités avec une certaine égalité. L’ambiance de la série est bien présente et, bien que sentant fort les années 90, on est bien en terrain connu. Il faut ajouter à cela le personnage de Casey Jones (Elias Koteas, à l’affiche de la série actuelle Chicago PD), sur-développé par rapport à ce qu’on savait de la franchise, mais qui apporte un vent de fraicheur bien agréable.

L’une des grande réussite du film vient du travail effectué par Jim Henson et ses équipes. Les Tortues sont un mélange d’animatronique (surtout pour les mouvements de visages) et de cascadeurs en costumes. S’ils donnent l’impression d’être visuellement tassés sur eux-même, le créateur des Muppets parvient quand même à faire en sorte qu’elles soient crédibles. Les acteurs se battent en semblant à l’aise et les mouvements de visages sont aussi réalistes que possible pour des tortues. Qui plus est, Steve Barron filme correctement ses scènes d’action, suffisamment pour qu’on prenne du bon temps.

Le scénario, par contre, est bien à la traine. On a bien du mal à comprendre les motivations de chacun dans une histoire qui n’est finalement qu’un prétexte à introduire tout le monde. Quel est le véritable plan de Shredder si ce n’est faire voler des téléviseurs par des gamins ? Pourquoi les Tortues semblent d’un coup bien passives suite à la disparition de Splinter alors qu’elles pourraient tout mettre en branle pour le retrouver ? Tout ça n’est pas très clair. Et en plus, l’humour tombe le plus souvent à plat alors qu’il y avait un potentiel pour quelques punchlines bien senties.
Enfin, l’affrontement final -que ça soit dans mes souvenirs de salles de cinéma il y a 25 ans ou sur le blu-ray actuel, est toujours aussi frustrant. C’est d’autant plus dommage qu’il y avait là aussi la possibilité de faire quelque chose de grand, quand on voit comment sont faites toutes les scènes secondaires.

Tout n’est pas parfait dans cette adaptation des Tortues Ninja mais il faut lui reconnaitre un travail minutieux pour donner au film une ambiance, et des personnages plutôt soignés. On regrettera que la franchise n’ait pas cherché à faire mieux. On pouvait se dire qu’une fois les origines bien posées, il y avait un potentiel pour plusieurs suites hautes en couleurs. Qui se révéleront être de vraies déceptions. Mais on passe un vrai bon moment, pas prise de tête pour un sou, le genre à savourer avec une pizza.

 

Les Tortues Ninja – Sortie le 12 décembre 1990
Réalisé par Steve Barron
Avec Lee Josh Pais, David Forman, Michelan Sisti
Après un contact avec une mystérieuse substance chimique, quatre tortues vivant dans les canalisations new-yorkaises se transforment en tortues géantes. Formés par un vieux rat sage, Leonardo, Michaelangelo, Donatello et Raphael, par ailleurs amateurs de pizzas, apprennent les techniques des guerriers ninjas afin d’affronter le terrible Shredder dont le but avoué est d’asservir le monde.

1 commentaire

Ajoutez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.