Avant-dernier jour à l’Etrange Festival. Demain, pour la cloture, on vous parlera du très attendu Monsters. Mais d’ici là, parlons des trois films du jours : le premier est un documentaire sur la vie de Jesco White, danseur américain appartenant aux rednecks, le suivant est un film déjanté signé Quentin Dupieux (connu sous le nom de Mr Oizo).
Le troisème est Buried, un film démontrant que Ryan Reynolds est un bon acteur (et on pense à Green Lantern !) puisqu’il va passer le film enterré vivant ! Lui, on aura l’occasion d’en reparler.

The Wild & Wonderful Whites of West Virginia de Julian Nitzberg (2010)
Au début de l’année sortait White Lightnin’, film basé sur la vie de Jesco White, célèbre danseur américain membre d’une famille de rednecks criminels qui a eux seuls culmine un bon pourcentage du taux de crimes de la Virginie occidentale. Cette famille, c’est les White, un clan de plus de 30 personnes vivant hors des lois et dont le seul but dans la vie est à peu près celui de faire la fête quand on ne leur cherche pas des noises puisque c’est simple, ils ont tous déjà fait de la prison à l’exception des enfants de moins de 10 ans environ, que ce soit pour le jeune de 23 ans qui a tiré sur un de ces oncles avant de passer une nuit parqué dans une baraque à ouvrir le feu sur les flics à la grand mère de 84 ans.
Drogues, sex & country pour cette famille hors du commun qui a été suivie durant plus d’un an pour un documentaire hallucinant de bout en bout, dans lequel on suit des êtres qui n’ont peur de rien et qui s’avèrent touchants malgré leurs excès en tout genre, le documentaire ayant été fait pendant certains évènements tragiques dans la famille. Une tranche de vie extraordinaire et qu’il faut voir pour croire.

Rubber – Sortie le 10 novembre 2010 – Bande annonce
Réalisé par Quentin Dupieux
Avec Stephen Spinella, Roxane Mesquida, Jack Plotnick

Armé de son Canon 5D, Quentin Dupieux alias Mr. Oizo (souvenez vous le flat beat fin 90, c’était lui) revient au cinéma après Steak avec une histoire pour le moins complètement délirante : un pneu tueur aux pouvoirs télépathiques. Film concept se posant comme une métaphore au 7ème art, Rubber fascine par son ambiance décalée et par certaines idées excellentes même si il faut bien admettre qu’il ne tient pas sur la longueur malgré sa durée de seulement 1h15. Ne vous inquiétez pas, on en reparle plus longuement très bientôt.

Buried – Sortie le 3 novembre 2010
Réalisé par Rodrigo Cortés
Avec Ryan Reynolds, Robert Paterson, José Luis García Pérez

Alors que certains se plaignaient encore la semaine dernière des petits budgets alloués en France au cinéma de genre et de l’extrême difficulté de monter des projets qui ont de la gueule, l’Espagne vient enfoncer le clou posé par Pontypool avec un nouveau film faisant preuve d’une économie de lieu extrême pour ne pas dire absolue. Oubliez le studio de Radio de Pontypool, oubliez la cabine téléphonique de Phone Game, nous avons trouvé le champion toute catégorie du plus petit espace diégétique : Buried. En effet, l’intégralité (vraiment!) du film se passe dans… un cercueil.
Un cercueil dans lequel se réveille dans savoir pourquoi un jeune américain qui va devoir trouver un moyen de s’en sortir avec pour seul ami un briquet et un téléphone portable à moitié chargé.
On pouvait craindre quelque peu l’usure du concept sur la durée et pourtant, voici une claque d’écriture et de découpage, la tension et l’intérêt étant crescendo tout du long avec un suspense puissant et une intrigue dont l’évolution étonne et surprend. Ryan Reynolds, que l’on avait pas vraiment apprécié jusque là et qu’on aborde toujours avec un certain apriori vu qu’il est l’homme le plus chanceux du monde (Scarlett Johansson lui a dit oui, rien que ça), se révèle époustouflant et balai toute sa carrière avec une interprétation habitée et ultra convaincante, pour un résultat à voir d’urgence à sa sortie tant l’expérience est forte et peut mettre mal à l’aise, bien plus que pour le coup qu’une connerie du genre A Serbian Film.
Même si l’expérience claustrophobe ultime au cinéma reste encore et toujours l’indétrônable Alien de Ridley Scott, on s’en rapproche pas mal avec Buried.

Ajoutez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.