Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Critique : La 5ème Vague

Après avoir écumé la majorité des sagas pour jeunes adultes mettant en scène des créatures fantastiques, Hollywood se tourne désormais vers la science-fiction et le post apocalyptique.

L’excellente série The 100 (diffusée en France sur France 4) est le meilleur exemple de cette envie de studios de montrer des adolescents sur une planète en fin de vie. L’autre s’appelle La Cinquième Vague et est porté par Chloe Moretz…

 

LA CRITIQUE

Hollywood n’allait pas s’arrêter en si bon chemin. Après Twilight, Hunger Games, Divergent, 50 Shades of Grey, le Labyrinthe, Vampire Academy, Les Âmes Vagabondes, Mortal Instruments (la liste est VRAIMENT très longue), les adaptations en films des romans pour Young Adult ne fait que commencer. C’est donc tout naturellement qu’a été adapté La Cinquième Vague, premier tome d’une trilogie de bouquins de science-fiction, écrit par Rick Yancey.

L’histoire se passe dans un monde envahi par les extra-terrestres. Ils ont attaqué par vagues, la population de la Terre commence à être décimée. Tous attendent la cinquième vague en se demandant bien ce que ça va être. On y suit Cassie, une jeune de 16 ans qui essaie de sauver son frère, détenu dans un camps militaire pour former les enfants à la guerre. Elle fera la rencontre d’Evan Walker, un bellâtre mystérieux.

Absent des salles de cinéma depuis 2009, celui qui a eu la lourde tâche d’adapter cette merveille littéraire n’est autre que J.Blakeson, le réalisateur du très bon film La disparition d’Alice Creed. Il s’entoure de la (h)it-girl du moment, Chloë Grace Moretz, qui se voit elle-même accompagnée de Nick Robinson (Jurassic World) et Liev Schreiber. 

Force est de constater que Blakeson ne renouvelle pas son exploit d’Alice Creed puisque La Cinquième Vague est une véritable catastrophe. Si l’ouverture et le résumé des 4 vagues précédentes ne s’en sort pas trop mal, malgré des effets spéciaux assez laids et le même tsunami répété à l’écran depuis Le Jour d’Après. Mais c’est après que le bât blesse.

Mauvais gloubi-boulga entre Twilight, Hunger Games et la Guerre des Mondes, La Cinquième Vague ressemble un peu à tout ça, mais jamais en bien. De la jeune fille seule qui essaie de survivre dans les bois au triangle amoureux sur fond d’invasion alien, vous vous direz régulièrement devant le film “tiens, j’ai déjà vu ça quelque part”, pour peu que vous ayez vu le Spielberg juste avant (ou n’importe quel autre film d’invasion extra-terrestres). Le scénario est d’une débilité profonde, dénonçant faussement (jamais vraiment en fait) la suprématie américaine, l’armée, les enfants soldats, les technologies et les réseaux sociaux. Les rebondissements sont visibles à des kilomètres à la ronde, tout est absolument cousu de fil blanc La mise en scène est d’une platitude aberrante, si bien qu’on se demande où est passé le talent prometteur de Blakeson.

Chloë Moretz a déjà une carrière impressionnante du haut de ses 18 ans, et malgré quelques choix un peu discutables (If I Stay, Equalizer, Dark Shadows), elle a toujours su assurer devant la caméra. Il semblerait qu’il n’y ait aucune direction d’acteurs sur le plateau tant elle est en roue libre et ne semble pas croire en son personnage, même si elle reste au dessus de ses comparses. Live Schreiber quant à lui, est comme d’habitude : il fait n’importe quoi en fronçant les sourcils.

Si La Cinquième Vague est raté, on ne meurt pas d’ennui comme devant Twilight. Le rythme est soutenu et surtout, qu’est-ce qu’on rigole ! L’intelligence des dialogues et des situations vous vaudront quelques fou-rires. N’en attendez pas beaucoup plus.

La Cinquième Vague de J.Blakeson, en salles le 27 janvier 2016

 

Voir les commentairesFermer

3 Comments

  • par MANDINE
    Posté dimanche 31 janvier 2016 18 h 04 min 0Likes

    Très bon film. Le suspense reste entier jusqu’à la fin. A voir absolument

  • par Un mec qui s'est tellement fait chier pendant le film qu'il a passé les 30 dernières minutes sur son portable
    Posté dimanche 31 janvier 2016 22 h 03 min 0Likes

    Un film à ne manquer sous aucun prétexte!

  • par soso
    Posté mardi 5 avril 2016 9 h 31 min 0Likes

    La critique du film ci dessus est exacte et est tout a fait justifiée, vide de sens, vraiment mou, toutes les images son axés acteurs et pour peu qu’ils soient mauvais …c’est mort….dommage !.

Laisser un commentaire