Rencontre avec Charlie Cox, Jon Bernthal & Elodie Yung

Pour patienter jusqu’à la diffusion de la saison 2 ce vendredi 18 mars, Netflix a mis en ligne une ultime bande-annonce des nouvelles aventures de Matt Murdock.

Nous, nous vous proposons de découvrir, en plus de notre sortie de projection évoquant les deux premiers épisodes, notre rencontre avec Charlie Cox (Daredevil), Elodie Yung (Elektra) et Jon Bernthal (Le Punisher) qui avaient fait le déplacement jusqu’à Paris pour présenter les nouveaux personnages et leurs relations à un public de happy fews.

 

Comment expliquez-vous que les héros de comics soient passés du statut de « héros pour américains ou pour enfants » à un statut de renommée mondiale ?
Charlie Cox : On imagine souvent que « le super héros » est un genre. Que ça soit à la télévision ou au cinéma on parle de genre des super héros. Pourtant Captain America est un thriller dramatico-historique, très différent des Gardiens de la Galaxie ou Thor, de la même manière que la série Daredevil est très différente de Jessica Jones. L’autre aspect de la chose, c’est que les super héros parlent aux enfants qui vivent en nous, à ceux qui rêvent d’avoir des pouvoirs et de faire quelque chose de leur vie.

Jon Bernthal : Ecoutez, la technologie actuelle fait que le monde est de plus en plus petit. La preuve est qu’on est tous là pour une série Netflix qui sera diffusée mondialement. Charlie parlait du coté positif, d’être un héros. Il y a aussi des manifestations du mal à l’échelle mondiale désormais, du terrorisme aux changements climatiques. Ce sont des choses qui nous concernent tous, cette idée d’un mal plus grand que nature.

Charlie, pouvez-vous nous parler de l’évolution de votre personnage d’une saison à l’autre?
Charlie Cox : La saison 1 était la naissance de Daredevil. Dans la saison 2, il se pose la question de ce qu’est l’héroïsme. Est ce que ce que Matt fait est bien ? Est ce que ça fait de lui un héros ? Maintenant que Fisk est en prison, Matt est heureux de sa situation, il fait son job avec le sourire. Il devient peut-être un peu arrogant, complaisant. La situation va bouger quand ces deux-là [Elektra et le Punisher] vont débarquer.

Jon, comment avez-vous construit votre personnage ? Plutôt en vous basant sur les comics ou plutôt en vous concentrant sur le scénario ?
Jon Bernthal : J’ai pris beaucoup de plaisir à me plonger dans les comics. J’ai passé du temps dans les boutiques de comics, j’ai découvert que les fans étaient des passionnés qui m’ont dirigé vers les bons bouquins, notamment Punisher Max. C’était aussi la première série à laquelle je participe alors qu’elle a déjà commencé. Je me suis donc plongé dans la saison 1 et j’ai été impressionné. J’ai voulu faire du bon boulot par respect pour le boulot des autres. On a créé un lien entre nous, avec les auteurs et les équipes de la série, le personnage a envoyé en fonction de moi, il a évolué de façon organique avec les scénaristes.

Elodie, parlez-nous d’Elektra ? Comment avez-vous fait pour travailler un personnage si extrême ?
Elodie Yung : Je ne connaissais pas Elektra avant qu’on me propose le rôle. Je ne connaissais que la série que j’aimais beaucoup. Le processus a été inverse pour moi. J’ai auditionné sans savoir que j’allais être Elektra, et au fur et à mesure des auditions j’ai appris que c’était elle, alors que je construisais un personnage. Je me suis alors plongée dans les comics dont Elektra Assassin et j’ai réalisé les nombreuses facettes du personnage. Ensuite, la collaboration avec les auteurs m’a permis d’apporter des touches personnelles et de l’humanité au personnage.

Charlie Cox : Je dois que préciser que j’ai fait des lectures avec les quatre actrices en lice pour le rôle alors que le tournage avait tourné. Elodie était la meilleur, celle qui avait le plus de personnalité. Jeph Loeb, le patron de Marvel Television, lui a alors demandé ce qu’elle avait de plus à apporter au personnage. Elodie a répondu qu’elle était ceinture noire de karaté. Loeb lui a demandé ce que ça signifiait et elle a répondu : « ça veut dire que je peux te botter le cul ». Et c’est comme ça qu’elle a eu le rôle.

Quels étaient vos héros quand vous étiez enfants ?
Charlie Cox : J’ai toujours admiré les joueurs de foot comme Thierry Henry. Il y a quelques années quand je travaillais sur Boardwalk Empire je suis allé déjeuné avec un ami à moi. Et je ne suis pas forcément admirateur de gens connus. Pourtant quand je suis entré j’ai vu Thierry Henry et Patrick Vieira et je ne pouvais plus bouger.

Jon Bernthal : Moi c’était mon père.

Elodie Yung : Ma mère.

Charlie Cox : Est-ce que je peux changer ma réponse ?

Comment vous êtes vous préparés pour vos rôles ?
Charlie Cox : C’est un processus complexe. Il y a eu tellement de comics et de publications qu’il faut se concentrer sur le script qui est écrit pour ma version de Matt Murdock. Après, certains aspects étaient compliqués : le fait que mon personnage soit aveugle, qu’il doit marcher avec une canne, qu’il doit être doué en arts martiaux. Le pire pour moi était de devoir ne pas regarder les acteurs dans les yeux, je devais fixer leurs épaules.

Dernière question : comment avez-vous géré la relation très attendue entre Elektra et Daredevil ?
Elodie Yung : Ca a collé tout de suite entre Charlie et moi. On n’a donc pas fait un effort conscient. Ca s’est fait sur place, en travaillant, en jouant les scènes, de manière naturelle. Charlie est un acteur généreux.

Charlie Cox [en entendant Elodie parler français] : Ca, j’ai compris !

Elodie Yung : Tout ça s’est fait naturellement en essayant des choses pendant le tournage.

Charlie Cox : la relation est bien écrite, ça aide énormément. Je pense aussi que tous les hommes ont connu une relation avec quelqu’un comme Elektra, quelqu’un de sauvage, qui peut nous manipuler simplement grâce à son regard. Et on s’en souvient comme d’une période à la fois heureuse et à la fois dont on veut se débarrasser. Du coup je n’avais qu’à me souvenir de moi-même quand j’avais vingt ans ! Et je dois préciser qu’Elodie n’est pas du tout comme Elektra mais qu’elle joue parfaitement la folle.



2 commentaires pour “Rencontre avec Charlie Cox, Jon Bernthal & Elodie Yung”

Laissez un commentaire :

  © CloneWeb - 2002-
RSS Actus | RSS Commentaires | RSS Forum | Netvibes | Wikio | iGoogle | MyYahoo
Reproduction, même partielle, interdite sans l'accord de l'auteur
Les différents produits cités ou utilisés sont la propriété de leurs auteurs respectifs.
Site propulsé par Wordpress - Design du thème : CloneWeb - Logo et plein de trucs biens par Ol-Design
56 requêtes. 0,636 secondes.