Entouré de fans du roman, d’une blogueuse spécialisée dans les produits de beauté (si si), nous nous sommes retrouvés à une table ronde en compagnie des acteurs de Hunger Games lors de leur passage à Paris.

Et c’est dans cette ambiance légère que Jennifer Lawrence, Elisabeth Banks, Liam Hemsworth et Josh Hutcherson ont bien voulu répondre aux différentes questions posées sur le film et leur implication, en toute décontraction et les pieds sur la table.
Comme nous n’avons pas eu l’autorisation de prendre des images, vous n’aurez malheureusement ni photos ni vidéo.

Voici néanmoins une retranscription texte de ce qui été dit, moins les questions sur le maquillage et le vernis. Hunger Games sort demain dans les salles.

Josh, vous avez parlé de la déclaration à la télévision dans à peu près chaque interview et je voulais savoir pourquoi vous l’aimiez tant ?
Josh Hutcherson : Mon personnage est amoureux de Katniss depuis toujours et c’est le moment où il peut enfin le lui dire. Donc c’était un moment important pour le personnage. Il pouvait alors espérer qu’elle lui fasse d’avantage confiance. En tant qu’acteur, je trouve que c’est un moment décisif pour mon personnage. Non seulement c’est dans le livre mais c’était excitant à jouer.

Le film est un blockbuster mais le réalisateur vient du cinéma indépendant. Est-ce que vous l’avez senti pendant le tournage.
Jennifer Lawrence : Absolument, on n’a jamais ressenti que c’était un film à gros budget. On sentait qu’on faisait quelque chose de gros mais aussi de très personnel. Et puis on était en Caroline du Nord, très isolés.

Jennifer, vous avez donc senti la différence avec X-Men ?
J.L : Oui, c’était très différent. Dans X-Men, ils ont construit une fausse plage qui semblait sortie de nulle part. Il y avait des hélicoptères. C’était fou !

Elisabeth Banks : Ils avaient les moyens.

J.L : Oui, il y avait beaucoup plus de moyens. Hunger Games se rapproche plus des films indés que j’ai fais avant. X-Men, c’était quelque chose que je n’avais jamais vécu jusque là.

Vous avez forcément lu les livres. Est-ce que vous avez fait des recherches en plus pour vos personnages ?
E.B : Non, on a juste lu les livres et puis on s’est basé sur notre culture personnelle. Si vous aviez étudié la mythologie romaine, vu des émissions de télé-réalité ou des gens se battant sur Youtube ou lu George Orwell, vous savez où en est l’humanité et où elle va. Je pense que Suzanne [Collins, l’auteur du livre] s’inspire aussi bien de la vie que de moments historiques.
Le livre se déroule dans le futur mais évoque vraiment ce qui est en train de se passer maintenant.

J.H : Je ne pense pas que mon personne, Peeta, ait jamais étudié de mythologie donc je n’ai pas senti le besoin de le faire pour l’incarner.

Votre personnage, Elisabeth, est vraiment spécial. Etait-ce particulier à jouer ?
E.B : Je ne l’ai pas trouvée si spéciale pour une Américaine ! Plus sérieusement, j’ai proposé beaucoup de choses pour mon personnage et Gary Ross a tranché.
Je trouve que ce qui est intéressant, c’est qu’elle a un vrai point de vue spécifique sur ce qui est en train de se passer. Une fois qu’on a compris ce point de vue et qu’on se focalise dessus, c’est vraiment facile à jouer.

Quelle a été votre collaboration avec Suzanne Collins ? Est-ce qu’il y a des choses improvisées ou qui n’étaient pas dans le bouquin ?
J.L : Elle était un peu comme la marraine du projet mais n’était pas impliquée au quotidien. Elle n’est pas venue tous les jours sur le plateau.
Par contre, elle et Gary ont beaucoup collaborer à l’écriture du script et l’a laissé faire ce qu’il sait faire de mieux.

J.H : Elle a laissé beaucoup de libertés. Elle ne voulait pas que ça soit exactement le bouquin retranscris à l’écran mais que le film raconte sa propre histoire. Elle a fait confiance à Gary Ross et croyait en sa vision de l’histoire. Je pense qu’au final ça fait un meilleur film. Souvent les adaptations trop proches des livres font de mauvais films. Ici, la balance est équilibrée.

Ne pensez vous pas que le lecteur du livre sera forcément déçu car ce sera forcément différent ?
J.H : Je ne pense pas que ça soit vrai. J’ai lu le livre et j’adore le film.

J.L : Ce sont deux médiums différents dont on ne peut pas attendre la même chose. Quand j’ai vu le film fini pour la première fois, j’ai dû mettre de coté la fan du livre que je suis.

Comment s’est passé la préparation physique ?
Liam Hemsworth : On a fait ça séparément

J.H : On avait tous des besoins différents. Pour incarner Peeta, j’ai du prendre du poids. J’ai mangé beaucoup de poulet, de protéines, et pas de céréales comme j’aurai aimé. J’ai aussi suivi l’entrainement d’un ancien Navy Seals qui m’a botté le cul plusieurs jours. Mais ça a fonctionné.

L.H : Pour moi c’était l’inverse, j’ai du perdre du poids. Je n’ai rien mangé du tout !

J.L : Moi j’ai été entrainé au combat, au tir à l’arc et à grimper des arbres pendant huit semaines.

Est-ce que vous êtes impatients de tourner la suite ?
L.H : Oui on est tous excités à l’idée de reprendre le chemin des plateaux.

J.H : Et puis l’histoire évolue de manière si intéressante !

Savez-vous qui va réaliser le 2e volet ?
J.H : J’espère que ce sera Gary Ross. Il a fait du bon boulot, il est talentueux et on sera triste si ce n’est pas lui.

Jennifer, est ce que vous avez eu peur en acceptant le rôle ? En sachant que beaucoup de jeunes acteurs (Daniel Radliffe avec Harry Potter, Robert Pattinson avec Twilight) sont souvent “coincés” à vie dans leurs personnages ?
J.L : Non, ce n’était pas une de mes peurs quand j’ai accepté le rôle. L’emploi du temps m’a permis de tourner d’autres choses pendant qu’on faisait Hunger Games. Puis j’ai fait d’autres films avant, ce qui devrait m’aider. Et tant qu’à accepter un grand rôle, je suis contente que ça soit celui-là tant c’est un personnage iconique.

Comment expliquez-vous l’ampleur du succès de cette histoire ?
J.H : Je pense que l’histoire est vraiment intéressante et que chacun peut trouver quelque chose dans les personnages pour s’identifier à eux. Je pense aussi que le fait que ça plaise à tout le monde vient de l’écriture de Suzanne, et de sa capacité à avoir écrit quelque chose qui parle à tout le monde.

Josh, avant Hunger Games, vous avez fait Detention qui est un film incroyable.
J.H : Oh, merci. Vous savez, j’essaye de faire des films qui sont très différents les uns des autres. Et Hunger Games est le genre de film que je n’avais jamais fait avant.

Le tournage du 2e volet est déjà planifié ?
J.H : Pas vraiment, ils en sont au stade de l’écriture pour le moment. Ils veulent le sortir autour de novembre 2013 donc j’imagine qu’on va tourner à la fin de l’été ou quelque chose comme ça. On aura l’occasion de faire d’autres choses d’ici là.
Pour ma part, je lis des scénarios en ce moment donc si un projet me plait, si un personnage me semble un challenge, j’aurai de quoi m’occuper.

L.H : Pour ma part, je vais tourner un film avec un réalisateur qui s’appelle Dito Montiel [Empire States, avec Dwayne Johnson]. Expendables 2 aussi bientôt.

Est-ce que vous êtes prêts à “affronter” les fans vu le succès potentiel du film ?
J.H : On est prêts. Je sais que les fans sont à fond, ils connaissent le bouquin par coeur. On va faire quelques avant-premières aux USA avec surement des milliers de gens. C’est très impressionnant mais aussi intimidant.

E.B : On préfère les fans non-violents !

1 commentaire

Ajoutez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.