Sur l’affiche, elle porte un petit chien, un tshirt Hello Kitty et des fringues ultra colorées.

Charlize Theron est la nouvelle héroïne de Jason Reitman après Ellen Page (Juno) et George Clooney (In The Air). Young Adult est écrit par Diablo Cody, qui avait déjà travaillé avec le metteur en scène mais aussi écrit Jennifer’s Body.

Mais le nouveau film du fils d’Ivan Reitman sera-t-il à la hauteur de ses précédesseurs ? Réponse…

 

 

Young Adult – Sortie le 28 mars 2012
Réalisé par Jason Reitman
Avec Charlize Theron, Patton Oswalt, Patrick Wilson
Originaire d’une petite ville de province où elle s’ennuyait à mourir, Mavis Gary s’est installée à Minneapolis où elle est devenue auteur de romans pour ados. Mais lorsqu’elle apprend que son ex-petit copain de lycée est devenu papa, elle décide de revenir sur les lieux de son enfance pour le reconquérir. Tandis que Mavis semble sûre d’elle et de son pouvoir de séduction, la situation ne tourne pas à son avantage. Elle noue alors une relation peu banale avec un ancien camarade de lycée, mal dans sa peau, qui, malgré les apparences, lui ressemble plus qu’il n’y paraît…

 

Il y a des films qui laissent une forte impression à la sortie de la salle. Quelle que soit la sensation, peur, joie, larmes, elle reste présente quand vous marchez pour rentrer chez vous. Et d’autres qu’on a oublié après une simple nuit de sommeil.
Young Adult fait partie de cette deuxième catégorie.
J’ai vu le film le 9 février dernier et me suis souvenu dix jours après en passant par hasard devant une affiche que je l’avais vu (et que je devais donc écrire dessus pour vous en parler). Gros effort mental pour rassembler mes souvenirs, et mauvais signe…

Jason Reitman a pourtant de bonnes idées. Juno était fortement sympathique et largement méritant des récompenses qu’il a eu. Même chose pour In The Air qui nous proposait du grand Clooney. On s’attendait donc à un film intéressant, annonçant Charlize Theron coincée à l’adolescence.
Il faut dire que les affiches nous vendent du cliché : tenue rose ridicule, air idiot. On s’attend vraiment à de la caricature et à des trais grossiers. Il n’en est rien. Tout est à peine effleuré.

Theron y incarne une jeune femme habitant une grande ville américaine, écrivant des romans à succès pour adolescents. Un jour, elle reçoit un email l’informant que son amour de jeunesse est devenu Papa. Elle se dit alors qu’elle a fortement envie de le reconquérir et de revivre ses années lycées.
Si on est sans doute un peu nostalgique de ces années-là, si on repense à nos amis et/ou amours d’époque et si on aimerait les recroiser, les personnages du film, eux, n’en ont rien à foutre. Il faut dire que dans cette petite ville de campagne, ils ont continué à vivre en communauté et à vieillir ensemble. Alors quand Charlize Theron y débarque, il ne se passe pas grand chose. Il s’en passe d’autant moins qu’elle n’est pas tant coincée à l’adolescence que cela. Certes, elle réagit comme une gamine et flirte avec un gros geek mais ce n’est pas suffisant pour nous convaincre. D’autant que l’actrice, seul réel intérêt du film, y est vraiment sublime et illumine chacun des plans.

Diablo Cody, scénariste du film mais aussi de Jennifer’s Body et de Juno, dit avoir eu l’idée de l’histoire en conférence de presse. Mais elle n’a pas pas vraiment su quoi en faire. Et le spectateur, lui, a aussitôt vu le film qu’il l’a oublié.

2 commentaires

  • INNOVA jeudi 22 mars 2012 4 h 20 min

    Critique tellement vide qu’en effet il faut que vous n’ayez plus de souvenir du film pour l’analyser aussi mal

  • Marc jeudi 22 mars 2012 16 h 21 min

    Je crois malheureusement que le papier est à l’image du film : creux :(

Ajoutez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.