L’avant dernière journée à Deauville a été marquée par deux films importants, à commencer par Knight of Cups du réalisateur acclamé Terrence Malick (La Ligne Rouge, Tree of Life) et qui peine à sortir dans les salles. Vous devrez d’ailleurs attendre jusqu’au 25 novembre pour découvrir Christian Bale devant la caméra du réalisateur.

L’autre est une nouvelle adaptation de Madame Bovary de Gustauve Flaubert, porté cette fois par Mia Wasikowska dont ce n’est pas le seul film cette année puisque vous pourrez aussi la voir dans Crimson Peak de Guillermo del Toro (dont on reparle très vite !).

 

Knight of Cups – Sortie le 18 novembre 2015
de Terrence Malick

En seulement 4 films, Terrence Malick a su se hisser dans les rangs des plus grands réalisateurs. Forcément, tous ses long-métrages sont des chefs-d’œuvre. Il a néanmoins commencé à diviser avec ses cinquième et sixième, le superbe Tree of Life et le bancal To The Wonder.
Ici il revient avec Christian Bale dans le rôle de Rick, un scénariste vivant à Hollywood. C’est à peu près tout ce que Knight of Cups raconte. Il essaie parfois d’évoquer dans un exercice de style la vacuité Hollywoodienne, mais ça n’ira malheureusement pas plus loin.
Le 7ème long-métrage de Malick semble être une œuvre d’art contemporaine. Oui c’est esthétiquement très beau mais c’est totalement abstrait. Jason Clarke, Joe Lo Truglio, Antonio Banderas et d’autres font office de figurants (c’était le cas avec Adrian Brody coupé au montage de La ligne rouge). Il n’y a plus aucune narration, les scènes s’enchaînent, découpées en chapitres, dans un ordre tellement random qu’on pourrait presque refaire un montage du film et les mettre dans le désordre. Sans aucun dialogue, Christian Bale court tout habillé sur la plage, marche pieds nus dans la rue, porte Imogen Poots / Natalie Portman / Teresa Palmer / Cate Blanchett dans ses bras. Le tout superposé avec une voix off qui raconte des choses totalement sans rapport avec ce qu’on voit à l’écran.
On n’est pas loin de la sieste.

 

Madame Bovary – Sortie le 4 novembre 2015
de Sophie Barthes

Enième adaptation du roman de Flaubert, le Madame Bovary de Sophie Barthes est l’histoire que vous connaissez déjà (le bébé en moins), accompagnée cette fois-ci de Mia Wasikowska dans le rôle titre.
Si elle est toujours absolument impeccable, c’est bien la seule qualité du film. Une adaptation donc qui ne présente absolument aucun intérêt et est d’un ennui total. On dirait parfois un film français, où Mia Wasikowska, seule, pleure dans la cuisine.
Madame Bovary s’ennuie, et nous aussi.

1 commentaire

Ajoutez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.