A peine sorti de son expédition au fond de la Fosse des Mariannes que James Cameron a repris sa casquette de metteur en scène pour présenter ce 27 mars à Londres la version 3D de son Titanic en présence notamment d’une Kate Winslet de plus en plus charmante et de Billy Zane.

60 semaines de travail, 300 personnes et plusieurs millions de dollars ont été nécessaires pour restaurer le film de 1998 et le convertir en 3D. La passion de Cameron pour cette technologie et son amour pour le film ont servi à faire en sorte que Titanic soit actuellement le seul film converti méritant le coup d’oeil.

Et si on poussait le vice à se demander si le meilleur film sortant cette année ne daterait pas d’il y a 14 ans ?

 

LA CRITIQUE

Il y a 14 ans de ça, le monde connaissait un phénomène sans précédent dans l’histoire du cinéma.
Des files d’attente qui n’en finissaient plus durant des mois, des fans hystériques qui y retournaient des dizaines et des dizaines de fois, des vagues de hurlements à la simple évocation de leurs interprètes…
Le phénomène Titanic avait tout rasé sur son passage, se plaçant alors comme le plus grand succès de toute l’histoire en termes de recettes. Avant de se battre lui-même 10 ans après avec Avatar, James Cameron avait déjoué tous les pronostics et transformé un pari fou en un classique instantané du 7ème art, sous forme d’hommage ultime au cinéma classique avant de partir vers celui de demain.
Après tout ce temps, et l’annonce d’une ressortie en version 3D, que reste-t-il de Titanic et cette nouvelle version en vaut-elle vraiment la peine ?

Dans l’absolu, on n’est pas vraiment là pour vous parler du film en lui-même puisque celui-ci n’a pas changé, excepté le relief, par rapport à la version que nous connaissions déjà.
Il est tout de même hallucinant de constater combien plus d’une décennie après sa sortie, Titanic s’avère toujours aussi flamboyant et spectaculaire, aussi prenant et émotionnellement fort.
Alors que nous sommes de nos jours submergés (haha.) d’effets spéciaux dans tous les sens et pas toujours des plus aboutis, Titanic a survécu au temps et semble même l’avoir défié tant le film reste un monstre de maîtrise technique, dont les fabuleuses scènes montrant le bateau dans son entièreté étaient des exploits démentiels pour l’époque et le restent encore aujourd’hui.
Que ce soit le fameux plan à 1 millions de dollars avec le couple au bout de la proue ou encore toute la partie naufrage du long-métrage, Titanic reste une leçon de mise en scène hallucinante et de technique démentielle, au service d’une histoire qui n’a rien perdue de sa force et qui passe comme le vent tellement ces 3h15 de film défilent à toute allure.

Mais puisque nous parlons de la technique de l’époque, intéressons nous surtout à celle aujourd’hui et qui s’avère être le fer de lance de cette ressortie.
A vrai dire, Titanic 3D s’avère être le nouvel étendard de la conversion 3D, et était attendu de la part du maître en la matière comme une démonstration technique absolue concernant ce procédé de fabrication qui a jusqu’alors complètement desservi l’extension du relief et l’adhésion totale des spectateurs à cette nouvelle dimension. Après des hérésies comme le Choc des Titans, Alice au pays des merveilles ou encore Le dernier maître de l’air, dans lesquels les perspectives étaient tellement malmenées que vos yeux n’en sortaient pas indemnes, Cameron avait promis au monde entier que le relief converti pouvait être de qualité, à condition d’y mettre les moyens.
Mais avant même d’envoyer un film tourné en pellicule dans les mains des responsables de la stéréoscopie, il faut le faire passer dans l’ère du numérique.
C’est là qu’intervient la première réussite de cette nouvelle version, et pas des moindres, puisque la remasterisation du film est absolument à tomber par terre. D’une clarté incroyable, avec une palette de couleurs chatoyantes et une précision millimétrée dans les détails, le travail de nettoyage et de copie du film dans un format 4K est une grande réussite, faisant honneur au travail de l’époque et assurant une future sortie Blu-Ray de très haute qualité.
C’était la première chose sur laquelle Cameron a passé du temps, redonner toute sa jeunesse au film et le faire passer dans le monde digital en veillant bien à ce que rien ne soit laissé au hasard, tout comme il l’avait déjà fait pour la version Blu-Ray d’Aliens.

Autant dire que le film n’attendait plus que l’expertise du cinéaste pour passer à la troisième dimension, et que là encore, vous n’allez pas en croire vos yeux.
C’est bien simple : dès les premières images, on se demande comment ils ont fait.

Devant les images des sous marins avançant prudemment au dessus de l’imposante épave, la profondeur est d’une douceur et d’un naturel à couper le souffle, à croire que le film a été tourné en 3D. Le travail de plus d’un an opéré par 300 techniciens et supervisé par Cameron est époustouflant tant tout le long-métrage est un plaisir pour les yeux dans ce relief savamment pensé et méticuleusement travaillé. La preuve en est qu’on retrouve tout ce qui avait fait la force du relief sur Avatar, et que celui ci se fait oublier en moins de 10 minutes. Non pas parce qu’il est inexistant, mais parce que bien au contraire, il plonge un peu plus le spectateur dans l’histoire, et permet une immersion encore plus poussée. Comme les séquences de vol à dos de banshees, les plans montrant le paquebot sur toute sa longueur alignent une profondeur à couper le souffle, et un horizon qui semble bel et bien inatteignable.

Mais là où le relief prend toute sa force, c’est sur les séquences plus intimistes.
La sensation d’être dans la chambre de Rose lorsqu’elle parle avec sa mère, ou d’être derrière Jack lorsqu’il la dessine nue, renforce l’émotion dégagée par ces scènes, tout comme dans les passages où Kate Winslet cherche de l’aide dans les couloirs inondés du bateau, le relief restreint du lieu appuyant à l’extrême le sentiment de claustrophobie.
Evitant tout effet jaillissant gadget et malvenu (ceux qui n’attendent que ça du relief n’ont toujours pas compris que le fait de loucher vers l’extérieur demandé par ce type d’effet promet un mal de tête assuré passé les 30 secondes…), jamais sombre et jamais outrancier, le relief de Titanic est tout simplement d’un naturel incroyable, et donne lieu à des plans fabuleux, notamment quand on se rapproche des personnages et que l’on perçoit mieux que jamais chaque trait de leur visage. C’est dans ces passages là, lorsqu’on a cette intimité inédite avec le couple mythique, que l’on comprend réellement tout l’intérêt d’un relief qui fait d’ores et déjà office de référence.

James Cameron nous avait promis que la conversion pouvait être un procédé très performant concernant le relief, et il ne s’y était pas trompé. Estomaquant de bout en bout, la 3D de Titanic ne fait que renforcer la puissance des images d’un classique plus resplendissant que jamais.
Une expérience qui justifie à elle seule la redécouverte en salle où il se doit d’être vu pour en saisir toute la force, pour un résultat plus titanesque (!) que jamais et sur lequel toute l’industrie devrait prendre exemple.

Titanic, de James Cameron – Sortie originale le 7 janvier 1998

15 commentaires

  • MrHobbes vendredi 30 mars 2012 1 h 38 min

    Quand on veut faire QUE de l’argent, on passe pas autant de temps à rendre la 3D indispensable et réussie ( contrairement à toutes les autres sorties 3D, coucou Star Wars)

  • MrHobbes vendredi 30 mars 2012 1 h 39 min

    Et c’est de la mauvaise foi de ne pas reconnaître le travail et la passion derrière

  • arnaud mercredi 28 mars 2012 15 h 45 min

    C’est en voyant ce genre de ressortie que je suis bien content de ne plus fréquenter beaucoup les salles obscures.Quel interet de revoir encore et enccore le meme film? De refaire ce qui a déja été fait? Il n’y as semble t-il plus vraiment d’idée créatrice de la part de certains cinéastes.Entre suites, remakes, ressortie 3D et cie, ca me dégoute plus qu’autre chose.Messieurs, créez,innovez, surprenez nous en matière de cinéma!

  • MrHobbes mercredi 28 mars 2012 17 h 16 min

    @arnaud: Euh… Tu as lu la critique?

  • arnaud mercredi 28 mars 2012 18 h 50 min

    Oui, j’ai lu la critique et vu le film en 1997. Voir un film remasterisé et bardé d’effets 3D ne m’interesse pas.Titanic est un excellent film et l’a déja prouvé il y a 14 ans. Libre a ceux qui veulent le revoir. Personnellemnt je n’en vois pas l’interet surtout qu’a mes yeux la 3D a toujours été de la poudre aux yeux dont le seul but me semble surtout un beau pretexte pour ressortir 10 fois le meme film en augmentant encore plus le prix de la place.Sans moi!

  • Hugo mercredi 28 mars 2012 22 h 39 min

    Si tu as lu la critique, tu ne l’as visiblement pas comprise…

    Pour ma part, je n’avis pas du tout envie de me retapper plus de 3h de film, mais vu la critique, j’ai carrément envie de le revoir !

  • arnaud jeudi 29 mars 2012 6 h 17 min

    Si tu as 3h de temps a perdre pour revoir la meme chose…Apparemmment les gens se laissent toujours facilement influencer par la 3D et des critiques cinéma.Explique moi donc les raisons qui te pousse a revoir un film que tu connais surement par coeur.La vie est trop courte pour revoir (ou refaire indéfiniment la meme chose)

  • Ludsidious jeudi 29 mars 2012 6 h 25 min

    Franchement Arnaud, tu as probablement chez toi des DVD de films ? C’est bien pour revoir des films que tu as vus ? Or, un film, cela se regarde au cinéma, à la base.
    Actuellement, il y a au moins deux cinéastes grand public qui “offrent” à leur public ce qu’il attend en conservant un fort degré artistique : Cameron et Jackson.
    Bien évidemment, une ressortie est l’occasion (pour le studio) de se faire encore un peu plus de blé, mais la démarche de Cameron n’est pas mercantile à la base, mais artistique, destinée à donner une vision nouvelle de son oeuvre et cela ne peut se concevoir que dans une salle de cinéma.
    Quant au principe des ressorties, elles ont toujours eu lieu. Quand j’étais gamin, j’ai vu “20000 lieues sous les mers” au cinéma. Ce n’est que bien, bien plus tard que je me suis rendu compte que ce film ne datait pas du début des années 70′ (lorsque je l’ai vu), mais des années 50′.
    Avec Titanic, j’irai le voir et en famille, car mes enfants, qui connaissent le film, ont envie de le voir en plein écran. Mon fils de 12 ans (âge ingrat s’il en est) dit lui-même qu’il ne peut s’empêcher de pleurer, chaque fois qu’il le voit.

    Maintenant, dans la série “ressorties ratées”, parce que juste mercantiles, on a… Star Wars ! Et là aussi, mes enfants (dont on ne peut pas nier qu’ils n’aient pas subi l’influence de leur père dans ce domaine) n’ont pas aimé SW 3D.

  • arnaud jeudi 29 mars 2012 9 h 42 min

    @ludsidious: je comprends et respecte ton point de vue (comme celui des autres) mais je préfère voir un max de nouveautés plutot que des ressorties.Je n’ai jamais aimé le principe de la 3D (qui en plus me donne mal aux yeux et a la tete).Concernant Star Wars,peut etre que la 1ère trilogie passera mieux en 3D (meme si je n’irai pas les revoir de toute facon)

  • Mr.Aka jeudi 29 mars 2012 10 h 09 min

    Oula, je ne suis moi même pas un grand adepte des ressorties, des remastorisations et cie, sauf cas exceptionnel. Et c’est là que “EXCEPTIONNEL” prend tout son sens. Cameron est EXCEPTIONNEL, et fait partie des deux ou trois rélisateurs pouvant prétendre à ce titre.
    De plus,Titanic, qui est un pur chef d’oeuvre (à tous les niveaux, la critique l’expose en partie), ne peut que s’apprécier à sa juste valeur sur grand écran, sur écran GEANT, même, à la mesure de ses qualités intrinsèques et à la mesure de son réalisateur.
    Non ,il n’est pas gadjet et superflu de ressortir Titanic dans ce format, il a toute la légitimité pour se faire. J’ai beau l’avoir vu plusieurs fois, une oeuvre d’une telle qualité est un pur moment de plaisir qui ne peut que se renouveler. Surtout au vue des innombrables daubes que le cinema nous chie toute l’année (John Carter encore récemment) ALors oui, on peut “préfèrer voir un max de nouveautés plutot que des ressorties” quitte à voir 98% de merdes, mais bon, au moins avec Titanic, on sait qu’on ne sera pas déçu, c’est comme manger son plat préféré, on connait par coeur mais on sait qu’on va passer un pur moment de bonheur à le déguster (sans parler des nouvelles générations qui le découvrirons.
    Merci Jim!!

  • Notry vendredi 30 mars 2012 10 h 08 min

    Je vais peut-être être direct mais je soutiens Arnaud.
    Je ne vois absolument pas ce que vous trouvez à James Cameron (je suis peut-être un extra-terrestre) mais j’ai jamais réussi à voir Titanic en entier, pourtant j’ai essayé, je m’endors, ou je finis par faire autre chose tellement je m’emmerde. Avatar, excusez-moi, mais c’est une grosse blague (des schtroumpfs géants dans Pocahontas).
    Vous osez dire que le but de James Cameron n’est pas mercantile? Laissez-moi rire … Il prévoit de faire Avatar 2 et 3. Et là, c’est pas mercantile peut-être?
    La 3D n’a aucun intérêt, les ressorties en 3D sont tout aussi affligeantes ! Et je ne vois vraiment pas ce que peut apporter la 3D sur un film tel que Titanic.

    Bref, je dois être l’un des seuls à ne pas vraiment apprécier James Cameron (oui selon moi, le “Réalisateur visionnaire” que l’on voit écrit partout, ne l’est que par son ingéniosité d’avoir fait de la 3D, que 90% des réalisateurs se servent pour nous faire casquer plus). Enfin bon, chacun est évidemment libre de voir ce qu’il veut, je trouve juste ça dommage que James Cameron fasse ce genre d’action qui ne sont QUE pour se faire du fric (arrêtez de vous voiler la face).

  • arnaud vendredi 30 mars 2012 16 h 14 min

    @notry: merci de partager mon point de vue.Effectivement, ames yeux James CAMERON est peut etre un peu trop surestimé (ce qui n’enlève rien a son talent)et surtout aussi mégalomane que Lucas.Delui, je n’ai aimé que AByss, terminator et true lies.Avatar ne m’a aucunement surpris, tout est si prévisible, seuls les effets spéciaux ont de la geule.Pour le reste…

  • Trackback: CloneWeb » Demain c’est… mercredi 4 avril
  • erydghfb dimanche 17 février 2013 16 h 47 min

    trop bien comme film

  • David dimanche 7 janvier 2018 9 h 26 min

    Je tombe sur cette chronique datant donc de plusieurs années et je suis toujours aussi surpris par la mauvaise foi de certains et surtout par le fait qu’ils aient envie de perdre leur temps pour démolir un film qu’ils n’aiment pas.

    Le cynisme a encore de beaux jours devant lui.

Ajoutez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.