Je dois vous avouer que je n’avais jamais vu Psychose d’Alfred Hitchcock jusqu’à il y a quelques jours. Quand Universal a organisé une projection pour montrer aux médias la pellicule restaurée vue au dernier Festival de Cannes, j’ai donc sauté sur l’occasion.
En effet, le studio a sorti le 19 octobre dernier une version Blu-ray du film à la qualité d’image parfaite et au son numérisé en 5.1 (il était en mono dans la version originale).
Ignorant le twist et n’ayant jamais vu la scène de douche dans son intégralité, ce fut donc pour moi une surprise. Et pas n’importe laquelle ! J’en suis ressorti glacé.
Un Dimanche, Une Critique est donc consacré à ce chef d’oeuvre : Pyschose.

Psychose – Sortie le 2 novembre 1960 – Sortie en DVD et Blu-Ray remasterisé le 19 octobre 2010
Réalisé par Alfred Hitchcock
Avec Anthony Perkins, John Gavin, Vera Miles
Marion Crane en a assez de ne pouvoir mener sa vie comme elle l’entend. Son travail ne la passionne plus, son amant ne peut l’épouser car il doit verser une énorme pension alimentaire le laissant sans le sou… Mais un beau jour, son patron lui demande de déposer 40 000 dollars à la banque. La tentation est trop grande, et Marion s’enfuit avec l’argent.
Très vite la panique commence à se faire sentir. Partagée entre l’angoisse de se faire prendre et l’excitation de mener une nouvelle vie, Marion roule vers une destination qu’elle n’atteindra jamais. La pluie est battante, la jeune femme s’arrête près d’un motel, tenu par un sympathique gérant nommé Norman Bates, mais qui doit supporter le caractère possessif de sa mère.
Après un copieux repas avec Norman, Marion prend toutes ses précautions afin de dissimuler l’argent. Pour se délasser de cette journée, elle prend une douche…

Si Psychose avait été réalisé en 2010, le film aurait été tout autre.
Il aurait été mis en scène par Zach Snyder, d’après un scénario de David Goyer avec dans le rôle-titre une jolie actrice récente comme Amber Heard ou Odette Yutsman.
Exit l’histoire d’argent. Des jeunes faisant la fête sur un pick-up se seraient arrêtés au motel pour la nuit, renverser des bières et faire l’amour dans les différentes chambres, histoire d’inclure des scènes topless et des filles dans les tenues les plus légères possibles.
On aurait bien entendu eu droit à plus de meurtres, dans différentes chambres. L’un aurait été filmé dans la douche évidemment, mais aurait débordé de sang et de plans indécents. D’autres auraient suivis, notamment de l’une des filles partie seule pleurer près d’un arbre.
Le groupe aurait ensuite rejoint la maison et tout le monde se serait séparé dans des pièces différentes où ils se seraient fait assassiner les uns après les autres par un Norman Bates portant sur son visage le scalp de sa défunte mère. Il finira empalé, tombant du haut de la bâtisse. Le film se terminerait sur la dernière survivante, en débardeur et petite culotte, emmitouflée dans une couverture fournie par les secours, à l’arrière d’une ambulance.
Le dernier plan aurait évidemment montré Bates vivant, un couteau à la main, observant la scène au loin.

Mais Psychose a été réalisé par le maitre du suspens il y a 50 ans et est tout autre chose. Qui plus est, et contrairement à beaucoup de productions de l’époque, le film n’a pas pris une ride.

Contrairement à mon imagination débordante, Psychose, le vrai, se concentre sur une poignée de personnages. Chose intéressante, il n’y a pas vraiment de héros. Si Hitchcock prend le temps qu’il faut pour introduire Marion Crane, on est surpris à la première vision de voir qu’elle meurt à la moitié du film lors de la fameuse scène de la douche. L’histoire enchainera donc sur ses proches à sa recherche, notamment le shérif Arbogast qui mourra dans l’escalier. Mais il suffira de pas grand chose pour les rendre attachants, et pour s’inquiéter de leur survie.

Les deux meurtres du film sont deux monuments. La scène de la douche a nécessité 7 jours de tournage et 70 prises seulement pour un résultat. Mais quel résultat. Aucune nudité, aucun effet gore. Tout est dans le choix des plans, le montage rapide et la musique de Bernard Hermann.
Ça fonctionnera tout autant avec la mort d’Arbogast. Pas de plans serrés ni de montage saccadé pour le shérif. On voit Norman Bates arriver de loin, on prend peur pour lui mais le temps qu’on se rende compte de ce qui lui arrive, il bascule déjà dans l’escalier, la caméra fixée sur lui.

Hitchcock n’avait à l’époque pas fait appel à des acteurs connus mais ses choix furent judicieux. Janet Leigh et Vera Miles sont formidables et leurs cris vous resteront dans les oreilles. Quand à Anthony Perkins, même s’il fut par la suite catalogué en Norman Bates, il est tout simplement parfait pour jouer ce tuer à la double personnalité.

Si vous découvrez Psychose maintenant, le fameux twist final spoilé plus haut vous semblera évident tant l’idée a été reprise. Mais il faut replacer les choses dans leur contexte. Le film a été tourné il y a cinquante ans et est un précurseur. Tous les films à suspens réalisés par la suite et dans lequel le tueur a une double personnalité ou a été traumatisé par ses parents vient du monument d’Hitchcock.

Un chef d’œuvre à (re)découvrir de toute urgence.

– Marc

7 commentaires

  • jimmyjazz dimanche 24 octobre 2010 9 h 38 min

    Faute de remake en 2010, Gus Van Sant en avait commis un il y a une dizaine d’années… Intitulé également “Psycho” comme l’original, il n’arrivait malheureusement pas à la cheville de l’oeuvre d’Hitchcock. Avec Vince Vaughn en Norman Bates, on devine aisément pourquoi…! :-) A l’époque c’étaient Anne Heche et Viggo Mortensen qui partageaient également l’affiche…!

  • cloneweb dimanche 24 octobre 2010 10 h 26 min

    Que je n’ai pas vu mais j’ai lu que c’était un remake plan par plan.

  • Olivier dimanche 24 octobre 2010 18 h 35 min

    Le quart d’heure du tatillon : C’est PSYchose, pas PYSchose
    Hin hin hin.

  • cloneweb dimanche 24 octobre 2010 19 h 15 min

    Oulaaaaa. J’ai corrigé.
    J’avais fait la faute *partout* en plus. C’est bizarre :/

  • MacReady mardi 26 octobre 2010 2 h 32 min

    C’est cool d’aller aux AVP de Iron Man 2 mais y’a un moment il faudrait quand même revoir ses priorités.

  • cloneweb mardi 26 octobre 2010 9 h 24 min

    ???

    Rapport au fait que je n’avais jamais vu Pyschose ?

  • Trackback: CloneWeb » Anthony Hopkins est Alfred Hitchcock

Ajoutez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.