Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Critique : Shark 3D

Surfant sur la vague (ah ah !) de Piranha 3D d’Alexandre Aja, Shark 3D était censé remettre au gout du jour le fameux mythe du requin tueur initié par les Dents de la Mer et qui revient régulièrement au cinéma.

Au programme donc un requin, des jolies filles en mini bikinis imprudentes, une ambiance festive… et du sang et des tripes.
Du moins, tout ça, c’est ce qui est sur le papier car il semble que Shark 3D soit loin d’être fun…

 

Shark 3D – Sortie le 21 septembre 2011
Réalisé par David R. Ellis
Avec Sara Paxton, Dustin Milligan, Katharine McPhee
Au soleil de l’été, Sara et ses amis sont bien décidés à passer un week-end de pur fun sur une petite île privée d’un immense lac salé de Louisiane. Pourtant, lorsque Malik, le jeune footballeur vedette, sort d’une séance de ski nautique inconscient avec un bras en moins, l’ambiance n’est plus à la fête.
Convaincue qu’il s’agit d’un accident, la petite bande embarque sur un speedboat afin de conduire le blessé à l’hôpital de toute urgence, mais les jeunes gens vont vite s’apercevoir que le lac est infesté de requins ultra agressifs. Pour Sara et les siens, face à des prédateurs prêts à tout pour qu’aucune proie ne leur échappe, c’est le début du cauchemar. Assiégés, piégés, dévorés, terrifiés, très peu reverront la terre ferme…

 

>

On en a vu des mauvais films depuis ce début d’année. Il y a eu, au hasard, Conan, Le dernier des Templiers, Numéro 4, Derrière les murs, et pleins d’autres. Mais alors là, il est fort probable que nous n’avions pas vu un tel niveau de médiocrité depuis un moment. A l’inverse du CloneWeb Approved, Shark 3D mériterait haut la main une Facepalm d’or.

Mais revenons d’abord sur les deux films (liés d’ailleurs) qui feront malheureusement vendre ce déchet. Si Shark 3D avait été le premier film dans le genre était sorti au cinéma, il aurait probablement était classé dans la case “film à regarder avec des potes et une bière”. Malheureusement, Alexandre Aja et son excellent Piranha 3D était déjà par là. Des tripes à gogo, de la 3D qui nous arrivent dessus, des stars du porno qui se font dévorer, bref, il avait tout compris pour un parfait divertissement con et réussi. Surfant misérablement sur cette vague là par une affiche ô combien vendeuse, Shark 3D n’arrive jamais à remplir le contrat, ne serait-ce que de fun. Associé à ça, le long métrage David R. Ellis ose se référencer au chef d’oeuvre de Steven Spielberg, qui arrive à allier avec brio horreur et suspens sans pour autant virer dans le gore. Le réalisateur de Destination Finale 3D n’a sans aucun doute rien compris à son film et n’a probablement pas vu les dits long métrages cités plus haut.

Et pourtant, on y a cru jusqu’au bout. Quelques minutes avant d’entrer dans la salle, on se disait encore qu’on allait bien rigoler. Mais Shark 3D est si mauvais qu’il est difficile de savoir par quoi commencer. Au casting, Ellis a voulu taper djeun’s. Et pour se faire? Des acteurs de séries TV (Donal Logue, Chris Carmack), de blockbusters (Joel Moore, le jeune scientifique de Avatar et le seul qui sort son épingle du jeux) et de films pour ados (Chris Zylka, Rex dans Kaboom). Même si deux acteurs semblent essayer tant bien que mal de porter le film sur leurs épaules, Sara Paxton et Joel Moore n’arrivent pourtant pas à relever le niveau plus que médiocre des autres acteurs, Carmack en tête (le beau gosse Luke Ward de Newport Beach) affubler d’une cicatrice ne relevant en rien le ridicule de son personnage, aussi charismatique que Hayden Christensen en colère. Certains d’entre vous on peut être eu l’occasion de voir ces productions Asylum tel Megashark VS Giant Octopus. Et bien Lorenzo Lamas a clairement plus de charisme et de talents que la plupart de ces acteurs réunis.

Continuons justement sur cette comparaison avec les studios Asylum. Quand on est devant un film, on s’attend à un minimum syndicale. Avec un budget de 28 millions de dollars, même si on n’espère pas du ILM au niveau des effets spéciaux, on pense quand même à voir quelque chose de meilleur qualité que les Skrulls de Thor, ou pourquoi pas utiliser des animatronics efficaces. Mais David R. Ellis n’a pas fait évoluer ses effets spéciaux depuis Snakes on plane, qui lui pour le coup, était un bon nanar assumé et rigolo. Alors quand la terreur des mers est un ramassis de CGI encore moins beau que Megashark, la crédibilité en prend un sacré coup. En opposition à ça, les (le?) robots utilisés refoulent le plastique, ce qui est d’autant plus désolant quand on voit celui des Dents de la mer qui n’a pratiquement pas pris une ride, même 36 ans plus tard et un budget de 9 millions.

Là où Des serpents dans l’avion s’assumait, tout comme Megashark ou Piranha 3D dans leur côté fun et con-con, Shark 3D se prend totalement au sérieux et est complètement à côté de la plaque. Avec un scénario sans queue ni tête, la dernière chose auquel le film aurait pu se rattraper était le suspens, qui, quant à lui est, complètement inexistant. Le tout tombe à l’eau. Nul n’est pas un adjectif assez bas pour expliquer Shark 3D. Misérable et prenant le spectateur pour un con. Fuyez le comme la peste, il n’y a rien à sauver.

Voir les commentairesFermer

4 Comments

  • par Mr.Aka
    Posté lundi 19 septembre 2011 16 h 04 min 0Likes

    Aucune surprise sur cette critique, il fallait si attendre. Par contre si JAWS est clairement un chef-d’oeuvre parler de “l’excellent” Piranha 3d d’Aja, j’aurais pour ma part, employé le “sympathounet” Piranha 3D d’Aja, sans plus…

  • par DantèS
    Posté lundi 19 septembre 2011 16 h 43 min 0Likes

    Surtout que déjà dans Jaws on se fait chier (et que le requin a archi-mal vieillit (!!!) contrairement à ce qu’en dit Alex), alors là j’ai du mal à imaginer…

  • par Tataw
    Posté mercredi 21 septembre 2011 16 h 54 min 0Likes

    Le problème, c’est que quand on connait la qualité rédactionnelle abyssale de cloneweb, il est assez difficile de savoir si un film est bon, ou non.
    Ça se masturbe devant un Piranha pas folichon, ça se masturbe devant un Jaws dont le requin est maintenant à mourir de rire, et ça critique Conan qui est l’un des seuls rares films d’action actuels à se sortir les doigts du cul et offrir du gore.

  • par Marc
    Posté lundi 26 septembre 2011 9 h 56 min 0Likes

    Pardon mais j’ai rigolé en voyant un truc positif au sujet de cette bouse abyssale qu’est Conan

Laisser un commentaire