Le planning des sorties de ce mercredi est conséquent : l’indispensable Parvana de Nora Twomey, Love Simon de Greg Berlanti mais aussi Tully de Jason Reitman, Pur-Sang avec Olivia Cooke et Anya Taylor-Joy (en sortie technique) ou la reprise de JSA Joint Security Area de Park Chan-Wook.

Mais Stephano Sollima est en embuscade avec la suite de Sicario.

LA CRITIQUE

En 2015, Denis Villeneuve sortait Sicario dans les salles. Le film écrit par Taylor Sheridan nous faisait plonger dans les cartels de la drogue à la frontière entre les Etats Unis et le Mexique. On y suivait une agente du FBI qui devait remettre ses convictions en cause dans un groupe d’intervention américain aux méthodes parfois illégales. Récompensé aux Oscars pour sa musique, sa photo et son montage, Sicario premier du nom peinait à décoller malgré un casting de haut vol. Heureusement, le réalisateur italien Stefano Sollima est venu prendre la relève.

Un temps sous-titré “Soldado”, ce second volet de la saga Sicario -toujours écrit par Sheridan- commence par un attentat sur le sol américain. On retrouve alors le personnage de Josh Brolin remontant la piste des terroristes. Cette piste, elle va le conduire à nouveau au Mexique. Et, lui qui aime les méthodes peu recommandables, suggère que les Américains enlève la jeune fille d’un baron de la drogue lié à l’explosion pour créer le chaos dans la région, obligeant le mafieux à sortir de sa réserve… Les choses ne se passeront pas comme il l’attendait.

Le premier Sicario se valait surtout pour sa tension, mais n’osait jamais tout faire péter. Stefano Sollima en a décidé autrement. Sa version de Sicario est un film d’action solide, très rythmé et particulièrement bourrin pour qui aime les fusillades. Le réalisateur de l’excellent ACAB sorti en 2012 ne prend aucun gant et met de coté toute tentative de psychologie pour montrer des mecs se pourchasser et se tirer dessus dans le désert mexicain. Mais on ne va pas s’en plaindre : cette fois, on en a pour notre argent. Si les techniques militaires, les gros guns et les militaires musclés vous font rêver vous êtes au bon endroit. On n’est pas loin de Call of Duty et autres jeux vidéo du même tonneau par moment.

Il faut néanmoins reconnaitre que l’écriture de Taylor Sheridan pêche par moments, le scénariste n’allant jamais au bout de ses idées. Chaque enjeu mis en place est vite désamorcé, parfois en une petite ligne de dialogue ridicule, pour partir dans une nouvelle direction. Certes, les personnages font des erreurs et le film joue beaucoup là dessus mais la promesse du début est vite mise de coté pour totalement autre chose, parfois de manière très prévisible (le jeune garçon qui aide à passer la frontière).

Mais ne boudons pas notre plaisir. Benicio del Toro et Josh Brolin sont badass à souhait, Isabela Moner découverte dans Transformers The Last Knight est désormais une actrice à suivre et Sollima fait un boulot de mise en scène parfois assez dingue (une séquence de fusillade entièrement filmée depuis l’habitacle d’une voiture est complétement dingue).

Si vous trouviez comme l’auteur de ces lignes que le film de Denis Villeneuve était un peu trop mollasson et que la franchise -qui s’offre une porte ouverte sur un troisième volet- méritait mieux, vous trouverez votre plaisir dans cette “Guerre des Cartels”. Et si Stefano Sollima va sans doute recevoir de nombreuses propositions américaines, peut-on d’ores et déjà suggérer José Padilha pour diriger l’hypothétique suite ?

Sicario la Guerre des Cartels – de Stefano Sollima – Sortie le 27 juin 2018

1 commentaire

  • broack dincht mardi 26 juin 2018 22 h 11 min

    je n’aurais pas imaginé une suite à sicario, ça ne s’y présentait pas trop. Je n’avais pas trouvé le film mauvais, mais je l’avais en effet trouvé très mou. Par contre mon plus gros soucis, c’était que l’héroine se faisait victimiser d’un bout à l’autre du film, baladée sans presque rien faire d’elle même; et qu’au final ses (2 je crois) seules actions personnelles se retournent contre elles et elle devait se faire sauver par d’autres

Ajoutez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.