Ce vendredi 25 avril s’est tenue dans un cinéma parisien une longue présentation de La Planète des Singes, l’Affrontement.

Mis en scène par Matt Reeves (Cloverfield, Laisse Moi Entrer), réalisateur ayant déjà signé pour le troisième volet, la suite du Commencement met en scène Andy Serkis dans le rôle de César mais aussi Jason Clarke, Keri Russell et Gary Oldman.

Pour l’évènement, l’excellent Andy Serkis avait fait le déplacement histoire de rappeler aux journalistes présents ce qu’est la performance capture.

 

La performance capture est juste une autre manière d’enregistrer le travail d’un acteur
– Andy Serkis

C’est par ces mots qu’Andy Serkis a introduit la présentation de l’Affrontement, voulant rappeler aux incrédules qu’il y a un acteur derrière chaque singe et que leur performance est équivalente à celles de comédiens “live” à la différence prêt que ces derniers sont moins retouchés numériquement. Les fans de Peter Jackson, Steven Spielberg ou James Cameron, eux, le savaient déjà.

Pour étayer son propos, Serkis a présenté différents extraits du film de Matt Reeves mettant en avant le travail des acteurs à commencer par une comparaison entre acteurs recouverts de capteurs exprimant différentes émotions et rendu tel qu’il sera mis en avant dans les cinémas. Le travail, sur César en particulier de Weta Workshop est une nouvelle fois époustouflant. La firme néo-zélandaise semble avoir poussé la barre encore un peu plus haut et le singe élevé par James Franco dans le premier volet semble toujours plus réaliste.

Coté histoire, l’Affrontement se déroulera dix ans après les évènements du film de Rupert Wyatt sorti en 2011. Les humains se font décimer par le virus que l’on voit transmis à un pilote d’avion à la fin du film. Et, en parallèle, les singes commencent à bâtir leur société. Andy Serkis explique que les scénaristes du film ont voulu montrer une société où les humains et les singes seraient traités à égalité, chacun essayant de se (re)construire. Le film ne se veut donc pas manichéen et aucun grand méchant ne sera mis en avant.

Les extraits diffusés pendant la présentation allaient dans ce sens : on a assisté à la première rencontre entre le groupe d’humains au coeur de l’histoire et les singes dans leur forêt proche de San Francisco, puis à la réaction des singes face à leur venue. On a également vu des scènes où les deux races interagissent, que ça soit au coeur d’une ville ressemblant à un décor post-apocalyptique ou dans des circonstances plus intimistes. On a pu notamment voir que les singes cherchaient à se rapprocher physiquement des humains non pas pour les affronter mais bien pour trouver un terrain d’entente (qui devrait être chahuté par le personnage de Gary Oldman, un scientifique persuadé que les chimpanzés sont à l’origine du mal).

Malgré son titre et l’action mise en avant dans la bande annonce, La Planète des Singes l’Affrontement nous a été présenté comme un film se voulant profondément humain, basé sur un rapport d’équilibre entre deux catégories de personnes, les humains et les singes. On sent la volonté des producteurs de maintenir la barre après l’excellente surprise qu’était le premier volet. On saura si c’est vraiment le cas le 30 juillet prochain.

Pour finir, ci-dessous les images d’Andy Serkis : son speech d’introduction pour présenter le film et le question-réponses qu’il y a eu à l’issue des images.

Ajoutez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.