Le Petit Vampire est une œuvre de Joann Sfar dont le premier tome est paru en 1999 et visait alors un très jeune public. Les sept tomes ont été décliné en une série animée en une série animée de 52 épisodes diffusés sur France 3 en 2004. Après l’avoir laissé de coté pendant de longues années, Joann Sfar a expliqué que le personnage lui a parlé, et qu’il était temps d’y revenir, ce qu’il fait notamment sous la forme d’un long-métrage d’animation.

Le film a été l’objet d’une cession “work in progress” au Festival d’Annecy, conférence qui a pris des allures de masterclass pour le dessinateur et réalisateur.

Joann Sfar aime raconter des histoires, c’est une certitude vu la passion avec laquelle il a évoqué son projet sur la scène d’Annecy accompagné d’Adrien Gromelle et Antoine Delesvaux, déjà co-réalisateur du Chat de Rabbin. Parfois, le dessinateur se laisse emporter et évoque la politique française ou les problèmes de distribution des produits culturels français à l’étranger. Qu’on aime ou pas, il faut reconnaitre une fougue qui a tendance à captiver et même si on sort du sujet.

Nous avons quand même réussi à savoir que Petit Vampire version cinéma sera un grand film d’aventure “dans l’esprit des Goonies” qui se déroulera dans les années 80 au Cap d’Antibes, où les grands parents de Sfar ont vécu. Il y sera question d’un bateau pirate planqué sous une maison, elle-même sous un champs de force. Willy le Borgne n’est pas loin. L’histoire sera également déclinée en BD, trois tomes dont le premier est paru en mai dernier chez Rue de Sèvres.

Contrairement au Chat du Rabbin qui était une transposition minutieuse et animée des cases de la BD, Petit Vampire se veut une véritable adaptation. Exit donc le trait parfois en pointillé de Sfar pour un rendu plus classique, notamment dans les décors que nous avons pu voir.
Pour travailler l’aspect visuel, les mouvements de caméra et la gestuelle, Sfar, Delesvaux et leurs équipes ont filmé des acteurs, une technique courante en matière d’animation et notamment utilisée chez Disney ou chez Aardman et qui permet d’avoir de meilleurs repères visuels pour les animateurs que leur seule imagination.

Pendant cette preview, Sfar, Delesvaux et Gromelle ont montré une vraie camaraderie, nous vendant une équipe soudée qui a pris du plaisir à travailler sur ce projet. Nous n’avons pas vu d’images terminées mais les aperçus étaient suffisamment intéressants pour qu’on ait envie d’en voir d’avantage, d’autant que Joann Sfar a déjà largement fait ses preuves aussi bien en live que du coté de l’animation (regardez Le Prophète de Roger Allers, dont il a réalisé un magnifique segment).

La suite fin 2018. On en reparlera.

Ajoutez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.