Coincé entre Pacific Rim et Insaisissables sort cet été un nouveau film venu étoffer la saga X-Men : Wolverine, le Combat de l’Immortel.

Mis en scène par James Mangold (Night and Day), le film réunit évidemment Hugh Jackman et quelques comédiens japonais dont Will Yun Lee aperçu dans la série Hawaii Five O et la délicieuse Tao Okamoto.

Avant de revenir en détails et après la vidéo sur le film, sachez qu’il faut une nouvelle fois rester pendant le générique. Il y a en effet une scène mémorable, digne de la première apparition de Nick Fury dans Iron Man, qui fait le lien entre le film et X-Men Days of Future Past. Et à la lumière de la récente promotion, ça annonce du très très lourd.

 

La gestation de Wolverine le Combat de l’Immortel aura été longue. Le film a été annoncé il y a près de quatre ans alors que l’affreuse version “origine du personnage” par Gavin Hood sortait sur les écrans. Rapidement, Jackman, définitivement attaché au personnage a évoqué son envie de faire un film sur l’arc narratif japonais bien connu des lecteurs du comic. Darren Aronofsky fut un temps attaché au projet mais il jettera l’éponge en 2011 évoquant l’éloignement familial. C’est donc James “Copland” Mangold, récemment auteur de divertissements de qualité comme Night and Day et 3h10 A Yuma qui s’y est collé.
Mais il choisit de ne pas faire la suite directe du précédent film, qui se terminait pourtant au Pays du Soleil Levant, préférant s’attaquer au personnage de Logan post X-Men 3.

Et il faut bien admettre que James Mangold, avec toute la pression qu’il a dû avoir sur les épaules, s’en sort honorablement et nous livre un film réussi.

On commence donc, comme prévu, au Japon. Mais plus précisément à Nagasaki le 9 août 1945 un peu avant 11h du matin. Logan est au fond d’un trou pour une obscure raison et a juste le temps de sauver un soldat japonais de l’explosion nucléaire. On revient alors à la chronologie normale, soit après les évènements de X-Men 3 et la mort de Phoenix. Logan a abandonné l’école de Xavier et vit dans une grotte, cheveux longs et barbe, le plus loin possible de la civilisation, rongé de l’intérieur pour avoir tué celle qu’il aimait. Après une bagarre où il montrera que derrière l’ours se cache encore un héros, il va se faire embarquer dans un voyage au Japon, à la demande du soldat qu’il a sauvé 60 ans plus tôt et qui est sur son lit de mort.

Le film démarre donc sur une excellente introduction qui pose les bases de cette nouvelle intrigue et nous fait comprendre que le film est vraiment centré sur Wolverine et que les mutants n’y seront qu’en nombre limité. Hugh Jackman aime son personnage et le prouve dans une interprétation à la hauteur et le reste du casting fait son boulot correctement. Comme annoncé, Famke Janssen est bien présente à plusieurs reprises mais il est étonnant de voir que Mangold l’a cantonnée à des scènes allongées et en nuisette.

Au Japon, le soldat devenu un puissant homme d’affaire va offrir à Logan la possibilité de redevenir enfin mortel. Le mutant va refuser mais au décès de son ami, suite à une attaque de yakuzas, il va se rendre compte qu’il l’est devenu. S’ensuit alors une longue course poursuite dont la bande annonce dévoilait quelques moments dont une scène sur le toit d’un train où le héros est désormais sensible aux attaques. Évidemment, la mortalité n’enlève pas à Logan ses facultés au combat (ni ses griffes). Il devait déjà supporter la douleur, il devra désormais vivre avec elle et ses conséquences. Le personnage n’en est pas changé pour autant, il évolue.
James Mangold a voulu raconter l’histoire d’un homme qui redevient vivant tout en étant désormais un simple mortel, chose qu’il fait avec beaucoup d’humilité se focalisant sur son héros et le faisant avancer au rythme des péripéties sans jamais chercher à faire dans l’esbrouffe, le too much et sans vouloir rivaliser avec la franchise “de base”. Et, oui, Wolverine est un héros, un vrai qui ira jusqu’au bout des choses dans un unique but : protéger la jeune et jolie Mariko.

Après près d’une heure trente d’action qui se suit sans déplaisir, le film bascule malheureusement dans une grande scène finale mal branlée, rocambolesque et qui anéantit certaines des enjeux mis en place. On finit par se demander où voulait vraiment en venir le réalisateur. Si l’action reste aussi propre et lisible que dans le reste du film, le spectateur décroche et c’est bien dommage tant les actes précédents s’étaient révélés être fortement sympathiques à regarder. Ajoutez à cela quelques petites incohérences à droite et à gauche (le train de la fameuse scène semble être fait en papier) et une pression certaine sur les épaules du metteur en scène.
On sent en effet le poids de la Fox sur Mangold, qui nous avait vendu un western crépusculaire au Japon et dont l’argument ne fait qu’apparaitre en filigrane. De la même manière, on sent l’envie d’évoquer les traditions de cet incroyable pays qu’est le Japon mais ça ne donne finalement pas grand chose.

Petit blockbuster estival sans aucune prétention, Wolverine Le Combat de l’Immortel est un film de super héros qui se tient, avec un Hugh Jackman en grande forme. Pas sûr qu’il parvienne à trouver sa place dans un planning ras la gueule de grosses productions mais c’est un amuse-bouche intéressant en attendant le fameux plat de résistance que Bryan Singer prépare pour 2014.

 

Wolverine Le Combat de l’Immortel – Sortie le 24 juillet 2013
Réalisé par James Mangold
Avec Hugh Jackman, Tao Okamoto, Rila Fukushima
Wolverine, le personnage le plus emblématique de l’univers des X-Men, est entraîné dans une aventure ultime au cœur du Japon contemporain. Plongé dans un monde qu’il ne connaît pas, il doit faire face au seul ennemi de son envergure, dans une bataille à la vie à la mort. Vulnérable pour la première fois et poussé au bout de ses limites physiques et émotionnelles, Wolverine affrontera non seulement l’acier mortel du samouraï mais aussi les questions liées à sa propre immortalité.

2 commentaires

  • Jane Goodale samedi 20 juillet 2013 12 h 23 min

    “THE WOLVERINE” est filmé de manière très classique et ne ressemble en rien aux films de super-héros d’aujoud’hui (“Man of steel”: beurk !!!). Et c’est TANT MIEUX !!!! Ici, pas de destruction massive de la planète, juste l’histoire simple d’un animal blessé qui reprend du poil de bête (et quel poil !!! Mdr) au contact d’une autre civilisation. Hugh Jackman porte à 90% ce film également très romantique que le public féminin saura apprécier. Pas sûr que çà plaise aux geeks fans du comic qui attendaient le “bad ass” ultime. Vivement mercredi que j’y retourne !!!!

  • Stéphan dimanche 21 juillet 2013 8 h 36 min

    Ceux qui adorent le personnage, et ont détesté le 1er qui n’était qu’un film pour enfants, et qui ont ri aux éclats en voyant la fameuse scène du train en se disant “mon dieu ils ont réussi à faire aussi ridicule que le 1!”, ceux là doivent ils aller contre leurs doutes en salle, ou ce n’est pas la peine ?
    Je me suis tellement senti arnaqué à la fin du 1er que je m’étais promis de pas filer d’argent en cas de 2 à des gars capables de faire ça à un personnage aussi mythique, mais votre critique n’est pas aussi mauvaise que je ne le pensais. Alors ?

Ajoutez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.