Peut-être étiez-vous à Paris au Grand Rex hier soir pour l’avant-première de Chimpanzés, le nouveau documentaire Disneynature, en présence de Jane Goodall dont la fondation a reçu une partie des recettes de la soirée.

Pour ma part, j’ai eu la chance de voir le film il y a quelques semaines en compagnie des réalisateurs Mark Linfield et Alastair Fothergill et de Christophe Boesch, président de la Wild Chimpanzee Foundation. A l’issu de la projection, ils ont évoqué les singes et l’Afrique.

Retour sur cette soirée à travers une critique express et une vidéo des meilleurs moments de la rencontre. Le film sort le 20 février prochain.

 

Critique

En marge de la projection de Chimpanzés à laquelle j’ai assisté, Jean-François Camillera (président de Disneynature) expliquait que la volonté de son label était de raconter des histoires avec des personnages issus de la nature. Et si les précédents films (et Pollen en particulier) avait une volonté éducative, c’est bien d’une histoire qu’il s’agit de raconter ici.

Le film nous plonge donc au cœur d’une forêt africaine pour suivre un petit groupe de singes dans leur quotidien et Oscar en particulier, le plus jeune d’entre eux. On va les découvrir dans leur quotidien qui se résume (et ils ont bien de la chance) principalement à manger et dormir. C’est parfois un peu plus compliqué quand il s’agit de s’éloigner pour trouver de la nourriture ou quand le groupe ennemi veut s’emparer du territoire. Mais le chimpanzé a une vie plutôt tranquille… jusqu’au drame.
Alors qu’il sont attaqué, Oscar va perdre sa maman et se retrouver bien seul, lui qui est trop jeune pour survivre seul tout en étant au sein d’un groupe qui ne s’occupe pas des plus jeunes.

Les réalisateurs expliquent que cet évènement -et ces conséquences- ont été du pain béni pour eux. Raconter une histoire en filmant des animaux n’est pas une chose aisée, encore moins quand il ne s’y passe pas grand chose. Alors quand il se passe quelque chose, et même si ça arrive assez tard pendant le long tournage (600 jours !) et donc pendant le déroulement du film, on ne se plaint pas.

Le spectateur ne se plaint pas non plus puisque le film était jusque là bien trop calme. A force de vouloir insister sur l’histoire, il passe à coté de l’aspect “éducation” qu’un documentaire apporte. On n’apprend en réalité pas grand chose sur les primates, si ce n’est quelques petites choses comme le fait que ce sont les seuls animaux capables d’utiliser un objet issu de la nature pour se nourrir.
Trop calme et un peu dérangé par un commentaire pas toujours adapté. Avec Tim Allen (en version originale) et l’humoriste Ary Abittant (en français), les réalisateurs ont fait le choix de jouer la carte de l’humour en voix off. On lorgne sur certaines scènes malheureusement un peu trop du coté de Video Gag et pas assez du coté du National Geographic. C’est un peu dommage, on aurait aimé apprendre plus de choses.

Mais les évènements qui arrivent après la disparition de la maman d’Oscar vont relever le niveau, qui n’était foncièrement pas si bas tant les images sont belles. Oui, le commentateur fait des vannes qui tombent à plat. Mais Mark Linfield et Alastair Fothergill ont fait un boulot remarquable d’approche des singes, de captation de leur quotidien et de mise en scène en général. Ils ont eu en plus la bonne idée d’agrémenter quelques passages montrant la flore de la région (on y découvre notamment des plantes luminescentes, on se croirait dans Avatar). On ne va donc pas bouger ce petit plaisir visuel.

Malgré quelques petits défauts, Chimpanzés est donc un documentaire sympathique mais qui aurait mérité d’être un peu plus sérieux comme l’était par exemple le sublime Pollen. Néanmoins, les images sont suffisamment belles pour mériter le déplacement. En attendant le prochain Disneynature qui devrait se dérouler dans une forêt du Canada !

 

Rencontre

 

Chimpanzés – Sortie le 20 février 2013
Réalisé par Mark Linfield, Alastair Fothergill
Avec la voix originale de Tim Allen

Ajoutez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.