Après Démineurs, on s’attendait à ce que Kathryn Bigelow s’intéresse à autre chose qu’à la guerre (ce qu’elle fera bientôt avec Sleeping Dogs). Mais la réalisatrice n’a pas pu s’empêcher de prolonger son sujet en s’attaquant à rien de moins que la traque et la mort d’Oussama Ben Laden dans un film qui a fait polémique aux USA notamment pour montrer ouvertement des scènes de tortures effectuées par des agents américains mais aussi parce qu’il aurait pu contribuer à la réélection de Barack Obama s’il était sorti quelques semaines plus tôt.

Le film arrive donc sur les écrans en ce début d’année, alors que le Président Américain a retrouvé la Maison Blanche pour un second mandat et cet, sans l’aide de l’ex-femme de James Cameron.

Reste maintenant à savoir si Kathryn Bigelow est aussi douée quand il s’agit de raconter une fiction que des faits historiques.

 

 

Zero Dark Thirty. Ou 30 minutes après minuit dans le jargon militaire. Soit l’heure à laquelle la mission destinée à capturer Oussama Ben Laden a commencé, presque dix ans après les attentats du 11 septembre qui changeront la face du monde.

Zero Dark Thirty ou la reconstitution minutieuse et particulièrement réussie d’une traque qui fut presque sans fin.

Quand Kathryn Bigelow s’est intéressée au chef d’Al Quaida, c’était à l’origine pour réaliser un film écrit par Mark Boal (Démineurs) sur l’échec de la mission. La pré-production avait à peine commencé que Ben Laden fut abattu. Bigelow et Boal se sont donc remis à l’écriture, faisant table rase de ce qui avait été préparé, ou presque. En effet, le scénariste et journaliste avait déjà pris des contacts au sein de l’armée américaine et ceux-ci ont tout autant pu resservir que le repérage qui avait commencé.
Mais ce qui devait être une ouvre de fiction s’est transformée par la force des choses en un film-reportage. Il fallait en effet que le film soit désormais conforme à la réalité. La réalisatrice a eu accès à de nombreux documents classés ainsi qu’à des enregistrements pour faire en sorte que son long métrage soit fidèle à ce qui s’est passé, en faisant prononcer à ses personnages des citations réelles et allant jusqu’à reproduire à l’identique la demeure dans laquelle Ben Laden se planquait, jusqu’à l’emplacement exact des meubles. Bigelow offre donc un récit du réel mais avec ses propres images, allant aussi jusqu’à reproduire certains incidents historiques comme l’attentat du bus de Londres de manière à ne pas avoir à utiliser d’images d’archives et en y ajoutant une dose de fiction.

La première force de Zero Dark Thirty est donc sa reconstitution minutieuse. L’autre est sa narration. Kathryn Bigelow offre 2h40 de spectacle pendant lesquelles on ne s’ennuie (presque) jamais -il y a peut-être dix minutes en trop. L’histoire a beau se dérouler sur plusieurs longues années, le spectateur ne voit pas le temps passer, notamment grâce au déroulement en flux tendu, se focalisant sur le personnage de Maya et sur son acharnement à arriver au bout de sa mission, sans temps mort, évitant de trop montrer que l’enquête fut longue si ce n’est à travers quelques repères temporels insérés à l’écran.
Parfaitement réalisé, offrant quelques plans assez fous, superbement éclairé notamment lors de la scène finale de l’assaut, le film est soutenu par Jessica Chastaing sans doute dans son meilleur rôle. La comédienne porte le film sur ses épaules et livre une prestation de haute volée, de jeune agent de la CIA qui évolue au fil des années, de la jeune femme frêle parachutée au Moyen Orient à celle qui tiendra tête au Secrétaire à la Défense à Washington. Accompagnée par des seconds rôles tout aussi bons (Jason Clarke notamment), sa ténacité et son charme font mouche de bout en bout.

Le film de l’ex-femme de James Cameron ne fait jamais dans la dentelle. Chargé de décrire les faits, il montre quand même l’usage de la torture tel que l’autorisait le gouvernement Bush à travers quelques scènes particulièrement difficiles (dont une faisant office d’ouverture du film) et finit par dire que la solution est ailleurs puisque c’est à travers d’autres méthodes que le personnage de Maya finit par obtenir ses infos (sans parler du fait que l’administration Obama a fait cesser ses pratiques brutales). Il n’y a donc pas de raison de polémiquer sur le sujet, juste de constater des faits sans doute avérés.
Il sera aussi intéressant de voir que le film, réalisé par une femme, est porté par une autre et que c’est donc une femme qui capture Ben Laden, un intégriste dont les pratiques le font considérer les personnages du sexe opposés comme des moins que rien.

La dernière demi-heure, très attendue, est à son tour un monument de reconstitution, taillée au cordeau. On en dira pas d’avantage.
Zero Dark Thirty est donc un film passionnant, maitrisé, minutieux et s’il était sorti quelques semaines auparavant il aurait tout simplement trouvé sa place dans le haut du des classements de l’année 2012. Sorti ni trop tôt ni trop tard, sans vouloir être politique ni racoleur, le film ne fait que relater des faits historiques. Et il le fait bien.

 

Zero Dark Thirty – Sortie le 23 janvier 2013
Réalisé par Kathryn Bigelow
Avec Jessica Chastain, Jason Clarke, Joel Edgerton
Le récit de la traque d’Oussama Ben Laden par une unité des forces spéciales américaines…

6 commentaires

  • Paul mercredi 16 janvier 2013 15 h 47 min

    Chastaing, Boal etc, ce sont vos favoris pour les Oscars?

  • Marc mercredi 16 janvier 2013 16 h 22 min

    Chastaing oui pour moi.
    Et Daniel Day Lewis chez les hommes

  • Martin J samedi 19 janvier 2013 17 h 38 min

    Chastain*

  • Martin J samedi 19 janvier 2013 17 h 44 min

    “(sans parler du fait que l’administration Obama a fait cesser ses pratiques brutales).”
    C’est absolument faux mais on sort du sujet, qui est le film.
    Je trouve également que cette phrase
    “Il sera aussi intéressant de voir que le film, réalisé par une femme, est porté par une autre et que c’est donc une femme qui capture Ben Laden, un intégriste dont les pratiques le font considérer les personnages du sexe opposés comme des moins que rien.” est hors de propos, réductrice et n’a pas sa place dans une critique de FILM. D’autant plus sur des évènements aussi marquants, récents et aussi… disons obscurs. Ou alors, on verse dans le politique et là si vous voulez on peut en parler sérieusement.

    Sinon, j’attend le film avec impatience.

  • Martin J jeudi 24 janvier 2013 20 h 12 min

    J’avais un autre commentaire qui a encore disparu

  • Trackback: CloneWeb » Demain c’est … mercredi 30 janvier

Ajoutez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.