Dans la carrière de Chris Evans, Captain America fait figure d’exception tant le comédien a enchainé les comédies sans intérêts et autres daubes héroïques. Excellent dans le rôle de Steve Rogers, on ne peut qu’espérer que sa carrière continue sur cette nouvelle lancée.

Mais en attendant, un peu avant le film de Joe Johnston, Evans a tourné une comédie avec Anna Faris évoquant une nouvelle fois le sexe, après Sexe entre Amis et Sex Friends. Heureusement pour lui, le pitch est un peu différent des films avec Mila Kunis et Natalie Portman.

Mais pour ce qui est de la qualité…

 

 

(S)ex List – Sortie le 5 octobre 2011
Réalisé par Mark Mylod
Avec Anna Faris, Chris Evans, Ari Graynor
Ally voit sa vie toute chamboulée lorsqu’elle apprend via un article de presse que les femmes ayant eu plus de 20 partenaires sexuels ont toutes les chances de rester célibataire toute leur vie. Après avoir listé l’ensemble de ses Ex, Ally commence à perdre l’espoir de se marier un jour…
Elle fait le serment de ne pas dépasser “son chiffre” (19), et sollicite l’aide de son voisin pour retrouver l’Ex de sa vie…

 

Et ben dis donc, Hollywood a une sacré libido en ce moment. Depuis Love et autres drogues, les Etat-Unis ont enchaîné les sex-comédies. Sexe entre amis, Sex Friends. Des titres peu inventifs et des films anecdotiques. Et maintenant (S)ex list, What’s your number ? en VO, mais la traduction s’avère plus ingénieuse que les autres (vous comprendrez pourquoi). Le film allait-il changé la donne? C’est un peu sans espoir que nous nous sommes dirigés pour voir Chris Evans entre deux séances de super héros et la malheureusement oubliée Anna Faris. Aux commandes : une équipe spécialisée dans la série TV, aussi bien le réalisateur (Mark Mylod, réalisateur de pleins de pilotes) et les scénaristes (Scrubs, Seinfield). Tout pour nous faire la typique comédie édulcorée comme on en voit toutes les semaines ou presque. Pourtant, notre curiosité était un (tout petit) peu titillée par les deux acteurs principaux que nous n’avons clairement pas l’habitude de les voir dans des comédies romantiques.

Inutile d’aller plus loin, non (S)ex list ne révolutionnera pas le genre de la sex comedy. D’ailleurs, il faut bien admettre que le film souffre du même syndrôme que Sexe entre amis. Adapté d’un bouquin de Karyn Bosnak, le récit base son constat sur une étude qui s’avère réelle : passé 20 partenaires, la chance de trouver un mari est proche de zéro. Après avoir établi sa liste d’ex, Ally se rend compte qu’elle en est à 19. Elle prend au pied de la lettre cette étude et décide d’attendre son vingtième amant, de le rechercher et de promettre que c’est l’homme de sa vie. Mais après une soirée bien arrosée, elle se retrouve dans le lit d’un inconnu et décide de chercher son futur mari parmi sa liste d’ex. Pour l’aider : son voisin de palier ultra sexy, coureur de jupon. En échange, il se cachera chez elle le temps que ses conquêtes d’un soir partent. Un début d’histoire assez originale donc qui éloigne les typiques potes qui couchent sans sentiments. Bien sûr on devine la fin de (S)ex List dès la bande annonce, mais le traitement s’avère assez efficace et pour le moins surprenant.

Pendant la première heure donc, Anna Faris passe la plupart de son temps à retrouver ses exs. Et le réalisateur a eu l’excellente idée de nous offrir une jolie galerie de guests. Même si on ne verra pas les 20 garçons, on retiendra par exemple Zachary Quinto, Andy Samberg ou encore Martin Freeman. Ainsi donc, c’est pendant toute cette heure que le film brille le plus, évitant les clichés et nous entraînant dans une histoire ENFIN intéressante. Malheureusement, ce n’est pas le cas pour la demi heure restante. Alors qu’on est passé à côté d’un tas de déjà-vu, le dénouement du film tombe dans le mélo absolument insupportable sur fond de gros violons. Heureusement, l’ensemble est sauvé par tous les acteurs tous impliqués jusqu’au bout dans leurs rôles et Chris Evans sort haut la main du test de la romcom. Si les garçons ne sont pas en reste puisqu’Anna Faris se balade la plupart du temps en petite culotte, c’est bel et bien les filles que visent le film sachant que Capitaine Amérique se retrouve régulièrement en tenue d’Adam. En somme, rien de bien nouveau à l’horizon, (S)ex list est sympathique. Très bien dans la première heure, la fin du récit vient plomber le reste qui relevait un peu le niveau des autres comédies de cette année.

3 commentaires

  • Docteur Danny lundi 3 octobre 2011 10 h 27 min

    “Dans la carrière de Chris Evans, Captain America fait figure d’exception tant le comédien a enchainé les comédies sans intérêts et autres daubes héroïques.”

    J’espère que tu considères quand même pas Sunshine comme une daube héroique…

  • Marc lundi 3 octobre 2011 11 h 24 min

    Ah oui tiens, j’ai oublié Sunshine en tapant cette phrase

  • Arnold38Cinema lundi 17 octobre 2011 11 h 13 min

    Plutot d’accord dans l’ensemble, ce n’est pas un grand film mais sa reste passable, heureusement qu’il y a Anna Faris Ma critique : http://www.youtube.com/watch?v=0oLX7Z1w7bI

Ajoutez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.