En marge du Festival d’Annecy, Sony Pictures a mis en ligne la nouvelle bande-annonce d’Hotel Transylvanie 2.

Au même moment, à Annecy, le réalisateur du film, Genndy Tartakovsky, tenait une grande conférence pour évoquer l’ensemble de sa carrière et ses projets. Rappelons que l’homme est derrière des séries incroyables comme Clone Wars, Sym Bionic Titan, Samouraï Jack ou le Laboratoire de Dexter.

Revenant sur ses premières années, son arrivée de Russie aux USA et son entrée à la prestigieuse école CalArts, Tartakovsky a évoqué ses premières collaborations avec Cartoon Network et s’est arrêté sur Clone Wars, nous expliquant que la série avait d’abord été envisagée pour vendre d’avantage de figurines Hasbo (!) entre les épisodes 2 et 3 de Star Wars.
Heureusement, la chaine a eu la bonne idée de confier le projet à un réalisateur de talent qui a imaginé le projet sous forme de petites histoires séparées, un peu comme ses témoignages de soldats qui envoyaient des lettres à leur famille, chacun expliquant “son quotidien”. George Lucas a validé le projet, après avoir négocié la durée, sur le pitch soumis mais aussi parce que ses enfants étaient fans de Samourai Jack.

Nous présentant des dessins conceptuels de projets abandonnés dont un film d’animation avec des vikings et une histoire avec des dinosaures dans la veine de La Vallée des Merveilles mais sans le moindre dialogue, Genndy a évoqué sans langue de bois les difficultés rencontrées par son studio, l’impossibilité de trouver des financements à une époque de crise financière et son retour un peu forcé à la télévision avec l’excellent Sym Bionic Titan. La série a été annulée par la chaine “parce qu’il n’y avait pas de jouets à vendre”, ce que le réalisateur a qualifié de très frustrant. Il a quand même évoqué le sort des dix épisodes restants, jamais diffusés, qui pourraient finir sur un réseau à la Netflix. L’idée est encore “dans sa tête mais il y a actuellement une opportunité”.

Tartakovsky a ensuite évoqué le sort de Popeye, tout en nous montrant une scène en storyboards animés mettant en scène des pirates. Le film, qui pourrait continuer sans lui, devait raconter une quête : Popeye serait parti en quête d’un joyau qui aurait pu lui permettre de retrouver son père, en compagnie d’Olive. Mais Sony Pictures voulait une version modernisée du personnage quand Genndy voulait rester le plus fidèle possible à l’oeuvre originale (d’autant que son premier professeur était un animateur sur la série originale). On a pu voir de très beaux décors dessinés par le français Aurélien Predal qui laissait présager d’un projet de haute tenue.

Enfin, le créateur de Samouraï Jack a présenté son prochain long intitulé “Can You Imagine ?” dans lequel des parents à l’éducation stricte partent en quête de leur petit garçon dans l’imagination de ce dernier, dans un monde où se mêlent donc naturellement une “ville-fusée”, des dragons, des vikings et des robots géants.

Concluant sur le fait que les gens ont oublié la puissance du dessin animé traditionnel, ne sachant plus apprécier un beau dessin sur un grand écran, Genndy Tartakovsky nous a vendu une nouvelle fois du rêve.

Son prochain, Hotel Transylvanie 2 sortira

Ajoutez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.