Cet article sera mis à jour au fur et à mesure des diffusions. En France, Disney+ devrait arriver le 7 avril et les premiers épisodes de The Clone Wars devraient y être disponibles.

En 2008, George Lucas confie à Dave Filoni le soin de créer une série d’animation racontant les évènements se déroulant entre L’Attaque des Clones et la Revanche des Sith et cela bien que l’histoire ayant déjà été racontée par Genny Tarkavosky dans une série animée en animation traditionnelle.

The Clone Wars version CG a donc démarré sur un horrible long métrage mettant en scène Anakin Skywalker et sa jeune padawan Ahsoka Tano ainsi que le fils de Jabba The Hutt. Sorti en salles en France en août 2008, il a été suivi par une série d’animation qui avait bien du mal à tenir la comparaison avec ses prédécesseurs, la faute à des scénarios bien léger et une mise en scène qui ne suivait pas. Pourtant, au fil des saisons, le boulot de Filoni a fini par payer et la série par trouver ses lettres de noblesses, notamment grâce à l’écriture de personnages vraiment intéressants.

En 2012, Disney rachète Lucasfilm et The Clone Wars en paye les pots cassés. La série est annulée alors que certaines histoires ne sont pas terminées. Une partie d’entre elles le seront finalement deux ans plus tard avec une courte saison diffusée sur Netflix et sous-titrée The Lost Missions.

Six ans plus tard, Lucasfilm version Disney annonce au Comic Con que la série va revenir le temps de douze épisodes sur la plate-forme Disney+. C’est une bonne initiative : l’excellente série Rebels est terminée, Star Wars Resistance s’achève et il faut pouvoir parler de l’univers créé par George Lucas sur la nouvelle plate-forme. En outre, une partie des épisodes sont déjà écrits. En effet, le site officiel Star Wars.com avait diffusé sous forme d’animatique en 2014 “The Clone Wars Legacy” ou les fameux épisodes inachevés. Les histoires de cette nouvelle saison de Clone Wars ne sont donc pas tous surprenant. Ca ne les empêche pas d’être réussis.

 

The Bad Batch (Episodes 1 à 4)

Le premier des trois arcs narratifs de cette ultime saison est consacré aux clone troopers. Les personnages ont beau tous se ressembler, Dave Filoni et ses équipes ont réussi à leur insuffler de véritables personnalités et on pense au Capitaine Rex en particulier. Ca fait donc bien plaisir de revoir une escouade de troopers prête à en découdre avec les forces séparatistes.

Le premier épisode s’ouvre sur un plan séquence qui montre qu’on a fait un bon depuis le long métrage de 2008. La réalisation est très belle, et l’animation vraiment solide, avec de beaux jeux de lumières et de textures. Les scènes d’action qui étaient bien foireuses au début de la production de la série se révèlent à la hauteur de ce qu’on peut attendre d’un Star Wars en pleine Guerre des Clones. Bref, à travers quatre épisodes, on re-découvre un univers qui fonctionne.

L’histoire, elle, nous emmène sur les traces d’un soldat appelé Echo. Alors qu’on le croyait mort depuis la saison 3, Rex découvre un signal qui lui rappelle son vieil ami. Avec Anakin, il décide donc de partir à sa rescousse. Ils sont accompagnés des “Bad Batch”, un groupe de clones différents où chacun a une personnalité très affirmée : un sniper, un bagarreur bien bourrin ou encore un hacker. Pendant quatre épisodes donc ils vont chercher Echo, le retrouver et mettre une branlée à celui qui est responsable de son état, avec tout ce qu’on peut imaginer de péripéties tels que la série a pu proposer par le passé.

Difficile de bouder notre plaisir devant quatre épisodes très “tactique militaire dans l’univers de Star Wars”. Les personnages y sont aussi bons que l’action est prenante.

 

Ahsoka Tano (Episodes 5, 6 et 7)

Qu’est devenue Ahsoka Tano après avoir quitté l’Ordre Jedi (et avant de réapparaitre dans la série Rebels) ? C’est la réponse que cherche à aborder le second arc narratif de Clone Wars saison 7.

Le premier épisode l’a montre dans les bas fonds de Coruscant, dans un quartier appelé 1313 (comme le projet de jeu vidéo). Elle a des difficultés de speeder et doit se poser en catastrophe. Le hasard faisant bien les choses, Ahsoka va faire la connaissance d’une jeune mécanicienne et sa soeur qui doivent de l’argent à un petit parrain local. S’ensuit des péripéties incluant un droïde fou qu’elles doivent récupérer, en évitant pour la jeune Jedi d’utiliser la Force, cachant qui elle est réellement.

Si la réalisation est une nouvelle fois très belle (ces lumières, bon sang…), l’histoire est très anecdotique et ne sert qu’à poser les bases des épisodes suivants. Ce qui est intéressant, c’est de constater l’évolution de l’histoire par rapport à son brouillon. Des extraits des épisodes alors inachevés avaient été diffusés pendant Star Wars Celebration et à l’époque la mécanicienne était un homme appelé Nix qui était censé devenir son copain. Les épisodes suivant profiteront-ils du “gender swap” pour monter la romance entre Ahsoka et une femme ?

Les épisodes 6, 7 et 8 ne vont pas dans ce sens, puisqu’ils se contentent de nous montrer Ahsoka et ses deux nouvelles copines dans une mission excessivement lambda de transport d’épice qui tourne mal. Au delà des références à Star Wars Solo, la série retombe dans ses travers, à savoir des intrigues très banales et pas très bien écrites. On a bien compris l’opposition entre les personnages et le fait que la Jedi tienne à cacher ses pouvoirs mais les scénaristes étirent quand même l’histoire sur trois épisodes, dont la dernière partie est la plus useless. Même si certains passages sont sympathiques, la série montre avec cet arc qu’elle capable aussi du pire.

Au final, le seul intérêt de cet partie est de montrer un groupe de Mandaloriennes qui apparaissent à la fin de l’épisode 7 et ponctuellement dans l’épisode 8. Elles devraient permettre des choses plus intéressantes.

 

Le Siège de Mandalore (Episodes 9-10)

Pour les puristes de Star Wars, la bataille de Mandalore est un évènement connu. On savait que c’était le grand moment manquant de Clone Wars avant l’annonce d’une saison 7. Et on savait qu’Ahsoka y affrontait Darth Maul. Évoquée dans les séries Rebels et le Mandalorien (et même dans le jeu vidéo Battlefront), il ne lui manquait que des images. C’est désormais chose faite avec cette histoire qui se déroule en parallèle de l’Episode III.

Après sa petite balade dans les bas fonds de Coruscant, Ahsoka Tano est de retour en plein coeur de la Guerre des Clones. Elle a juste le temps de croiser son ancien maitre, qui lui remet des sabres laser neufs, avant de partir au combat avec une escouade de clones qui portent ses couleurs (et c’est la classe).

Du terrain connu donc, d’autant plus que tout le speech que Darth Maul (qui y glisse une référence à Solo) est lui aussi déjà entendu. Il veut se venger d’Obi Wan, certes, mais surtout il sait qu’Anakin va devenir Vador grâce à une vision. Ce qu’il apprend à la jeune Jedi est donc connu des spectateurs, ce qui a naturellement tendance à amoindrir les enjeux.

Mais néanmoins on prend du plaisir à retrouver l’héroïne face au célèbre Sith, d’autant que la réalisation est une nouvelle fois impeccable (ce plan de la vitre qui vole en éclats, oh lala). Lucasfilm a d’ailleurs révélé que Ray Park avait repris son rôle pour l’occasion, il a en effet joué ses scènes en performance capture (avec Lauren Mary Kim dans le rôle de Tano). Si vous ne regardez pas la série mais voulez voir le combat, il est par ailleurs visible ici.

Si les enjeux étaient amoindris dans le début de la saison, l’avant-dernier épisode fait l’effet inverse. En sachant à l’avance ce qui va se passer, la charge émotionnelle est renforcée. En effet, puisque l’arc narratif se déroule en parallèle de la Revanche des Sith, on s’attendait à voir l’Ordre 66 prononcé. Voir les clones se retourner, ici, a quelque chose de puissant : on a suivi leurs exploits pendant sept saisons et ce ne sont plus de simples figurants soldats mais des personnages à part entière auxquels on a eu le temps de s’attacher.

La conclusion fait, elle, son job : achever l’histoire, conclure l’arc d’Ahsoka (en attendant Rebels) et celui de Rex, le tout en y incluant Darth Maul. Un épisode de haut vol, qui se termine après l’Episode III, dans une très belle séquence.

The Clone Wars aura eu un parcours aussi incroyable que celui de son héroïne, commençant au plus bas et gravissant petit à petit une pente pourtant savonneuse, pour finir tout en haut de la mythologie Star Wars – avec une dernière saison qui mérite les honneur du Conseil Jedi.

The Clone Wars, de Dave Filoni – 7 saisons disponibles sur Disney+

Ajoutez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.