Dans la série, “voyons des films en même temps qu’à Cannes”, je demande Pirates des Caraïbes La Fontaine de Jouvence, 4e volet des aventures de Jack Sparrow.

Alex a vu le film, malheureusement pour lui sans monter les marches ni claquer la bise à Penelope. Cela dit, il a eu le temps de vous écrire un petit papier à 24 heures de la sortie en salles histoire que vous sachiez s’il est vraiment utile d’aller voir cette dernière production Bruckheimer ou pas.

Critique mouillée.

Et n’oubliez pas de rester après le générique !

 

 

Pirates des Caraïbes : la Fontaine de Jouvence – Sortie le 18 mai 2011
Réalisé par Rob Marshall
Avec Johnny Depp, Penélope Cruz, Geoffrey Rush
Dans cette histoire pleine d’action, où vérité, trahison, jeunesse éternelle et mort forment un cocktail explosif, le capitaine Jack Sparrow retrouve une femme qu’il a connue autrefois. Leurs liens sont-ils faits d’amour ou cette femme n’est-elle qu’une aventurière sans scrupules qui cherche à l’utiliser pour découvrir la légendaire Fontaine de Jouvence ? Lorsqu’elle l’oblige à embarquer à bord du Queen Anne’s Revenge, le bateau du terrible pirate Barbe-Noire, Jack ne sait plus ce qu’il doit craindre le plus : le redoutable maître du bateau ou cette femme surgie de son passé…

 

Il était un petiiiit navireuh, il était un petiiit navireuh, qui n’avait ja-ja-jamais chaviré

En 2003, quand Disney annonce une adaptation de son attraction Pirates des Caraïbes, on commence à douter. Surtout quand on sait qu’un des personnages principaux est Orlando Bloom. Malgré ça, le résultat était plus que là. De l’aventure, de l’humour, de la romance, tout dosé comme il faut, avec un Johnny Depp au top du top. Mais le petit navire a commencé à chavirer pour les suites. Alors que la Malédiction du Black Pearl ne méritait pourtant pas de suite, Disney a cependant estimé qu’il était nécessaire de prolonger l’aventure. Ils auraient peut être dû s’abstenir puisque The dead man’s chest entamma ce que représente maintenant la saga Pirates des Caraïbes : un peu d’aventure, beaucoup de parlote. Un Johnny Depp show? Pas loin. Et malgré quelques scènes assez épiques, on est loin du premier film. Verbinski a essayé tant bien que mal de recoller les pots cassés pour clore une trilogie bancale. Pourtant l’année dernière, Disney a annoncé mettre en chantier un Pirates des Caraïbes 4, où Jack Sparrow partirait à la recherche de la fontaine de Jouvence, vaguement inspiré du bouquin de Tim Powers “On Strangers Side”. Cette fois ci, Gore Verbinski a décidé de quitter le navire en entraînant avec lui Bloom et Knightley.

Jack Sparrow se retrouve seul et décide de partir à la recherche de la Fontaine de Jouvence. Mais c’était sans compter les imprévus : Barbossa est de retour, il est devenu corsaire. Les espagnols sont également sur la piste de la Fontaine. Et pour couronner le tout, Sparrow se retrouve sur le terrible Queen Ann’s Revenge, le bateau du légendaire Barbe Noire. Et sur ce bateau, la fille de Barbe Noire, Angelica (campée par Pénelope Cruz). Et… et bien c’est tout. Voilà donc l’histoire étendue sur 2h de Pirates des Caraibes. Deux longues heures de presque rien. Une fois les bases posées, les pirates ne vont que naviguer malgré une petite déviation du côté des Sirènes. Et le scénario est probablement le plus gros problème du film. Elliott et Rossio (les deux scénaristes) ont visiblement oublié d’insérer des enjeux. Vous savez là, le genre de trucs qui nous permettent de plonger dans le film? Et bien rien, même pas un remou, rien du tout. Ainsi donc, Barbossa émet dans les 15 dernières minutes du film une vague revanche contre Barbe Noire quand celui-ci veut juste vivre éternellement. Et surtout, n’oublions pas les espagnols qui apparaissent comme un cheveux dans la soupe 2-3 fois pendant le film, possédant 4 lignes de dialogues (digne d’El Buzzo de Toy Story 3, c’est dire le cliché) qui ne nous expliquent pas pourquoi ils sont à la recherche de cette fontaine! Cependant la réelle bonne idée a été de virer cette huitre d’Orlando Bloom et Keira Knightley libérant ainsi le scénario d’un poids considérable. Mais à trop vouloir en faire, finalement on se retrouve pas loin du néant. Heureusement pour nous, la romance entre le pasteur et la sirène est intelligemment traitée et permet une hausse d’intérêt pour l’histoire.

Malheureusement également, Rob Marshall, déjà responsable de Nine, n’a pas le talent de Gore Verbinski. Ainsi, comme si un scénario vide ne suffisait pas, le réalisateur semble oublié que Pirates des Caraibes c’est aussi de l’action et de l’aventure et pas seulement de l’humour. Et encore, même l’humour est peu présent ou tombe souvent à l’eau. Hormis l’éternel bêtise de Sparrow, peu ou pas d’élément ne nous ferons rire et il est difficile d’admettre que Depp porte le film à lui tout seul. Si bien que Pénélope semble n’en avoir rien à faire d’être là, que Rush en fait des tonnes et même Johnny semble par moment s’ennuyer. Seul Astrid Bergès-Frisbey sort du lot et amène avec elle une vague de charme. C’est à ce moment là qu’on aurait apprécié une réalisation soignée et dynamique. Les quelques scènes d’actions (elles sont environ au nombre de 5. Sur deux  heures vingt, c’est peu) sont terriblement mal torchées malgré quelques moments de bravours. Et tout le reste du film semble habité par des eaux mortes tant l’ensemble manque de vie, mention spéciale à la course poursuite dans Londres, ultra statique. L’attaque des sirènes ne viendra hélas pas sauver ce naufrage. Mais Disney n’a pas changé toute l’équipe puisqu’ils ont gardé notre cher Hans Zimmer pour la musique. Point de BOOOOOOOOOOOOOOOM mais toujours le même thème qui vous restera en tête pendant plusieurs jours. Le reste de la composition de Zimmer s’avère ultra pompeuse, comme à son habitude et sans aucune imagination.

En somme, Pirates des Caraibes 4  : la fontaine de Jouvence tombe à l’eau tant le naufrage de Disney est grand. Le film a été tourné en 3D mais malheureusement, celle-ci s’avère inutile voir faisant défaut au film (j’ai plusieurs fois dû enlever mes lunettes pour comprendre ce qui se passait, déjà que la réalisation n’aidait pas). Le scénario vide et la réalisation sans vie du film empêchent ce que ça devait être à la base : un divertissement. Ce n’est clairement pas le ras-de-marée annoncé. Espérons qu’ils se rattraperont sur la suite.

10 commentaires

  • Trackback: CloneWeb » Demain c’est … mercredi 18 mai
  • PJ2 mercredi 18 mai 2011 0 h 29 min

    Je sors tout juste d’une avant première au grand rex, je trouve cette critique un peu sévère. 2h de Jack Sparrow sans me prendre la tête c’est tout ce que je demandais et j’ai obtenu le divertissement escompté. Ni plus ni moins. 2 choses m’ont cependant mises en colère: la 3D qui est, n’ayons pas peur des mots, i-nu-ti-le (j’ai aussi enlevé les lunettes à de nombreuses reprises); et la musique de Zimmer, qui avait fait preuve de maestria dans le dernier (et comme certaines pépites dont il a le secret), il livre ici une composition inutile, recyclant à mort son travail sur les précédents films (preuve qu’enchaîner Rango, Crysis 2, POTC, Kung Fu Panda et j’en oublie surement… n’est pas productif) et la participation de Rodrigo y Gabriela inaudible. Au delà de ça, j’en ai pris plein les mirettes et j’aime beaucoup ce que j’ai vu, un divertissement de qualité sans me prendre le choux

  • Ludsidious mercredi 18 mai 2011 8 h 34 min

    côté technique, la 3D est vraiment efficace… et c’est tout !
    Le scénario part dans tous les sens sans qu’on comprenne les motivations et enjeux des uns et des autres, pourquoi ils se trahissent à tour de rôle, pourquoi Barbossa a récupéré le Black Pearl, qui est réellement Barbe Noire, comment Jack a obtenu la carte menant vers la fontaine (en a-t-il seulement besoin puisqu’il y est manifestement allé ?), bref, on ne comprend rien…
    C’est vraiment décevant, mais il reste de belles images.

  • Claire mercredi 18 mai 2011 10 h 12 min

    L’ayant vu hier soir, je te trouve assez sévère…. Certes, le film possède quelques défauts et longueurs, mais c’est un bon divertissement !

    Sinon, petite précision; le livre dont il est inspiré est plutôt : On Stranger Tides, d’où le titre original du film.

  • Marc mercredi 18 mai 2011 11 h 32 min

    D’après ce que je lis, le film fait le même effet que ses deux prédécesseurs : un scénario se voulant riche en rebondissements et qui est finalement trop confus pour qu’on profite de tout ça.
    Je sens que je vais passer mon chemin.

    Pour répondre à PJ2, ça fait longtemps que Zimmer recycle. Ne pas oublier que le thème principal de Pirates est directement inspiré d’un thème secondaire de The Rock.

  • PJ2 mercredi 18 mai 2011 17 h 56 min

    Oui c’est vrai; cela dit je trouve ce qu’il en a fait plus aboutit dans Pirates. Mais là gros foutage de gueule

  • Ludsidious jeudi 19 mai 2011 6 h 34 min

    Et pour Zimmer, il y a aussi de fortes similitudes avec quelques passages de Gladiator.
    Maintenant, ce n’est pas illogique. Chaque compositeur a son style qu’on retrouve d’une BOF à l’autre.
    Williams avec Superman et SW, ou ET et H.P. et plus récemment, James Horner avec Titanic et Avatar.

  • jer jeudi 19 mai 2011 12 h 39 min

    Le problème, c’est que la barre était très haute.
    Le premier épisode, en plus de Johnny Depp, avait un scénario avec peu d’élément, mais repris en boucle et d’une telle manière que ça en devenait diablement efficace.

  • Alex samedi 21 mai 2011 12 h 47 min

    Ce que je reproche principalement, c’est son manque d’action. Beaucoup de blabla pour un scénario incohérent qui au final nous livre un film avec 30 minutes d’action et 1h30 de blabla :/ c’est un comble pour un divertissement quand même. Je demandais pas un truc ultra intello, juste de temps en temps des combats de sabre comme on en avait pu le voir dans le premier.

  • magic dimanche 22 mai 2011 16 h 16 min

    Je trouve la critique justifiée(tout ce que vous reprochez a ce film est vrai) mais sévère: le réalisateur n’a pas utilisé(du tout) les recettes qui ont fait le succès des épisodes précédents( humour, et beaucoup d’action/aventure) mais le fait est qu’il s’en sort très bien quand même. Je m’explique, il a utilisé l’histoire d’amour entre Serena la sirène et Philip le missionnaire comme point d’ancrage du film, tout ce passe autour d’eux et il y a beaucoup d’émotion qui découle de leur relation. Alors oui ce qui cherchait que de l’action sont decu et c’est normal mais moi qui cherchait de l’aventure et de l’action, ce film m’a plu car il est très émouvant

Ajoutez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.