3e volée de critiques de films vus par Jean-Victor au Festival International du Film Fantastique de Paris, ou PIFFF.

Au programme cette fois un film avec Selma Blair, comédienne qui semble plus tourner de films indépendantes que de blockbusters ces derniers temps mais aussi -et surtout- le documentaire Side by Side produit par Keanu Reeves et traitant du passage de la bonne vieille peloche au cinéma numérique. En attendant de voir les deux prochains films d’arts martiaux du comédien, 47 Ronin et Man of Thaï Chi.

La suite du PIFFF demain ! Paf !

 

In Their Skin (2012) de Jeremy Power Regimbal
Mark, Mary et leur fils Brendan forment une gentille petite famille. Partis se reposer dans leur maison de campagne après la mort tragique de leur petite fille, ils vont croiser la route d’une drôle de famille qui aimerait bien prendre leur place…

Autrefois appelé Replicas, In Their Skin suit un couple bien sous tout rapport et partie en vacances dans sa maison de repos avec leur fils pour s’aérer les esprits suite à un drame familial. Un séjour qui va être perturbé par l’apparition de leurs voisins qui leur ressemblent étrangement, et qui vont s’avérer plus envahissant que prévu… Film sur l’éclosion du cocon familial et la protection des siens, In Their Skin se caractérise par une montée en tension sur le cordeau une heure durant, le réalisateur parvenant à grandir le malaise par petites touches, entre les phrases suspectes et les gestes déplacés des occupants non désirés. Lorsque l’explosion tant redoutée et attendue arrive, on sent le metteur en scène moins à l’aise avec les figures imposées du genre, et la progression se révèle plus convenue, plus prévisible, certains passages pour relancer la tension pouvant même être coupés purement et simplement du montage tant ils n’apportent rien, sinon des minutes supplémentaires. On regrette aussi que certaines pistes scénaristiques intéressantes, sur la dualité entre les deux familles et leurs similitudes, ne soient pas plus développées puisque les idées en question sont juste lancées dans le film sans réel impact par la suite.
Des défauts qui empêchent In Their Skin de remporter complètement l’adhésion pour un film évoluant dans des règles aussi balisées, mais qui restent appréciable ne serait-ce que pour sa première heure qui fonctionne à plein régime.

 

Side by Side (2012) de Chris Kenneally
Le passage de la pellicule au numérique vu par les réalisateurs et chefs opérateurs majeurs de l’Histoire du cinéma

Keanu Reeves est en plein travail sur son projet de film de kung-fu depuis un certain temps, et il s’est donc penché sur la question du choix de caméra à un moment.
De cette réflexion est né un désir d’en savoir plus sur la transition opérée depuis 10 ans de la pellicule vers le numérique et il s’est allié avec le directeur de post-production Chris Kenneally pour réaliser ce documentaire Side By Side, centrée sur cette problématique. L’avantage quand on travaille dans le milieu, c’est d’avoir les portes ouvertes plus facilement. Du coup, les intervenants de Side By Side représentent la crème de la crème, puisqu’on y croise notamment James Cameron, David Fincher, Andy & Lana Wachowski, Christopher Nolan, Steven Soderbergh, George Lucas ou David Lynch ! Et avec de tels noms, l’exercice ne pouvait qu’être passionnant, grâce à une structure intelligente qui englobe le problème sous toutes ses facettes, le documentaire s’intéressant aussi bien au tournage qu’aux effets spéciaux, en passant par le montage, l’étalonnage ou même la question épineuse de l’archivage. Confrontant les points de vues et les opinions, le documentaire donne la parole à différentes professions (aussi bien acteurs que chef opérateurs…) et permet de mesurer l’impact du numérique sur la globalité de l’industrie, aussi bien dans des problématiques économiques que logistiques ou purement artistiques. Et le tout s’avère d’autant plus ludique que le film n’est pas élitiste et s’avère être à la portée de tous, expliquant de manière très simple certains concepts indispensables à la compréhension de la chose.
C’est complet, objectif, lucide, et ça devrait intéresser quiconque s’intéresse un tant soit peu à l’avenir du cinéma et des images en général.

 

Ajoutez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.