Raphaël est un nouveau venu dans la joyeuse bande qui anime vos dimanches matin.

Le jeune homme cherchait un coin où poser ses valises et parler de “vieux” films sortis il y a plus ou moins longtemps, lui qui passe ses journées au coeur de l’actualité du 7e Art. Nous l’avons donc chaleureusement accueilli, offert le café et recueilli son premier papier.

Pour essuyer ses plâtres, il a choisi d’évoquer rien de moins que Steven Spielberg. Un Dimanche Une Critique est donc consacré à l’Empire du Soleil.

 

 

Point chiffres :
Le budget d’Empire du Soleil frôle les 40M$ (ET 10,5, Jaws 12) et offre ainsi à son réalisateur une assiette confortable, malgré ce budget le film ne raflera que 22M$ sur le marché domestique (ET 359, Jaws 260) le film n’atteindra son seuil de rentabilité que péniblement pour terminer sa carrière internationale et domestique à 66M$ de recettes. Sans parler donc d’échec commercial cuisant l’Empire du Soleil passera presque inaperçu dans le paysage audiovisuel en dépit d’un succès critique amplement mérité.
Critiques

Empire du Soleil reprend nombre de thèmes chers à son créateur parmi lesquels l’enfance, la séparation, le rite du passage à l’adulte, la guerre autant d’éléments qui seront traités et imbriqués les uns dans les autres avec comme prétexte l’histoire tragique d’un enfant d’expatrié vivant à Shangaï avant que le Japon ne l’envahisse. Isolé, désabusé par ce monde qu’il ne comprend pas cet enfant deviendra un homme, écrasé par l’étau de la vie et de la guerre.

Nos yeux et nos oreilles seront Jim, le protagoniste du film par lequel sera filmée la guerre. Et si ce procédé didactique a déjà été utilisé au cinéma, il est sublimé par le regard d’enfant de l’éblouissant Christian Bale, victime et bourreau de sa propre existence. Mû par une force et une énergie sans limites, il vivra de nombreuses péripéties qui conduiront l’enfant à devenir homme et à nous laisser voir le rêve se désagréger petit bout par petit bout.

Détruire l’innocence sans jamais vouloir complétement l’oblitérer. C’est peut-être là toute la magie d’Empire du Soleil : offrir un spectacle fragile et ténu frôlant parfois la poésie sur un fond pourtant grave et complexe. La prouesse du film est de parvenir à extérioriser un drame intime et secret, à faire d’une fresque épique un cheminement intérieur et très privé sans que cela ne soit qu’un prétexte d’humanisation du film ou un coup de Trafalgar pour donner du fond. Le spectateur est balancé perdu et bousculé par la gravité du propos ne sachant à quel saint se vouer ou à quelle valeur se raccrocher.

Les procédés stylistiques frisent le génie lors de scènes de foule et de combats dans la première partie, servis par d’immenses plans larges magnifiant l’horreur de la guerre pour la rendre d’autant plus cruelle qu’elle ne l’est déjà. Plus de 5000 figurants seront réunis pour ce film qui d’ailleurs fût le premier long métrage américain à être tourné en partie en Chine.
La musique composé par le fidèle John Williams prêtre une densité épique et même si on peut regretter son utilisation quelque peu abusive ses accents surannés, elle contribue avec la richesse visuelle du film à faire ce que Steven Spielberg sait faire de mieux : rêver, rendre beau le laid, savamment utilisé dans des teintes sucrées salés pour amplifier l’ire de l’univers dans lequel le film berce.

On peut reprocher à Empire du Soleil de tomber dans la facilité par ses personnages secondaires un peu creux. Le propos frôle parfois le pathos, sentiment accentué par l’omniprésence de la musique.
On peut aussi lui en vouloir pour sa facilité, et l’incomplétude de son propos, comme si le film faisant un pas en avant et deux en arrière à chacun nœud dramatique. L’enfant prodigue qu’est Spielberg tombe dans son propre piège à vouloir trop en montrer, à trop vouloir expliquer et à ne pas vouloir aller jusqu’au bout de son idée. Temporisant au maximum pour ne pas risquer de perdre trop vite la candeur toute sucrée du film, trop édulcoré sans doute et empêchant de construire une réelle dimension homérique à un film qui avait pourtant tout du chef d’œuvre. A trop guider ses ouailles on peut leur faire prendre le mauvais chemin

On ne pourra en revanche pas lui reprocher l’extraordinaire beauté de sa photographie et l’audace de certaines scènes que cela soit sur le plan technique ou humain à l’image du long plan séquence narrant la vie d’un camp de prisonnier ou le point d’orgue « Les Cadillac du ciel. » (ndlr C’est la première fois dans l’histoire du cinéma qu’un crane scope sera utilisé en lieu et place d’une Dolly)

En somme Empire du Soleil remplit son contrat cinématographique, tant par la force de son jeu d’acteur et de son ton ballotté en permanence entre plusieurs sentiments très contradictoires. Visuellement impeccable, musicalement remarquable, le rite initiatique est brillant et tout en finesse aidé par un John Malkovitch au sommet de sa forme. Mention spéciale pour l’extraordinaire prestation de Christan Bâle, volubile, irritant, insupportable, naïf pour lequel on se prend vite d’empathie (malgré nous) trop enfant pour la guerre, trop rêveur pour le monde qui l’entoure, spectateur de son destin et du monde qui l’entoure jusqu’aux pires horreurs de notre histoire.

Nous rêvons avec lui, nous pleurons avec lui et nous pardonnons rapidement les quelques défauts qui ont empêché le film de développer son plein potentiel. C’est un beau spectacle, pour moi une des œuvres les plus intimistes de Steven Spielberg, peut être l’un des plus belles aussi. Filmeur de rêve et vendeur d’espoir et d’oxygène.

 

Empire du Soleil – Sortie le 16 mars 1988
Réalisé par Steven Spielberg
Avec Christian Bale, John Malkovich, Miranda Richardson
En 1941, la concession internationale de Shanghaï semble ignorer tout de l’occupation japonaise du reste du pays. James Graham, jeune fils d’un industriel britannique, y vit une existence protégée et pleine d’aventures imaginaires. Mais l’attaque de Pearl Harbour marque la fin de cet état de grâce, et James se retrouve séparé de sa famille. Condamné au statut d’errant, il se retrouve finalement emprisonné dans un camp de prisonniers où il doit apprendre à survivre…

1 commentaire

  • Le Boucher jeudi 18 avril 2013 11 h 18 min

    Une belle entrée en matière, j’ai beaucoup aimé ce film également, bonne continuation…

Ajoutez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.