Une série télé sur CloneWeb ? Oui, vous avez bien vu.

Il faut dire que Marvel’s Agents of SHIELD est un évènement. La série est directement tirée d’Avengers, l’un des plus gros succès du cinéma, et en est sa suite directe en attendant Capitaine America Le Soldat de l’Hiver. Qui plus est, elle remet sur le devant de la scène le personnage de l’agent Coulson, que l’on croyait décédé.
Il nous fallait donc être complet sur le sujet Avengers, ce qui tombe bien puisque nous avons pu voir le pilote en avant-première il y a quelques semaines.

Agents of SHIELD, dont le premier épisode a été réalisé par Joss Whedon, sera diffusé dans quelques heures aux USA puis tous les mardis. En France, la série a été achetée par M6.

 

Attendu comme le messie par tous les fans d’Avengers et de l’univers cinématographique Marvel, Agents of SHIELD tient de l’inédit dans l’histoire de la fiction à 24 images seconde.
A la manière de ce qui a été fait avec le film de Whedon en guise de pierre angulaire d’un univers si vaste que deux films par an sont désormais « nécessaires », la transposition sur petit écran de tout ce beau monde tenait de la bonne idée. Cela permet évidemment de faire patienter les fans entre chaque film, de les teaser sur ces derniers, et de surtout solidifier un univers parcouru de nombreuses failles ou questions en suspens. Après le visionnage du pilote, on peut donc évaluer le but réel de la série et autant dire qu’encore une fois, si les fans les moins pointilleux seront aux anges, les autres risquent de grincer des dents…

Agents of SHIELD a donc pour but de faire exister cette organisation un peu floue que l’on voyait en filigrane dans les films Marvel Studios, jusqu’à Avengers dans lequel on a pu découvrir leur héliporteur géant et leur rôle d’organisation d’espionnage servant plus de sonnette d’alarme pour les super héros qu’autre chose. Si vous vous attendiez à retrouver le même décor et les mêmes agents, rabaissez tout de suite vos désirs les plus fous car malgré un budget confortable épaulé par le succès des films, Agents of SHIELD reste une série TV, dont les moyens mis en œuvre sont bien plus modestes qu’au cinéma. Et ça se ressent immédiatement, y compris sur l’histoire, puisque le boss de notre super équipe d’espionnage est l’agent Coulson, le valet inutile de Nick Fury qui mourrait dans Avengers. Grâce à une pirouette scénaristique complètement improbable, le voici de retour, avec de nouveaux agents à ses services, pour enquêter sur les phénomènes bizarres de part et d’autre du monde, comprenant des super pouvoirs dans l’histoire. Parce que montrer un héliporteur coûte un certain nombre de milliers de $, cette nouvelle équipe se retrouve donc dans un avion simple tout noir et si vous pensiez que la résurrection de Coulson tenait déjà du prétexte foireux (n’attendez pas une explication convaincante…), la série en trouve un complètement abracadabrantesque (à vos souhaits) pour justifier l’absence totale des héros des films. Oui, vous ne verrez ni Tony Stark, ni Captain America ou même Black Widow dans la série, qui se limite à Coulson & Maria Hill pour les personnages déjà vus auparavant. Tout ça parce que les nouveaux agents sont de niveau 7, là où les Avengers sont seulement niveau 6 ! Dis comme ça, on s’attend donc à voir des maîtres dans le domaine, puisque pour surpasser un génie milliardaire ou un dieu nordique qui viennent tout juste de sauver le monde, il faut sacrément en avoir. C’est là que la série trouve ses limites…

Au casting, notre équipe de bras cassés répond à des stéréotypes éculés mille fois dans le domaine de la série d’espionnage. On a donc un agent de terrain super beau gosse, une hackeuse qui faisait trembler les grandes institutions avec son ordinateur portable à l’arrière de son van, deux scientifiques un peu trop nerd (comprenez asociaux) qui servent de side kicks et une asiatique qui fait chauffeur pour tout ce beau monde.
5 personnes un peu lambdas, recrutés de nulle part, et les voilà au top de l’organisation, connaissant des choses (comme Coulson en vie) que les vrais héros ne savent pas. Mais bien sûr ! Sans compter qu’au rang 6 on a une forteresse volante, des avions de combat de malade et tout le tatouin, mais au 7, on a un bête Boeing en guise de base…

Et une fois tout ce beau monde en marche, le pilote se résume à une série d’espionnage bateau, avec ses gags prévisibles à des kilomètres, ses nombreuses questions laissées sans réponses pour vous convaincre de regarder la suite et des dialogues qui comportent quelques références aux films pour faire illusion. On parlait de Hulk ou Captain America dans Fast & Furious 6, et ca ne se passait pas dans l’univers Marvel pour autant… Ce qui choque le plus, c’est qu’hormis ces quelques références orales faciles, le logo du SHIELD placé le plus possible et la présence de deux acteurs des films, on n’a jamais l’impression d’être dans la même organisation que celle vue au cinéma. Leurs moyens sont ridicules comparés à ceux des films, tout comme leur mission ou leurs capacités terre à terre. D’autant que ce côté cheap se fait sentir comme jamais à l’image, la mise en scène la plus basique du monde se confrontant à une photographie dégueu remplie de plans surexposés (Maria Hill qui brille, ca fait son effet) et de quelques effets spéciaux qui ont du bouffer les trois quarts du budget. On met deux trois clins d’œil faciles (les lecteurs de comics devineront vite ce que cache la voiture de Coulson) et c’est dans la poche, le reste n’étant qu’une intrigue déconnectée des films tout en s’annonçant pas passionnante pour deux ronds. Si vous avez déjà vu un épisode de Alias ou 24, vous repérerez les mécaniques mises en place en moins de deux, sans vraiment savoir où tout ça va aboutir tant en fin de compte, Agents of SHIELD semble durant ses 45 minutes de pilote ne pas savoir quoi faire une fois qu’il a cité l’univers Marvel.

Il fallait s’y attendre, le pilote l’a prouvé : au lieu d’essayer de lier chaque film à l’autre, Agents of SHIELD mène son maigre programme en parallèle sans jamais avoir l’air en symbiose avec l’univers des films. Quand on sait ce qui arrive dans le prochain Captain America (vous allez en voir de l’héliporteur !), il ne fait aucun doute qu’on n’est pas dans la même organisation, tout comme les subterfuges trouvés nous prouvent qu’une production télévisée ne peut pas suivre des films qui coûtent au moins 20 fois plus chers. Et une fois le vernis Marvel passé, Agents of SHIELD révèle sa vraie nature : celle d’une énième série d’espionnage ultra basique qui n’a pas inventé la poudre et se vautre grassement sur sa marque pour faire illusion. Quand on sait qu’un pilote coûte en général plus cher que les autres épisodes d’une première saison, l’embarras s’annonce grandissant pour ce gigantesque coup marketing qui fleure bon l’arnaque.

 

Marvel’s Agents of S.H.I.E.L.D
Créée par Joss Whedon, Jed Whedon, Maurissa Tancharoen (2013)
Avec Brett Dalton, Chloe Bennet, Clark Gregg
Les aventures mouvementées des membres de la “Strategic Homeland Intervention, Enforcement and Logistics Division, plus connu sous le nom de “S.H.I.E.L.D.”.

6 commentaires

  • Fred mardi 24 septembre 2013 12 h 10 min

    Ça avait beau être ultra prévisible, c’est quand même bien dommage.A la fois le Marvel Cinematic Universe brille déjà par son manque d’ambition, en étant réaliste, il ne fallait pas attendre de la série qu’elle révolutionne quoi que ce soit…
    Je vais me refaire Alias pour la peine, au moins Jennifer Garner elle est chouquette…

  • Po mercredi 25 septembre 2013 16 h 39 min

    Ne pas comparer ce qui n’est pas comparable. La série n’a pas la prétention de se vouloir être le nouveau 24 ou Alias.
    De plus, même si on adorerait voir Stark et les autres Avengers dans la série, on se doute bien que c’est impossible. Voilà donc le problème : faire une série sur l’Univers Avengers sans ses héros ni le même budget ou ne pas la faire ?!
    Parce que cette critique ammène à penser que la série ne sert à rien. Perso, je préfère une série comme ça (Smallville, Arrow ou les autres séries DC Comics ne font pas plus ou moins cheap que Agents of SHIELD non plus !), avec un potentiel évident (un pilot reste un pilot et on ne peut pas juger que sur un seul et unique épisode), qu’une série “originale” avec une intrigue qui va s’éssoufler au bout d’une demie saison (le cas de Revenge par exemple). Parce que même si le format 42mn x 24 épisodes est de moins en moins adapté à une intrigue de qualité, la série ici peut faire la différence : elle n’a pas un seul fil rouge (comme Hostage par ex) et peut se diversifier avec le temps.
    Certes, la réalisation est moyenne (par rapport au budget, budget qui n’est pas celui du pilot de Lost non plus…), mais quand on regarde Buffy ou Firefly on se rend bien compte que Whedon privilégie le fond que la forme. Et un pilot sert àammener des bases, bases qui ne sont pas toujours passionnantes on en conviendra.
    Je pense que la série à un grand avenir si elle arrive à trouver son rythme. C’est un bon divertissement qui ne veut pas se prendre pour ce qu’elle n’est pas, et je trouve ça bien.
    Très clairement ce pilot est très loin d’être la catastrophe qui est dépeint ici.
    A lire l’article de Télérama que je trouve très juste sur le pilot.

  • Marc jeudi 26 septembre 2013 9 h 13 min

    Vu le pilote hier. Le problème, c’est que c’est mauvais même sans penser à l’univers dans lequel la série évolue.
    Les acteurs sont à gifler, il n’y a aucun enjeu et on s’emmerde pas mal.
    C’est ultra cheap comme ça, et ça l’est encore plus quand on pense à l’univers dans lequel ça évolue.

  • JOZ jeudi 26 septembre 2013 11 h 29 min

    Les scénaristes auraient dû s’inspirer des “Marvel One-Shots” qui selon moi arrivent à lier l’univers Marvel de manière cohérente, sans tomber dans des budgets pharaoniques. L’attaque de New York laissait derrière elle une nombre de pistes conséquentes pour développer des intrigues avec des personnages secondaires en marge des longs métrages. Dommage.

  • Jesse Pinkman jeudi 26 septembre 2013 12 h 30 min

    Whedon est surtout fort pour faire une mythologie…tout au long de la saison,c’est pas en 1 épisode qu’on peut vraiment juger de la valeur de la série.En tout cas j’ai bien aimée,fun,de bonnes scénes d’action,marrant,il remplit le cahier des charges.

  • MR.AKA vendredi 27 septembre 2013 15 h 20 min

    Avengers est déjà tellement mauvais que j’ai du mal à croire qu’on puisse en faire une série dérivée encore plus mauvaise…beurk

Ajoutez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.