Le réalisateur, scénariste, podcasteur, auteur de comics et formidable conteur d’histoires Kevin Smith est l’un des invités d’honneur de l’édition 2014 du NIFFF.

Et alors que Lucasfilm a annoncé deux nouveaux noms au casting (Crystal Clarke et Pip Anderson, deux débutants issus des castings anglais), Smith a évoqué sa visite du tournage de Star Wars Episode VII lors d’une masterclass qu’il a tenu à Neuchatel. Quelques jours auparavant, il avait publié une photo de lui-même prise à la sortie du tournage, les yeux rouges de larmes.
Ce grand fan de la saga originale, qui l’a cité à de nombreuses reprises dans ses films (dans Clerks, Mallrats où il utilise la Force et Jay & Silent Bob Strike Back où Mark Hamill fait une apparition) a donc évoqué sa visite au public helvétique venu l’écouter. Et s’il ne pouvait livrer aucun détail, clause de confidentialité oblige, il a donné avec beaucoup d’émotion son sentiment sur le film de J.J. Abrams.

Nous aurons l’occasion de revenir sur le sujet, et bien d’autres, dans les prochains jours puisque Kevin Smith nous a offert un peu de son temps pour une interview à venir.

J’ai visité le studio de Pinewood, où ils ont fait les Superman de mon enfance, les Batman de Burton, Batman et Batman le défi, tous les James Bond. C’est un studio historique. Quand j’ai reçu l’email de J.J Abrams, j’ai accepté en tant que Kevin Smith, l’homme que je suis maintenant. J’aime le cinéma et les comics depuis longtemps mais c’est le mec que vous avez devant vous qui a accepté.
Quand je suis arrivé là bas, je suis redevenu le Kevin Smith que je n’avais pas vu depuis longtemps. Le Kevin Smith que je suis maintenant est celui qui a été influencé par un groupe d’amis : Jason Mewes, Brian Walter mais avant eux j’étais juste un gamin qui aime Star Wars. Je suis donc arrivé là bas comme un réalisateur qui sait comment ça se passe dans les coulisses, comment on fait la choucroute, je ne peux pas être impressionné.

Il y a des choses que j’aime comme un ami à moi qui va jouer Batman et j’ai hâte de voir le film. D’ailleurs quand j’ai vu le costume j’étais content. J’ai vu la nouvelle trilogie Star Wars le jour de la sortie des films mais je les ai vu différemment. Star Wars c’est ma putain de religion mais je ne pensais pas m’amuser devant Star Wars I, II et III de la même manière. Je les apprécie parce qu’ils sont bien faits, parce qu’ils sont la continuation d’histoires que j’aimais étant gamin mais ils ne m’ont pas touché de la même manière que les premiers Star Wars, et c’est quelque chose que j’ai toujours répété. Je peux toujours les apprécier, même avec Jar-Jar dedans.

Mais quand je suis allé sur le plateau, quelque chose s’est produit, quelque chose de magique quand je suis allé dans le bureau de Lucasfilm signer une clause de confidentialité qui m’empêche de dire ce que j’ai vu. Dans le bureau, il y avait une affiche montrant un commandant de l’Empire en uniforme avec son doigt sur la bouche. J’ai trouvé ça génial et l’assistante m’a dit : J.J l’a mis au mur juste pour vous.
Je ne peux donc rien vous dire mais j’ai adoré ce que j’ai vu. C’était réel et pas une série de putain d’écrans verts ou bleus qui seront animés par la suite avec des effets spéciaux. J’ai vu de vieux amis que je n’avais pas vu depuis mon enfance. En fait ce ne sont pas de vrais amis mais je les aime plus que certains de mes proches. J’ai vu des uniformes, de l’artillerie que je n’avais pas vu depuis que j’étais enfant. J’ai vu tourner une scène à travers un vrai plateau que j’ai pu traverser. Il y avait des explosions et ça ressemblait à une vraie scène d’un Star Wars. J’ai du les voir faire quatre fois juste à coté de J.J. Je lui ai dit : mec, c’est cool pour toi, c’est intelligent, tu as tout ce que tu veux pour faire le film, ça se connecte avec notre enfance, tu évites toutes les erreurs possibles.
Mais c’était Kevin le réalisateur qui parlait, qui pensait avec sa tête que ça allait fonctionner mieux que les précédents. Puis J.J a demandé à son assistante de m’emmener sur le plateau M. Je savais ce que j’allais y voir et je peux en parler puisqu’il y a eu des photos diffusées sur le net : le Faucon Millenium. On est allé sur le plateau et on a demandé à quelqu’un qui a ouvert les portes d’allumer la lumière. Les lumières se sont allumées et il y avait le Faucon Millenium de mon enfance. L’extérieur ressemble à un décor mais l’intérieur est entièrement construit. Ils ont utilisé deux modèles, celui de Star Wars et celui de l’Empire Contre Attaque car, et je ne le savais pas, le cockpit utilisé dans Empire est plus grand que celui de Star Wars IV. L’assistante m’a demandé s’étais prêt à monter dedans, et j’étais toujours cérébral à ce moment là.

Quand j’ai posé mon pied sur la rampe d’embarquement, dix ans de ma vie ont disparu. Tous les trucs récents que j’ai fait, Jersey Girl, Cop Out, Red State avaient disparu.
Un deuxième pas et j’ai encore perdu dix ans, j’étais au pays de Clerks.
Encore un pas et j’avais dix huit ans.
Encore un pas, douze ans.
Un autre et j’ai putain de neuf ans quand l’Empire Contre Attaque est sorti. Et je ne suis qu’à la moitié du pont.
A mon dernier pas, j’avais sept ans, debout sur la rampe du Millenium Falcon. Tout ce que je croyais sur moi, tout ce que je projetais comme Kevin Smith avait disparu.
Et j’ai commencé à pleurer.
J’étais connecté à mon enfance d’une manière primaire et je n’étais même pas défoncé !

En montant cette rampe, j’ai réalisé qu’il manquait des choses dans les précédents films. Et c’est dans le film à venir. Ce n’est pas quelque chose d’évident comme les personnages que l’on connait ou le Faucon. C’est quelque chose d’autre : Abrams construit un monde tactile, que l’on peut toucher et il le fait comme quelqu’un qui aurait la plus grande collection de jouets du monde. Je ne sais pas comment l’expliquer autrement qu’en utilisant une autre référence à la pop culture : c’est comme Field of Dreams [Jusqu’au bout du rêve], le film de Kevin Costner. Et si JJ le construit, on va y croire. Parce que c’est incroyable, ca a l’air fantastique.

Il m’a montré des scènes, des séquences, des images, des photos et j’ai pleuré. Je l’ai serré dans mes bras en pleurant et il devait penser alors que le temps c’est de l’argent. Mais il a compris ce que j’ai voulu dire et s’est senti flatté. Il refait mon enfance. Ce que j’ai vu m’a transporté. J’ai envie de voir des films comme Batman Superman, j’aime Batman et je connais le mec qui l’incarne mais c’est à la 2e place. (…) S’ils arrivent à capter ne fut ce que 10% ce que j’ai ressenti en posant le pied sur le Faucon, ils vont faire des millions de dollars et pourrait être le plus gros succès du box office possible. Parce que c’est comme revenir dans une vieille maison, revoir de vieilles connaissances dans une nouvelle aventure.

3 commentaires

  • Evan Lupin lundi 7 juillet 2014 11 h 23 min

    P*ù$ù* comment ça fait plaisir à lire

    Merci pour la transcription

  • Olivier lundi 7 juillet 2014 13 h 05 min

    Ca donne plus envie que toutes les futures bandes-annonces ou images à venir. Le nom de JJ abrams m’inquiète toujours un peu, mais j’ai confiance en Kevin Smith

  • Trackback: CloneWeb » Rencontre avec Kevin Smith

Ajoutez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.