Après la critique d’un long métrage qui fait parler d’elle, on fait le grand écart pour évoquer à la veille de sa sortie un documentaire.

Black Power Mixtape, produit et encouragé par Danny Glover qui était notamment venu le présenter à Deauville, traite du Black Power, terme utilisé pour recouvrir divers mouvements politiques et culturels qui luttaient contre la ségrégation des Noirs aux USA dans les années 60 et 70.

Voici la critique.

Black Power Mixtape – Sortie le 16 novembre 2011
Réalisé par Göran Olsson
Avec Stokely Carmichael, Eldridge Cleaver, Kathleen Cleaver
Ce documentaire retrace l’évolution du mouvement Black Power de 1967 à 1975 au sein de la communauté noire. Le film associe musique et reportages (des rushs en 16mm restés au fond d’un placard de la télévision suédoise pendant plus de trente ans), ainsi que des interviews de différents artistes, activistes ou musiciens qui sont des piliers de la culture afro-américaine.

Réaliser un documentaire est toujours un projet à double tranchant. Si le sujet n’est pas bien traité, il est possible que le film perde le spectateur. Le suédois Göran Olsson, déjà réalisateur de 2 autres documentaires musicaux, décide de se pencher sur le mouvement du Black Power, entraîné par Malcolm X et Martin Luther King, où les Noirs des Etats-Unis ont commencé à protester pour se faire entendre et respecter, traiter comme égaux, de façon souvent pacifique. Pour la troisième fois, Olsson a décidé de se placer sur le plan musical. Enfin pas exactement. Des documentaires et fictions sur le Black Power ne sont pas nouveaux. Seulement ici, le “réalisateur” a mis la main sur une flopée d’images d’époques réalisées par une équipe de journalistes suédois et les a agrémentés de commentaires d’icônes tel qu’Angela Davis ou Harry Belafonte. Il va donc raconter l’évolution du mouvement sur 10 ans.

Projet aussi intéressant que casse gueule, Black Power Mixtape, co-produit par Danny Glover, se révèle très alléchant. Cette page bien trop peu connue de l’histoire malgré certaines fictions se voient ici portée à son apogée par 1h30 de presque quotidien de figures du mouvement, tel que Stokely Carmichael ou Angela Davis, qui font partis des origines du Black Power. Les différents témoignages d’artistes engagés et personnalités donnent une force de caractère très particulière au long métrage qui appuie d’autant plus les images que l’on voit à l’écran. Sujet coup de poing, il est d’autant plus intéressant maintenant que Barack Obama est président et que malgré ça, le racisme n’a pas disparu. Egalement, Olsson prend le parti de raconter son histoire non pas par thème ou par personnalité, mais chronologiquement. Si pour certains sujets cette position est plus que discutable, ici il s’avère être un choix très ingénieux puisqu’on suit bel et bien le début du Black Power (jusqu’aux JO de 1968 où ils commencent à être connus) jusqu’à son apogée puis son déclin. Le sujet intéresse oui, mais peine à passionner. Il peine à entraîner le spectateur néophyte avec lui.

En effet, le documentaire a un gros défaut. Si vous n’êtes pas un minimum cultivé sur le sujet, si vous n’avez pas quelques connaissances, il est possible que vous soyez perdu. En effet, et c’est encore un choix du réalisateur, Black Power Mixtape n’a hélas pas de dimension didactique. Les personnalités ne sont pas présentées, tout comme le contexte. Ne presque pas aborder des figures tels que Martin Luther King (hormis son assassinat, vaguement) est en effet très compliqué et n’aide pas dans l’implication du spectateur. Enfin, il aurait été encore plus intéressant de faire jouer la musique comme un des éléments clés du récit, puisque le documentaire nous ait présenté comme documentaire en partie musicale. Le seul rapport qu’on aura avec la musique ne sera simplement que le témoignage et voix off des artistes. En somme. Black Power Mixtape est vraiment intéressant, avec un sujet trop peu abordé. Il vaut le détour surtout pour ses images d’archives et malheureusement pas pour son traitement visant seulement les initiés.

1 commentaire

  • Langston Hughes jeudi 17 novembre 2011 1 h 27 min

    Comme ça fait plaisir de voir que vous allez aussi voir des documentaires … Mieux que de lire la critique sur l’adaptation ado, débile du moment ! Merci CloneWeb ! J’ai bien envie d’aller voir ce Black Power mixtape ! Je m’arrangerai pour me faire une petite recherche avant de m’enfermer dans une salle obscure !

Ajoutez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.