A seulement 29 ans, Damien Chazelle commence à avoir un CV bien rempli. Scénariste de Grand Piano, il avait déjà sorti un premier long métrage intitulé Guy and Madeline on a Park Bench en 2009 pour ensuite enchainer avec la version court-métrage de Whiplash.

Aujourd’hui il sort sur nos écrans la version longue avec Miles Teller (voir notre interview) et J.K. Simmons et ça pourrait bien être un des meilleurs films de cette année 2014 bien riche.

Lors de son passage à Deauville en septembre dernier, nous avons eu l’occasion de lui poser quelques petites questions.

 

CloneWeb: Comment s’est passée la mise en route du projet, l’écriture du scénario et la rencontre avec les acteurs?
Damien Chazelle : Tout a commencé par l’écriture du scénario, la chose la plus personnelle que je n’ai jamais écrite. J’ai batteur dans un groupe de jazz au lycée, et non pas au conservatoire comme dans le film. Un prof de conservatoire est venu au lycée, il voulait organiser quelque chose de très compétitif, très dur. Il me faisait hyper peur. J’ai passé quatre ans à faire ça. C’était à la fois traumatisant et inspirant.
J’ai donc écrit ce scénario et je me suis mis en quête de producteurs. Mais personne ne voulait de quelque chose sur le jazz. J’ai finalement fini par trouver des gens qui ont eu l’idée qu’on fasse un court-métrage, histoire de convaincre les investisseurs.
J’ai rencontré J.K. Simmons grâce à Jason Reitman pour ce court. Tout ça nous a permis de trouver de l’argent, de préparer le long.
J’ai ensuite fait lire le scénario à Miles Teller, que j’avais beaucoup aimé dans Rabbit Hole.

Tu avais Miles Teller en tête pour le rôle depuis le début ?
Oui ! Rabbit Hole est sorti pendant que j’écrivais.

Ton premier film, Guy and Madeline on a Park Bench, parle de jazz. Tu as écrit Grand Piano et maintenant Whiplash. Quel est ton rapport à la musique ?
C’est un monde que je connais bien parce que j’ai été batteur. Je trouve ça fascinant, que ça soit les comédies musicales ou même filmer des musiciens. Ce sont des choses qui m’inspirent beaucoup. J’espère pouvoir y revenir dans le prochain film que je prépare avec Miles Teller.

Justement, ton prochain film s’appellera La La Land avec Emma Watson. Et Miles Teller donc ?
Ce sera une comédie musicale à la Jacques Demy. C’est une histoire d’amour qu’on va tourner à Los Angeles et qui se passera là-bas, une histoire entre une actrice et un musicien. Ce sera un peu dans l’esprit de Une Etoile est Née de Frank Pierson. On devrait tourner à partir de février mars. Ca fait longtemps que j’essaye de monter ce projet auquel je tiens.

Tu pourrais filmer du documentaire musicale ?
Pas forcément en faire mais mon éducation cinématographique vient du documentaire. J’ai tourné du cinéma-vérité en 16mm, caméra à l’épaule et j’adorais ça. J’aime des gens comme Frederick Wiseman par exemple. C’était important pour moi parce que ça m’a appris à filmer des musiciens.
J’ai d’ailleurs filmé de vrais musiciens pour Whiplash. Ce n’est pas un documentaire, c’est un film écrit mais je voulais que ça soit de vrais musiciens, ce qu’ils sont.

Quelles ont été tes inspirations pour Whiplash ?
Ce qui est amusant, c’est que la plupart de mes sources d’inspiration n’étaient pas des films musicaux. J’ai regardé des films de guerre, des polars, des films de gangsters. J’ai vu des films avec James Cagney, des films de Scorsese comme les Affranchis, Raging Bull… La Horde Sauvage aussi ! Des films durs et violents. Je voulais faire un film violent, mais sans morts, sans armes. Je voulais que les mots, les émotions, la musique elle-même soient violents.

Est-ce que tu as songé à changer de style musical quand il a s’agit de convaincre des producteurs ?
Non, parce que c’est un sujet trop personnel. Et pour raconter l’histoire d’un batteur, il faut que ça soit le jazz. Les plus grands batteurs sont des batteurs de jazz.

Des projets après La La Land ?
Ma priorité est La La Land. Mais j’aimerais bien faire des films non musicaux. J’aimerai faire un vrai film de gangsters !

 

1 commentaire

Ajoutez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.