Le Jim Carrey nouveau est arrivé ! Paradoxe étrange, c’est un film avec des pingouins et ayant donc tendance à plutôt évoquer le froid qui sortira en plein été.

Le film réalisé par Mark Waters met en scène Jim Carrey et Carla Gugino, qui reste charmante malgré un petit coup de vieux dans le Manhattan qui fait rêver. Celui où on vit dans de grands appartements en haut d’immenses immeubles, celui où tout le monde est riche et où on aime les endroits clichés de Central Park.

C’est dans cet univers qu’évole M. Popper. Et ses pingouins.

M. Popper et ses Pingouins – Sortie le 20 juillet 2011
Réalisé par Mark Waters
Avec Jim Carrey, Carla Gugino, Ophelia Lovibond
Enfant, Tommy Popper attendait impatiemment les occasions de parler par radio à son père, un explorateur toujours parti aux quatre coins du monde. Des années plus tard, Popper est devenu un brillant promoteur immobilier à Manhattan. Sa réussite lui a coûté son couple : divorcé d’Amanda, il ne voit plus ses enfants qu’un week-end sur deux. M. Popper mène une vie solitaire et luxueuse dans son appartement ultramoderne de Park Avenue, et il est sur le point de devenir un des associés de la prestigieuse firme qui l’emploie. Mais lorsqu’un matin, il reçoit l’ultime cadeau de son père décédé – un pingouin vivant, sa vie bascule. En cherchant à se débarrasser de l’animal, M. Popper va juste réussir à en récupérer cinq autres. Alors que les adorables bestioles transforment peu à peu son appartement en banquise, M. Popper voit sa vie déraper. Tout va y passer : le contrat de ses rêves, ses relations, sa vie. Mais grâce à six petits pingouins, M. Popper va découvrir que le bonheur peut aussi faire boule de neige…

Quand on jette un oeil à la filmographie de Jim Carrey, on se dit qu’elle était en train d’évoluer, de la comédie idiote au film un peu différent : Le Nombre 23 (pas terrible, certes, mais quand même), Eternal Sunshine of the Spotless Mind ou I Love You Philip Morris sont là pour étayer ma thèse.
Thèse désormais plombée par Mr Popper et ses Pingouins, puisque le comédien rendu célèbre par Ace Ventura (le film est sorti avant The Mask aux USA) revient aux origines : une comédie idiote avec des animaux.

Mr Popper est réalisé par Mark Waters, dont la filmo est bien diverse sans pour autant voler très haut : Lolita Malgré Moi, Hanté par ses Ex ou encore Les Chroniques de Spiderwick sont à son palmarès. Ici, Waters filme Carrey avec des pingouins dans un loft New Yorkais situé quelque part autour de Time Square. Il y incarne un spécialiste de l’immobilier qui se retrouve avec les animaux sur les bras.

Tout, mais alors absolument tout dans le film a déjà été vu ailleurs : le personnage beau gosse bien fringué qui a un poste classe, le challenge professionnel qui sera forcément perturbé par les animaux, le couple qui bat de l’aile (de pingouin, ah ah) et finit par se rabibocher, le fils aimant et la fille en pleine crise d’adolescence. A partir de là, une fois le décor planté, on peut aisément deviner la fin, qui sera bien entendu la plus classique du monde.

L’ennui est donc total ? Pas complétement, on rit un peu devant Mr Popper, mais pas toujours. D’abord, les pingouins -évidemment tous en 3D- sont très bien faits et parfois drôle. Quand à Jim Carrey, même si son rôle a été écrit avec les pieds (on se demande presque si certains passages bien faits ne sont pas de l’improvisation), ça reste Jim Carrey. Dans l’ensemble en fait, le début du film est plutôt réussi quand il découvre le premier animal et se retrouve bien en galère face à lui. Une fois que la 2e cargaison arrive, c’est une autre paire de manche. Le final, face à un méchant agent du zoo (évidemment) interprété par Clark “Agent Coulson” Gregg mérite qu’on se prenne la tête entre les mains.

Faut-il aller voir Mr Popper et ses Pingouins ? Je dirai : oui, si vous avez des enfants et qu’il passe dans une petite salle de Bretagne sur votre lieu de vacances. Uniquement dans ce cas.

1 commentaire

  • Joan vendredi 19 octobre 2012 20 h 58 min

    Non les pingouins sont quasi tous vrais ;)

Ajoutez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.