Pour sa septième édition, Cannes Soundtrack va nous passer au crible les partitions musicales imaginées pour la compétition officielle du Festival de Cannes.

Eh oui, car si les actrices, acteurs, scénaristes et réalisateurs peuvent espérer repartir avec un prix prestigieux à la fin de l’épreuve, quid des compositeurs des bandes originales ?

C’est à ce moment là que Cannes Soundtrack répare cette injustice avec son jury indépendant d’une vingtaine de journalistes spécialisés dans le cinéma et surtout grands habitués de la Croisette. Qui après Mark Snow pour Vous n’avez encore rien vu, Jozef Van Wissem Only Lovers Left Alive, Howard Shore pour le Cronenberg Maps to the Stars, Lim Giong sur l’aérien The Assassin ou Cliff Martinez et son plus électronique The Neon Demon va remporter le prix tant convoité ?

Pour être bien clair, deux règles s’imposent. Tout d’abord, seuls les long-métrages présents dans la compétition officielle du Festival de Cannes, en lice donc pour la Palme d’or, sont éligibles. Mais aussi, l’idée est de récompenser le travail d’un musicien pour un film. A l’inverse, si jamais l’une des compilations assemblées avec des morceaux d’artistes différents méritent d’être célébrées, pourra cependant obtenir une mention spéciale le 27 mai au soir lors de la remise du prix.

Pour l’instant, voici la liste des compositeurs en compétition :

Michael Abels pour Okja, de Bong Joon-Ho
Carter Burwell pour Wonderstruck, de Todd Haynes
Yves de Mey pour Une femme douce (A Gentle Creature), de Sergei Loznitsa
Jonny Greenwood pour You Were Never Really Here, de Lynne Ramsay
Jeong Hong-jin pour The Day After (Geu-Hu), de Hong Snags
Jed Kurzel pour La Lune de Jupiter (Jupiter’s Moon), de Kornél Mandruczó
Daniel Lopatin alias Oneohtrix Point Never pour Good Time, de Benny & Josh Said
Randy Newman pour The Meyerowitz Stories, de Noah Baumbach
Arnaud Rebotini pour 120 battements par minute, de Robin Campillo
Philippe Rombi pour L’Amant double, de François Ozon
Philippe Sarde pour Rodin, de Jacques Doillon

En attendant d’autres informations, les films suivants n’ont pas encore avancé de compositeur d’une bande originale :

Happy End, de Michael Haneke
In the Fade (Aus Dem Nichts), de Fatih Akin
Loveless (Nelyubov), d’Andrey Zvyagintsev
Mise à mort du cerf sacré (The Killing of a Sacred Deer), de Yorgos Lanthimos
Les Proies (The Beguiled), de Sofia Coppola
Radiance (Hikari), de Naomi Kawase
Le Redoutable, de Michel Hazanavicius
The Square, de Ruben Östlund

Toutes les infos sur cette compétition sont sur le site officiel., en attendant le nom du lauréat à la fin du festival.

Ajoutez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.