Disney+ a mis en ligne dans la nuit du 16 au 17 novembre leur nouvelle version du fameux Star Wars Holiday Special, cette fois en Lego. On ne pouvait pas passer à coté.

 

LA CRITIQUE

En 1978, entre la sortie d’un Nouvel Espoir et de l’Empire Contre Attaque, Lucasfilm décide de tenter l’épisode spécial de Noël de ce qui allait devenir une franchise culte. Réalisé par Steve Binder pour la chaine CBS, le Star Wars Holiday Special est arrivé quelques années plus tard en France sous le titre “Au Temps de la Guerre des Etoiles”. Hamill, Ford et Fisher y reprenaient leur rôle dans un concept d’émission à sketch tout bidon. Le résultat, aussi culte que raté, a été interdit par George Lucas et il faudra vous diriger vers des lieux illégaux pour le retrouver.

Lucasfilm, racheté par Disney, a néanmoins bien compris le statut de cette aventure auprès des fans et a donc décidé de surfer dessus en proposant une version animée, en Lego. L’idée de base n’est pas mauvaise : utiliser les personnages en version brique pour s’en amuser comme ça a déjà été le cas avec de multiples téléfilms et courts métrages. L’exploitation qui en est faite ici n’est pas pour autant réussie.

Ce Holiday Special nouvelle génération montre les personnages de la nouvelle trilogie dans le même contexte qu’en 1978 : tout le monde se rend dans la famille de Chewie sur la planète Kashyyyk pour célébrer le Jour de la Terre, quelque part entre Noël et Thanksgiving. Tout le monde sauf Rey qui se rend dans un temple Jedi, où elle récupère un artefact lui permettant de voyager dans l’espace et le temps. Accompagnée par BB-8, elle va donc découvrir des scènes des trilogies passées. Et comme vous vous en doutez, ça va partir en sucette.

Techniquement, le film est propre. On est loin de l’animation des longs métrages Lego où tout est travaillé pour ressembler à de vrais sets de construction mais dans l’esprit des précédents courts. Les personnages peuvent donc plier leurs bras et leur jambes et les décors ne sont en briques que quand c’est faisable. Néanmoins, des efforts sont faits en en ce sens, les textures sont travaillées et le retour de certaines voix des séries animées et des films fait toujours son petit effet.

On sourit donc en regardant Rey apparaitre sur Dagobah pendant l’entrainement de Luke ou dans l’ascenseur où discutent Obi Wan et Anakin, d’autant que les équipes techniques sont à fond dans l’humour et la dérision. Mais le projet ne va jamais au bout de son concept. La courte durée (42 minutes) n’aide pas mais les scénaristes sont trop focalisés sur ce qu’ils veulent raconter quand, nous, ce qu’on veut, c’est se marrer. Ainsi, l’affrontement entre tous les personnages de la saga teasé dans la bande-annonce n’est que de courte durée et aucun concept n’est vraiment poussé au bout. Tout va tellement vite que si vous clignez des yeux, vous raterez ce qui n’est qu’un ensemble de cameos. Dommage de ne pas avoir mis les curseurs à fond, notamment dans l’utilisation des Lego. Les briques ne sont jamais correctement utilisées, contrairement à ce qui a déjà été fait par le passé, notamment dans le chouette Revenge of the Brick sorti en 2005.

Le résultat plaira sans doute aux plus jeunes et les occupera trois quart d’heures pendant que vous préparez les fêtes de fin d’année. Mais à l’heure des réunions de famille, on aurait aimé voir quelque chose qui vise tout le monde, et pas seulement les enfants.

Lego Star Wars, Joyeuses Fêtes – Disponible sur Disney+

2 commentaires

  • broack dincht samedi 21 novembre 2020 15 h 55 min

    la question est: le 1er Holliday special est-il canon dans le lore Star Wars? Même si Lucas a voulu le faire disparaitre, n’est-ce pas trop tard?

    Le joueur du grenier a fait une vidéo où il parle de ce film, il avait l’air effroyable

  • Marc lundi 23 novembre 2020 12 h 28 min

    Non, ce n’était déjà pas canon à l’époque et ça l’est encore moins maintenant. Cela dit, le film Lego en a repris le principe : une sorte de fête de fin d’année chez les Wookies.
    Le film est sur Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=6hH8rxarVG8

Ajoutez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.