3e jour au Paris International Fantastic Film Festival désormais connu sous le nom de PIFFF et qui a eu droit à tous les jeux de mots.

2 films, deux critiques et deux bandes annonces pour illustrer. D’abord Extraterrestre de Nacho Vigalondo. Puis Retreat, déjà évoqué sur CloneWeb puisqu’il rassemble Cillian Murphy et Jamie “Tintin” Bell sur une île déserte.

Extraterrestre – Pas de date de sortie en France
Réalisé par Nacho Vigalondo
Après une soirée particulièrement arrosée, Julio se réveille dans l’appartement de Julia, une belle inconnue dont il a tout oublié. Mais la surprise du jour est ailleurs : une gigantesque soucoupe volante stationne au-dessus de leur ville…

Remarqué pour son atypique Timecrimes, Nacho Vigalondo remet le couvert et nous prouve une fois encore que l’Espagne est un incroyable nid à talents en matière de cinéma. Suivant les mésaventures d’un homme se réveillant chez une belle inconnue après une soirée bien arrosée et qui va devoir rester chez elle suite à l’apparition d’une soucoupe volante géante au dessus de la ville, Extraterrestre use de la science fiction comme une toile de fond pour prétexter à tous les quiproquos possibles avec le petit ami de la demoiselle et un voisin lui aussi amoureux d’elle et étrangement jaloux. Des personnages loufoques et une écriture ingénieuse exploitant avec malice la situation dans une série de scènes toutes plus drôles les unes que les autres composent cette œuvre foutrement originale et menée tambour battant.
On espère que le film aura droit à une sortie salle, à défaut de finir en DTV comme son prédécesseur.

 

 

Retreat – Sortie prochaine en DVD
Réalisé par Carl Tibbetts
Avec Cillian Murphy, Thandie Newton, Jamie Bell
Parti en « retraite » sur une île presque déserte, un couple en crise va croiser la route d’un jeune homme mystérieux, les avertissant qu’un dangereux virus est en train de décimer le population…

Cillian Murphy et Thandie Newton sont en pause sur une île perdue et déserte au large des côtes britanniques pour régler leurs problèmes de couple, jusqu’à ce que Jamie Bell débarque de nulle part et mets l’habitation en quarantaine, prétextant que le monde est ravagé par une épidémie salvatrice…
Du pitch de huit-clos tendu comme pas permis, en veux tu en voilà.
Encore aurait il fallu que l’intrigue du film ne tombe pas dans une infernale série de twists visant à maintenir à flot autant que possible un suspense pourtant dévasté par cette multiplication de retournements très vite répétitifs et prévisibles.
Ultra redondant, perdant vite en crédibilité et porté par un Jamie Bell poussif, Retreat est une déception, dont la sortie prochaine directement en DVD s’avère malheureusement compréhensible.

Ajoutez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.