A l’instar de Wildbunch avec Les Enquêtes du Département V, le groupe TF1 se lance dans ce qu’il faut désormais appeler le e-Cinema.

Derrière ce terme qui continue à désigner des films en vidéo à la demande se cache l’idée de sortir des inédits qui auraient pu avoir leur place en salle (et contrairement à l’offre VOD actuelle souvent destinée à accueillir de mauvais films dont personne ne veut). Il faut saluer l’envie de rendre le cinéma accessible à tous : plutôt que de sortir tardivement un joli film dans une poignée de salles que les spectateurs de province pourront difficilement voir, ils seront directement chez vous.

C’est notamment le cas de Son of a Gun, avec Ewan McGregor, disponible sur toutes les plate-formes VOD depuis ce vendredi 1er mai.

LA CRITIQUE

Si vous louez Son of a Gun sur le service MyTF1VOD, vous remarquerez que le film est précédé d’une introduction par un journaliste. Il est fortement conseillé d’appuyer sur la touche “avance rapide” de votre télécommande, le présentateur pitchant un peu trop une histoire qu’on a justement l’intention de découvrir. Le blabla ne va pas forcément jusqu’à spoiler l’intrigue mais Son of a Gun ayant un sérieux air de déjà-vu, c’est dommage de savoir à l’avance ce à quoi on va avoir droit.

Le premier film écrit et réalisé par Julius Avery commence dans une prison. Le jeune Brenton Thwaites (vu dans Maléfique et bientôt à l’affiche de Gods of Egypt d’Alex Proyas) y est incarcéré et va découvrir cet univers particulier. Il va notamment faire la connaissance d’Ewan McGregor, qui va le prendre sous son aile. Accompagné par Matt Nable (le Ra’s Al Ghul de la série Arrow), ils vont s’évader et le jeune homme va se retrouver sous la coupe de son nouveau mentor, coincé à devoir l’accompagner dans des braquages. Sa rencontre avec une fille va alors lui donner envie de se barrer.

Il faut admettre que pour un premier film, Julius Avery s’offre un joli casting et aligne les thèmes qu’on prend souvent plaisir à découvrir que ça soit le braquage ou la prison. Malheureusement, Son of a Gun se contente d’aligner des séquences déjà vues mille fois ailleurs sans avoir quoi que ce soit de nouveau à raconter. C’est d’autant plus dommage que ce mélange des genres aurait pu donner quelque chose de très fort. Imaginez par exemple le héros des Poings contre les Murs sorti de prison, on aurait aimé connaitre la suite de son histoire. Avery se contente de tout survoler sans qu’on arrive à se prendre au jeu.

Il faut dire que le personnage de Brenton Thwaites est bien mince, jamais vraiment développé, et le comédien n’est pas à l’aise dans son personnage. Il faudra tout le talent d’Ewan McGregor (toujours aussi parfait) et tout le charme d’Alicia Vikander pour que la mayonnaise finisse par prendre. En fait, alors que le film sonne comme un bon gros polar mâtiné de quelques fusillades bien foutues, c’est dans l’histoire d’amour qu’on trouve notre salut. Là, Avery a quelque chose à dire, et il le fait bien, et les deux jeunes comédiens s’en donnent alors à coeur joie. Il faudra néanmoins plus de la moitié du film pour y parvenir. Le dernier acte n’est pas en reste : on y trouve de bonnes idées quand le personnage de Brenton Thwaites finit par se bouger et prend son futur en main.

Quand on pense premier film australien d’un jeune réalisateur, on pense forcément à Animal Kingdom de David Michod. Malheureusement, Son of a Gun ne tient jamais la comparaison malgré un casting de belle tenue et quelques idées dans la dernière partie. A voir pour l’action et le charme du couple Thwaites-Vikander seulement.

 

Son of a Gun – Sortie le 1 mai 2015 en e-Cinéma
Réalisé par Julius Avery
Avec Brenton Thwaites, Ewan McGregor, Alicia Vikander
Emprisonné pour un délit mineur à l’âge de 19 ans, JR apprend vite les dures réalités de la vie carcérale. Un monde dans lequel la protection est vitale pour survivre et JR se retrouve très rapidement sous l’œil vigilant du criminel le plus célèbre d’Australie, Brendan Lynch. Mais sa protection a un prix : Lynch et son équipe ont des plans pour leur jeune protégé. Après sa libération, JR doit aider Lynch à mettre en œuvre une évasion audacieuse. En récompense, il intègre son gang et se retrouve en première ligne d’un hold-up à haut risque. Les choses tournent mal.

1 commentaire

Ajoutez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.