Est-il bien nécessaire de relancer une vieille franchise ? Qu’est ce qui est passé par la tête de Wes Craven, si ce n’est le manque d’idée pour faire quelque chose de nouveau ?

Quoiqu’il en soit, 11 ans après le 3e volet, Scream revient sur nos écrans avec les acteurs de la première trilogie, accompagnés par la fameuse nouvelle génération qui servira sans doute à un cinquième film. Hayden Panettiere et la très jolie Emma Roberts entre autres font donc désormais face au tueur au masque.

Voici la critique d’Alex, garantie sans spoilers puisque l’intérêt principal de la franchise est bien de savoir qui se cache sous le célèbre masque.

 

Scream 4 – Sortie le 13 avril 2011
Réalisé par Wes Craven
Avec David Arquette, Neve Campbell, Courteney Cox
10 ans se sont écoulés depuis les terribles meurtres commis par Ghostface. Sidney Prescott est parvenue à tourner la page mais c’est tout de même avec appréhension qu’elle retourne à Woodsboro pour le lancement de son premier roman.
Ses retrouvailles avec sa cousine Jill ainsi qu’avec le duo de choc Dewey et Gale seront de courtes durées : Ghostface est de retour mais cette fois-ci les règles vont changer.

Les années 1990. Période creuse dans le cinéma horrifique. L’âge d’or est passé : The Thing, Hills have eyes, Friday the 13th et j’en passe. Mais en 1996, Wes Craven, le maître de l’horreur, ayant inspiré une flopée de jeunes réalisateurs, revient sur le devant de la scène avec Scream, un film d’horreur qui ne fera jamais l’unanimité. Scream redéfinit et se jouent des codes du genre. Un an plus tard, Craven récidive et revient avec la suite du tueur à masque : Scream 2, tout aussi réussi que le premier puis Scream 3 (1999) où la critique est unanime. Wes s’autoparodie, tombe dans le Scary Movie, sur un scénario écrit avec les pieds. Mais malgré ça, la boucle était bouclée. Pourtant, 10 ans plus tard, le réalisateur revient avec Scream 4. Et même si on retrouve Sidney, Gale et Deewey, Scream 4 se la veut cool, et histoire de faire venir de nouveaux spectateurs, on mets des acteurs jeunes plus ou moins hype. Nouvelle génération, nouvelles règles qu’on nous dit. Inutile de vous dire que j’étais tout frétillant, surtout à la vue des bandes annonces. Mais comment Wes Craven allait-il rattraper la purge qu’était le trois, après My Soul to take, qui n’a visiblement aucune date de sortie en France ?

Inutile de se faire des illusions, il ne le fait pas. Scream 4 est malheureusement et terriblement raté. Mais pour ne pas gâcher la surprise, commençons par quelque chose de positif. Comme pour les trois précédentes fos, Wes Craven met l’accent sur sa scène d’ouverture. Et après Drew Barrymore et Sarah Michelle Gellar, c’est au tour des délicieuses Kristen Bell et Anna Paquin de croiser la lame de Ghostface sur une intro un peu… surprenante (on m’a dit sans spoiler hein). Le réalisateur avait promis une interdiction aux Etats-Unis et il tient parole. Scream 4 est excessivement gore, n’hésitant pas à déverser dans l’excès un bon nombre de litre d’hémoglobine, à notre plus grand bonheur. Egalement, les 15 dernières minutes sont très intenses et terriblement bien mises en scène (il n’y a bien que celles là). Et même si c’est parfois drôle, les scènes What The Fuck sont légions et le réalisateur a visiblement oublié qu’il faisait un film d’horreur et non une comédie. Bien que ce n’est visiblement ni l’un, ni l’autre. Parce que oui, malgré tout ça, Scream 4 ne fait pas peur. Comble pour un film d’horreur hein ?

La trilogie originale se basait sur un background psychologique intéressant, souvenez-vous. La mère de Sidney était morte et ses trois malheurs découlaient de cet évènement. Mais comme on l’avait dit, la boucle était bouclée. Scream 4 ne repose donc que sur du vent et les motivations du tueur son complètement bidons. Ca aurait pu passer si le reste du film avait été bien écrit. Ce qui n’est pas le cas. On se souvient comment les trois premières apparitions de Ghostface jouaient avec brio sur les clichés des trilogies horrifiques. Ici, le film joue la carte des remakes, connerie sans nom puisque Scream 4 se veut soit disant un remake alors qu’il s’agit d’une suite pure et dure. On nous clame à grand coup de catchphrase “Nouvelle génération, nouvelles règles”. Oui sauf que, Monsieur Craven, quand on la connait pas la nouvelle génération, quand on clame haut et fort que le succès se fait par internet sans qu’on ait besoin de rien faire, on évite. Encore que si la mise en abyme des crimes, filmés, avait été bien utilisée, la dimension horrifique aurait pu être plus intéressante. Là pourtant, ce n’est que rarement voir jamais utilisé.

Craven nous inflige pendant 1h40 son égo surdimensionné, où en plus de mettre des références aussi discrètes qu’un éléphant dans un trou de souris à ses propres films, son discours sur les suites et les remakes est assez ahurissant, se résumant généralement à “le remake surpasse l’original” (comprendre Scream 4 est bien mieux que le premier). Le comble de tout est atteint lorsque Wes ose comparer son film à Shaun of the Dead. Puisque là où Edgar Wright réussis à associer fun et horreur, Craven lui, a visiblement oublié qu’il n’était pas dans une comédie horrifique (quoique ça n’en est même pas une). Visiblement, le directeur photo a pris quelques substances illicites pour ne pas voir ne serait-ce que les faux raccords de luminosité, si bien que ça en est réellement honteux. Ajoutez à ça une réalisation sans âme et un scénario ennuyant, des acteurs à côté de la plaque (mention spéciale à Emma Roberts et Hayden Panettiere) se rattrapant tant bien que mal à un twist final un peu couillu (heureusement, tout le film repose là dessus), même si terriblement mal amené.

En somme, Scream 4 n’est pas aussi mauvais que Scream 3 mais n’est vraiment pas glorieux, la faute au scénario écrit avec les pieds et à tout ce qui va avec. Et quand on sait que Craven vient d’annoncer Scream 5, ce n’est plus Ghostface qui nous fait peur, mais bel et bien la tournure que prend une franchise qui partait bien.

4 commentaires

  • JoffreyD mardi 5 avril 2011 0 h 29 min

    bah…
    Le 1 était une daube clichesque.
    Le 2 était le 1 mais en plus cliché.
    Le 3 était une sombre daube.

    Le 4 ? Bah vous venez de me confirmer ce que j’en pensais sans l’avoir vu :D
    J’ai limite de la peine pour vous, merci donc pour cette critique qui à du être un exercice difficile, c’est à dire s’infliger ce truc pendant 1H40.

  • Michael Myers mardi 5 avril 2011 16 h 31 min

    Je hais déjà ce film sans l’avoir vu. Faire un numero 4, c’est du même mauvais gout que de faire un Die Hard 4 ou un Indiana Jones 4 ! Je vous jure que s’ils font Retour vers le futur 4, je me pends !

  • coolool lundi 11 avril 2011 13 h 54 min

    “ennuyeux” et pas “ennuyant”.

    Wes Craven est dépassé depuis longtemps. La suite honteuse du très bon remake de “la colline a des yeux” ( le remake surpasse et écrase l’original sans problème…) réalisée par alexandre aja, produite par craven et réalisée par un yes man de seconde zone reflète assez bien aujourd’hui l’état d’esprit et le niveau de compétence assez bas de wes craven qui n’est depuis longtemps plus très inspiré.

  • bill”ss mercredi 13 avril 2011 20 h 58 min

    Scream 4 est bien il ne fait pas peur , mais il est tres interessant a regarder!!pour voir scream il n’est pas obliger devoir le 1 , 2 et 3 car le 4 c’est une nouvelle trilogie qui commence. En conclusion il y aura donc bien un 5 et 6 scream.

Ajoutez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.