Le Festival d’Annecy, ce ne sont pas que des longs-métrages. C’est aussi la possibilité de voir de nombreux courts de réalisateurs prometteurs ainsi que des programmes destinés à la télévision.

Il semblait intéressant de s’arrêter donc sur l’un d’eux, une production française qui a du potentiel et dont le nom est bien connu des rôlistes : le Donjon de Naheulbeuk. A l’origine une saga en audio créée par John “Pen of Chaos” Lang, le Donjon raconte les aventures d’une compagnie d’aventuriers dans l’univers fantasy de la Terre de Fangh. Fort de son succès sur Internet, les aventures audio se sont déclinées en bande dessinées, en romans et John est désormais à la tête d’un groupe (le Naheulband) qui parcourt les routes de France pour se produire en concert.

La quête de la 12e statuette de Gladeulfeurha passera désormais par le petit écran puisqu’une série d’animation est en préparation pour être diffusée en 2015 sur Canal+…

 

Précisons le tout de suite : le Donjon de Naheulbeuk n’a rien d’une série sérieuse. Le groupe d’aventuriers est composé d’une belle bande de bras cassés : un voleur, un nain, une elfe, une magicienne, un ranger, un barbare et un ogre tout aussi incapables les uns que les autres (et pour cause, ils sont tous de niveau un !). John Lang s’amuse avec les codes du jeu de rôle et de la fantasy pour faire marrer, c’est aussi simple que cela.

A Annecy, l’épisode montré intitulé “Ascenseur pour Fiasco” n’était pas le premier de la saga mais faisait office de belle bande démo. La salle a en effet pris du plaisir devant ces sept minutes d’animation, pour lesquelles les designs de Marion Poinsot -qui dessine la BD- ont été adaptés afin de pouvoir être modélisés en 3D. Les péripéties de l’épisode (qui consistaient à traverser un fossé jusqu’à ce que la compagnie découvre qu’il s’agissait en fait d’un monte-charge) étaient forcément inédites pour des raisons évidentes de longueur mais l’esprit de la série telle que l’a imaginée Pen of Chaos était bien là.

C’était d’autant plus un bon moment qu’il était intéressant de voir enfin un studio français s’intéresser à une série visant d’abord un public adulte (et “geek”). J’en ai donc discuté avec le producteur de chez Nomad Films Thomas Kornfeld.

CloneWeb : Comment présenteriez-vous la série à quelqu’un qui n’a jamais entendu parler de Naheulbeuk ?
Thomas Kornfeld : C’est la première série animée adulte en France et c’est la parodie d’un héroic-fantasy avec les codes du jeu de rôle, c’est la première adaptation JDR en série télé si on oublie Donjons et Dragons.

Ce sont des épisodes de 7 minutes…
Oui, ils seront diffusés d’abord sur Canal+ et d’autres diffuseurs sont en négociations. Je sais que beaucoup de gens attendent la série mais on devrait démarrer la 3D en septembre pour livrer les épisodes un an après à Canal (en septembre 2015, donc) pour une diffusion probable à l’automne 2015.

Qui est venu trouver l’autre ? C’est vous qui vouliez adapter le Donjon ou c’est John qui est venu vous trouver ?
Un peu les deux. J’ai un associé au sein de Nomad Films qui connaissait Marion Poinsot [la dessinatrice de la version BD] qui m’a présenté John Lang. Je n’avais donc pas la volonté d’adapter le Donjon précisément. John avait eu beaucoup de propositions, il en avait refusé certaines. Et ça s’est fait comme ça.

Quel est le rôle de John Lang, qui fait tout et qui est partout sur le reste de la franchise ?
Il a eu un rôle extrêmement important, celui de l’ange-gardien. On savait qu’on allait apporter de nouvelles choses, que le format serait différent et qu’on aurait des contraintes. Il fallait avant tout qu’on satisfasse un maximum de fans et pour ça il fallait travailler avec l’auteur original. A partir du moment où il connait nos contraintes et qu’il accepte d’intégrer une équipe, il n’y a pas de raison de ne pas travailler avec lui.
L’humour particulier de la série nécessitait que l’équipe de scénaristes s’en empreigne. Heureusement, les membres de notre équipe étaient déjà des fous de la série.
Pour être plus précis, les textes ont été écrits par un directeur de collection et huit auteurs, textes soumis à John qui validait ou pas. Il a donc tout validé. Il a aussi fait les voix du nain et du barbare et d’autres personnages ainsi qu’un travail de validation sur les designs aux cotés de Marion Poinsot. Et nous lui avons demandé des tas de conseils. Il m’a beaucoup conseillé sur son univers que je ne maitrisais pas. J’aime le Seigneur des Anneaux, les super héros et Game of Thrones mais j’avais besoin de m’approprier le Donjon. John m’a amené à me faire comprendre son environnement.

Quelle est la cible visée ?
Autant les fans qu’un public plus large. L’animation adulte française n’est pas répandue. Le public est prêt. On en regarde beaucoup mais les diffuseurs, eux, ne sont pas prêts. Nous, on a essayé de faire ce qui a été fait sur les autres supports : à chaque fois que le Donjon sortait sur un nouveau format, le public s’est élargi. On a donc la volonté de satisfaire la fan-base et de faire connaitre la franchise. Les scénarios ont donc deux niveaux de lecture : de l’humour qui fonctionne sur le plus grand nombre, et de l’humour purement rolistiques.
On ne s’est pas retenu dans l’écriture pour autant. Canal+ nous a fait une confiance absolue en matière d’écriture. Les références qui tiennent coeur à John et aux fans ont été intégrées. On a bien entendu rajouté des choses à cause du format mais on n’a rien enlevé. Pour le reste, je vous laisserai découvrir.

Canal+ vous a commandé combien d’épisodes ?
52. Qui couvriront la saison 1 et la saison 2 en audio. Je n’ai pas de main mise sur la programmation mais le diffuseur ne mettra pas de l’animation adulte dans une case pour enfants. Je fais vraiment confiance à Canal, qui croit en Donjon et est très patient. Ils trouveront la bonne place.
Les fans râlent parce qu’ils n’ont pas tous Canal mais c’est la seule chaine qui pourrait nous suivre. Je promets que les fans pourront quand même voir la série en clair et en gratuit, la série sera disponible sur tous les supports et à tous les niveaux à un moment ou un autre. Il faut être encore un peu patient, les douze premiers mois risquent d’être un peu longs pour les non abonnés puisque la première diffusion sera cryptée. La deuxième pourra être en clair et ça ira vite si Canal diffuse les épisodes par trois par exemple.

Où en êtes-vous dans la production ?
Seul l’épisode montré aujourd’hui est finalisé. Les 52 épisodes sont écrits, storyboardés et existent sous forme d’animatics. On a commencé la 3D puisque les neuf personnages principaux sont modélisés et animés, ainsi que les décors et une cinquantaine d’objets. Il reste douze mois de travail.
Ce qui est sûr, c’est qu’on fait la série qu’on avait envie de faire. Ca demande un peu de temps en terme de ton, de qualité de l’animation. Et puis c’est une série qui est à 95% française, c’est plus cher mais je suis hyper fier. Les 5% c’est la traduction et le doublage en anglais.

Il y aura des goodies ? des déclinaisons de la série ?
Il y aura un artbook puisque c’est un des cadeaux du crowdfunding. Je suis collectionneur, j’adore les objets donc on va faire au moins l’essentiel : bonus DVD, t-shirts, figurines. On a cédé nos droits à quelqu’un pour le merchandising. On a un making of, des interviews. Il y aura beaucoup de matière.
On veut donner aux gens bien sûr mais on voudrait aussi que le public puisse mettre un visage sur tout le monde. Il y a beaucoup de gens qui ont travaillé sur
le Donjon et j’ai envie qu’ils soient connus.

3 commentaires

  • Alliance lundi 16 juin 2014 18 h 29 min

    Merci à Marc et Cloneweb pour cette entrevue et de l’avoir partagé sur le web. Ça fait plaisir de voir du monde s’intéresser à ce phénomène très méconnu et qui a un potentiel international énorme.

  • Marc lundi 16 juin 2014 22 h 29 min

    96000 fans Facebook rien que pour la série, 1 million de BDs vendues, c’est pas si méconnu.
    Mais de rien :)

  • Evan Lupin mercredi 18 juin 2014 10 h 21 min

    Et un gros succès sur MMC, de souvenirs 196% de fond récoltés. On a frolé les 200% :)

Ajoutez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.