Ce vendredi 9 juillet s’est tenue à Paris la conférence de presse d’Inception, le nouveau film et très réussi film de Christopher Nolan.
Nous avons vu apparaitre sous nos yeux ébahis rien de moins que Leonardo di Caprio, Joseph Gordon-Levitt, Ellen Page, Chris Nolan, Marion Cotillard, Tom Hardy, Ken Watannabe et Sir Michael Caine. Pendant plus d’une demi heure, ils ont répondu aux questions de la presse.
Voici l’intégralité de cette rencontre en vidéo, ainsi que nos meilleurs photos. Un évènement à ne pas manquer !

Inception : la conférence de presse from cloneweb on Vimeo.

 

Leonardo DiCaprio a dit qu’en lisant le script, il n’avait jamais rien lu de chose pareille auparavant. Diriez-vous que seul un film pouvait raconter une histoire comme celle-là ?
Chris Nolan : J’essaye de faire des histoires qui ne peuvent être faisables qu’en film. C’est ce qui m’intéresse. Kubrick, Ridley Scott, Malick et bien d’autres faisaient ce genre de films qui ne peuvent être qu’en film. C’est le pouvoir de l’image, ce sont des expériences cinématographiques exceptionnelles.
Inception est une tentative de relier les choses de manière très visuelle. Il y a beaucoup de symbolisme. C’est ce qui tire l’histoire.

Les rêves ne vont jamais dans l’onirique ou le fantasme. Les personnages rappellent à quel niveau de rêve ils se trouvent. Les studios ont-ils limité le niveau d’abstraction du film ? De manière récurrente dans les films de Nolan, il est question d’une obsession de pensée, de deuil sentimental, de remords, de regrets. Le concept du film n’est donc-t-il pas simplement un leur pour faire un vrai mélo ?
Chris Nolan :Je n’ai jamais senti qu’on me mettait des limites sur l’abstraction qu’on pouvait avoir dans le film. Les limites se sont posées par l’histoire elle-même. Ce que j’ai voulu dire et que j’avais vu dans d’autres films, c’est que tout peut arriver. J’ai voulu reprendre cette histoire de casse et faire que les personnages s’imposent dans leurs rôles. C’est ce qui maintient la tension dramatique.
Ce qui m’intéresse ce sont les personnages et les films noirs. Vous prenez vos névroses de tous les jours, vous les poussez dans un mélo drame qui va bien au-delà de votre propre expérience et de cette façon, vous arrivez sur quelque chose de bien plus universel.

En quoi Chris Nolan est-il différent des autres réalisateurs avec qui vous avez pu tourner ? Si vous pouviez voler les rêves de quelqu’un, de qui s’agirait-il ?
Tom Hardy : Je n’ai jamais travaillé sur quelque chose d’une aussi grande envergure. C’est une première pour moi donc c’est difficile de comparer. Si je dois comparer, je dirai que c’est quelqu’un qui sait très exactement ce qu’il veut et voit bien plus loin que ce que je ne suis capable de voir. Malgré la très grande orchestration de tous les éléments, il a créé un environnement sécurisant, intime et plein de sensibilité sur le plateau ce qui m’a permis de jouer. J’en avais besoin.
Voler les rêves de quelqu’un ? Non, surement pas.

Cillian Murphy : Pareil que Tom. Je rajouterai que c’est un réalisateur et un scénariste de très grand talent. C’est toujours un très grand plaisir de travailler avec lui, on a le sentiment de travailler à un très haut niveau quand on est avec lui et son équipe. Pour les rêves, je dirai aussi pareil que Tom, je ne voudrai pas voler les rêves de quelqu’un. Pas plus qu’on ne puisse prendre les miens. Je trouverai ca terrifiant.

Michael Caine : Chris fait parti des grands réalisateurs avec lesquels j’ai travaillé. Il est extraordinaire. Pour les rêves, je dirai Brad Pitt.

Ken Watanabe : Il est extraordinaire parce que ses idées sont extraordinaires. Quand j’arrive sur le plateau je veux vraiment rentrer dans sa tête mais malheureusement c’est là que mon imagination s’arrête. Il vous surprend toujours.

Marion Cottilard : Je vais m’appuyer sur la réponse de Ken. C’est quelqu’un qui a une imagination hors du commun et une grande intelligence. Toutes les questions qu’on a pu lui poser sur le film, il a eu une telle manière d’y répondre pour nous rassurer quand on était perdu, de nous laisser prendre notre place même lorsque nous n’avions pas tous les éléments…
Pour les rêves, je dirai pareil que Michael, Brad Pitt.

Leonardo DiCaprio : C’est simple. Chris est un visionnaire. Il transporte le public dans des réalités alternatives et pour cela, il faut être très doué et très engagé. Il ne sous estime pas son public, il le défie. Nous avions eu des conversations par la passé au sujet des complications de ce scénario mais Nolan sait que lorsque le public sera immergé, cela fera sens pour eux et ils s’y retrouveront. Il avait raison. Il va tout droit dans son imagination et en sort des choses extraordinaires. Il a fait des histoires formidables par le passé.
Concernant les réalisateurs, notamment Nolan, vous savez ils sont tous tellement préparés, très confiants quand ils travaillent mais aussi flexibles dans le sens ou ils veulent trouver des moments sur le plateau pour que vous trouviez le personnage, c’est vraiment important.
Pour les rêves, je ne veux pas aller dans la tête des gens. C’est pour cela que c’est illégal dans le film.

Ellen Page : Je pense que ce qui était extraordinaire et gratifiant de travailler avec Nolan en tant qu’acteur c’est que quelque soit l’envergure de ce que nous devions faire, il y avait toujours cette tranquillité sur le plateau. Il voulait trouver la sincérité dans chaque moment. J’ai fait un seul autre film de cette envergure et trouver les moments sincères ce n’était vraiment pas la priorité.
J’ai aussi fait beaucoup de petits films indépendants avec des réalisateurs qui ne jugeaient pas non plus que la sincérité était la priorité. Travailler avec un réalisateur qui cherche la sincérité dans tous les plans, qui n’a pas d’égo car c’est un vrai réalisateur, il aime ce qu’il fait, il aime son métier, cela vous inspire tellement ! J’ai tellement de gratitude pour cette expérience et de reconnaissance.
Pour les rêves, je pense que je choisirai un de mes chiens.

Joseph Gordon-Levitt : Une des choses que j’admire chez Nolan c’est qu’il possède vraiment le film qu’il fait. Cela émane de son cœur. Il fait le film qu’il a envie de faire. Il veut faire plaisir aux autres mais écoute sa propre opinion, ses propres sentiments, c’est ce qui fait que le film est aussi extraordinaire.
Pour le rêve, sans doute ceux de Michael Caine.

Inception est une production énorme mais les effets spéciaux sont finalement peu nombreux même s’ils sont extraordinaires. Pouvez-vous nous parler de la manière dont ce film a été fait ?
Emma Thomas : Ça a été une entreprise énorme étant donné l’envergue de l’histoire. On a tourné à Paris, on a tourné un peu partout mais l’idée de Christophe Nolan depuis le début ca été de faire un monde des rêves réels et que le public partage cela avec le rêveur. Il fallait faire les choses de manière très réelle et non avec des effets spéciaux. Dans la plupart des cas nous avons fait les choses avec des éléments réels et cela a aidé tout le monde. Nous démarrions à partir de quelque chose de réel et non à partir d’un écran duquel tout devait être créé.

Pouvez-vous nous parler du montage du film ? Y-a-t-il eu beaucoup de choses de mise de coté ?
Christopher Nolan : Le casting était extraordinaire. J’étais tous les jours très excité de voir ce qu’ils allaient faire avec leur personnages. Quant au montage, j’essaye de ne pas vraiment y aller. Autant que possible, je ne filme pas de scènes en plus. Sur Insomnia, il y a peut-être deux scènes coupées mais c’est tout.
Avec Inception, on a filmé pendant 5 mois et demi et il n’y a que quelques dialogues entre Léo et Tom qui n’ont pas été utilisés. Mon monteur Lee Smith est très doué, il sait très bien resserrer les choses pour un résultat dense. J’aime ces rythmes très rapides de montage. Je n’aime vraiment pas filmer des choses qu’on ne va pas garder dans le film parce que c’est déjà suffisamment difficile et cher. Je préfère décider de toutes les scènes du film au moment du script.

Si on avait pu extirper l’idée de la solution finale du cerveau de Himmler, on aurait évité des millions de morts. Quelles idées aimeriez-vous sortir du cerveau des hommes politiques actuels ?
Leonardo DiCaprio : L’ambition et l’envie ; quand on veut toujours plus. Je ne voudrais pas allonger ma réponse mais ce serait ça.

Est-ce que ca été très clair dans votre tête lorsque Chris Nolan vous a expliquer le script, les notions d’extraction, d’inception etc…
Marion Cottilard : Le concept était très clair mais quand on lit un scénario qui est la base d’un film, on ne visionne pas l’image. On n’a pas l’univers et la lecture d’Inception a été assez complexe. Mais tous les détails, toute la complexité, tous les questionnements, tout ce que vivent les personnages sur le plan émotionnel, c’est beaucoup de questions qu’on a pu poser à Chris.

Leonardo DiCaprio : Je dirai qu’après avoir lu le script, il y a eu beaucoup de conversations avec Chris. C’est un film très ambitieux et très sophistiqué. Chaque niveau de rêve vous propulse dans l’autre. C’est un concept très difficile à porter à l’écran. Même si je ne comprenais pas tous les éléments qui étaient dans sa tête, nous avons eu beaucoup de discussions au sujet de mon personnage, pour savoir comment il s’insérait dans l’histoire. Il y a très peu de réalisateurs qui peuvent faire un film de cette teneur et je remercie Chris d’avoir poussé les studios à faire un tel film car on n’en voit presque jamais au cinéma.

Michael Caine : Quelle était la question ??
J’ai un si petit rôle dans le film que je ne suis pas en position d’en parler. Je pense avoir compris de quoi il s’agissait mais je ne veux rien vous gâcher, vous trouverez la solution en allant voir le film

La construction est unique, un peu comme celle de The Dark Knight. C’est un peu comme un film classique pendant 1h30 et ensuite une nouvelle partie qui change tout dans un second temps.
Christopher Nolan : En écrivant le script, je voulais une structure classique en 3 actes, comme dans Memento. Je voulais que le public se retrouve à un rythme familier dans la narration même s’il y avait des scènes plus compliquées. J’ai passé beaucoup de temps à écrire ces 3 actes.
Mais il y a aussi 2 moitiés aussi. Les films de casse sont généralement en 2 moitiés. Il y a d’abord la planification du casse pour expliquer au public ce que les personnages vont faire. Ensuite il y a le casse en lui-même.
Il y a certaines choses qui apparaissent comme des complexités structurelles mais l’idée a vraiment été de prendre un langage existant dans le film.

Est-il question de la relation entre un metteur en scène et son acteur ? Nolan a-t-il cherché à extraire de vous ce qu’il y avait de meilleur ou à insérer une idée que vous devriez suivre (pour résumer, le rôle a-t-il écrit pour DiCaprio ou DiCaprio a-t-il seulement exécuté ce que Nolan avait écrit pour le personnage). Question posée également sur Martin Scorsese.
Leonardo DiCaprio : En tant qu’acteur vous créez des parallèles avec votre vie, vous créez des émotions et vous essayez de les relier. Le but c’est d’incarner ces émotions, c’est ça le boulot de l’acteur. On ne sait pas ce que les personnages on vécu mais on fait de notre mieux, dans nos recherches, et on se met dans la vie et dans la peau de quelqu’un d’autre.
Lorsque les réalisateurs engagent un acteur, ils lui mettent beaucoup de responsabilités. Pour Martin, j’ai beaucoup travaillé avec lui et ce que j’ai découvert, c’est qu’il a une telle connexion émotionnelle avec ses acteurs que souvent, il trouve l’histoire au travers de leur performance et comprend ce qu’elle donnera au moment du montage.
Pour Chris et Martin, ils ont une attention tout à fait spécifique sur le plateau. Ils savent exactement ce qu’ils veulent faire sur le plan cinématographique mais finalement ils laissent les acteurs leur dicter ce voyage émotionnel.

Avez-vous refusé un rêves à Nolan parce qu’il il coutait trop cher ?
Emma Thomas : L’un des producteurs l’avait appelé « celui qui gâte les producteurs ». Il est très responsable sur le plan financier et très réaliste avec les ressources dont il dispose, et ce qu’il peut en faire. Nous ne sommes pas dans une relation où il dit « je veux faire ca » et ou je répond « non c’est trop cher » car il est aussi producteur du film. C’est un rêve pour un producteur de travailler avec quelqu’un comme lui. Il faudrait plutôt poser la question à Chris en fait…

Savez-vous pourquoi Nolan vous fait systématiquement jouer le rôle d’un gourou d’un psychopathe dangereux ?
Michael Caine : Non. Mais j’ai grandi avec beaucoup de psychopathes dangereux, il a surement senti ca chez moi. Il m’a bien choisi.

Pouvez-vous détailler les choix artistiques, de caméras, de lumières…
Christopher Nolan : Je pourrai passer beaucoup de temps à vous répondre mais je vais me limiter. Le choix important qui m’a influencé c’est quand Léo dit « Les rêves paraissent réels quand est dedans ». On a essayé avec les acteurs de garder une logique dans les sentiments et de filmer pour faire en sorte qu’on croit à la réalité de ces rêves. Tout découle de cela.

Vous n’êtes pas de tous les plans pourtant la présence est exceptionnelle, il y a beaucoup d’émotion, pouvez nous parler de comment vous avez abordé ce personnage. Qui est cette femme pour vous ? Pouvez-vous nous dire également ce que cela fait de travailler avec Leonardo DiCaprio.
Marion Cottilard : Ce doit être l’un des personnages les plus complexes que j’ai eu à aborder depuis que je fais ce métier. Généralement quand je commence le travail de préparation, j’ai immédiatement des sources d’inspirations sur des gens que je connais ou d’autres personnages, d’autres acteurs. Et la particularité quand j’ai commencé à travailler sur Mall c’est que personne n’est venu remplir ce besoin d’être inspiré par une autre personne et particulièrement parce que….est-ce que je peux dire ca…non je ne vais pas le dire…
Et donc je me suis inspiré d’une manière étrange et sans pouvoir vous l’expliquer de Chris Nolan et de Leonardo. C’est toujours difficile d’expliquer ce travail là, ce moment ou on ouvre des capteurs pour laisser entrer des énergies, pour que le personnage se construise à l’intérieur de nous même, qui plus est lorsqu’il est si complexe, qui a tant de personnages à l’intérieur d’elle.
Pour le travail avec Leonardo, j’ai vu presque tous ses films. J’ai toujours été touché par ses personnages, j’ai toujours senti que ct quelqu’un qui travaillait énormément. J’ai me suis toujours reconnu dans son travail et ai toujours su que je finirai par travailler avec lui bien avant l’expérience de la Môme qui m’a amené à cette chance de faire des films aux USA. Je sentais une connexion avec son travail. Quand on a commencé à travailler ensemble, on a eu la chance d’avoir ce temps de travail avec lui et Chris Nolan car on a avait beaucoup à expérimenter avant de débuter le film.
J’ai eu l’immense chance de rentrer dans la cuisine d’un comédien hors du commun, qui se donne entièrement à son métier avec passion et intelligence. De pouvoir avoir des discussions avec lui sur où étaient nos personnages, leur relation, ça a été l’une des expériences les plus enrichissantes que j’ai eu dans ma carrière d’actrice.

Leonardo DiCaprio : Je dois dire que c’est l’une des expériences les plus uniques, pour être honnête, que j’ai eu avec un autre acteur. Vous savez tous que Marion un trésor national, elle a fait ses preuves à l’écran il n’y a pas besoin de le répéter mais ce qui me fascinait à l’idée de travailler avec elle c’est qu’on avait des séquences très émouvantes ensemble.
Elle est comme une actrice d’une autre époque, elle est tellement engagée dans sa relation avec vous, d’acteur à acteur. Même hors caméra, elle est dans l’émotion. Souvent je devais lui dire « garde ça pour la caméra, on ne va pas le filmer tout de suite ». Beaucoup de gens parlent en ces termes mais c’est vrai, quand elle commence à travailler, elle se donne entièrement. On a parlé de nos personnages, sur leurs relations et ce qu’elle représentait dans les échappées oniriques. On est entré dans des conversations ésotériques, existentielles, pour arriver à se demander qui elle était vraiment.

[SPOILER ALERT]
A la fin du film elle est moi me parlant à moi-même dans une manière thérapeutique pour se réconcilier avec la vérité. Ces échanges étant vraiment fantastiques, on y a été tous les deux à fond et j’ai été enchanté de l’avoir à mes cotés.
[SPOILER ALERT]

Vous participez à travers votre société hitRECord sur une documentaire sur les rêves autour d’Inception. Vous avez fait un appel à projets pour avoir des vidéos et je voulais savoir ou en était ce projet.
Joseph Gordon-Levitt : [En français] « Merci pour la question » Je ne m’attendais pas du tout à parler de ce projet.
Chris voulait faire un documentaire sur les sciences des rêves et Warner Bros a engagé un documentariste et m’a demandé si je voulais collaborer. J’ai donc commencé cette production où il y a des centaines d’artistes du monde entier qui collaborent sur différents projets et supports en ligne. Les personnes peuvent collaborer dans la communauté en déposant leurs photos, leurs idées.
Ça a été une expérience très enrichissante et que j’ai fait avec beaucoup de passion. C’est la première fois que j’arrive à marier ma profession avec une expérience comme celle là et je suis très reconnaissant à Chris de m’avoir inclus dans ce projet, dans quelque chose de cette envergure, de l’envergure d’Inception.

 



Cliquez sur les photos pour les voir en HD

Retranscription : Mathieu, Cineshow.fr

7 commentaires

  • Mathieu lundi 12 juillet 2010 11 h 30 min

    Hello les amis,

    J’ai fais ce WE la retranscription texte. Vous pouvez la prendre si vous voulez ! http://bj-mat.blogs.allocine.fr/bj-mat-271957-inception__lincroyable_conference_de_presse_en_photos_et_video_.htm

    See ya !
    Mathieu (www.cineshow.fr)

  • Marc lundi 12 juillet 2010 13 h 37 min

    Merci beaucoup

  • Broack Dincht mardi 13 juillet 2010 11 h 05 min

    Ellen Page a l’air de s’ennuyer grave sur ces photos. Watanabe, Caine et Di caprio ont vraiment la classe.

  • Marc mardi 13 juillet 2010 11 h 39 min

    Pour leur défense, c’est marathonesque ce genre de promo. D’un pays à l’autre, ils enchainent ça et les interviews privées, les mêmes questions, les mêmes réponses…

  • Olve mercredi 21 juillet 2010 11 h 46 min

    Moi j’l’aime bien la bouille d’Ellen Page :)
    Au passage, y’a du spoil ou pas ? Arrivé à la moitié de l’interview (texte) j’ai commencé à lire une questions que je pense être en rapport avec la fin du film… me trompe-je ?

  • Marc mercredi 21 juillet 2010 13 h 27 min

    Y a un vague spoiler précisé par des balises
    Moi je trouve qu’il ne spoile rien du tout

  • Olve mercredi 21 juillet 2010 13 h 41 min

    Bah moi qui suis craintif du spoiler (à tendance histérique), après avoir vu l’interview en entier, je trouve qu’il y en a un gros (pas là où je pensais, qui n’est en fait qu’une référence historique que ma maigre culture n’avait pas su reconnaître).

    Bref, ceux qui se reconnaîtront dans mon profil, j’vous conseille de la voir après le film !

Ajoutez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.