Basile et Alex continuent de voir pour nous plein plein de films au Festival Fantastique de Neuchatel. Aujourd’hui, de vrais avis puisqu’il s’agit de films très récents et parfois des avis contradictoires sur ce qu’ils ont vu. Les films du jour : Infestation, Connected, The Children et Ebola Syndrome. A venir aussi la critique du film d’animation Mary and Max…

Infestation, de Kyle Rankin – Bande annonce
Critique d’Alex (contre)
Avec quelques bonnes idées, Infestation reste cependant un film banal et dispensable. En effet, on appréciera la réalisation un peu cherchée de Kyle Rankin qui ocille entre caméra amateur où on a parfois l’impression de voir une sorte de documentaire à la Cloverfield, et un bon slasher bien gore.
Aussi, on remarquera le très bon jeux des acteurs, notamment des deux principaux. Malgré un budget plutôt bas, le film de part ses effets spéciaux (utilisation de maquettes) et sa réalisation s’en sort plutôt bien.
On est pourtant très loin de la perfection. En effet, le scénario accumule les clichés, que ce soit au niveau de l’équipe que de l’histoire, et il reste très prévisible. Le film joue cependant souvent des clichés si bien qu’on ne comprend pas vraiment où celui-ci veut en venir. Il se veut drôle, développant un humour à la Shaun of the dead, tout en restant à la fois sérieux.
Enfin on regrettera un scénario parfois sous-développé où les idées ne vont pas au bout de leur objectif.

Critique de Basile (pour)
Le troisième long métrage de Rankin n’a sans doute pas bénéficié d’un budget faramineux mais il compense ses CGI un peu datées par une mise en scène intelligente et sympathique. On pense parfois à l’Armée des Morts de Zack Snyder en termes d’efficacité. Le scénario désamorce la plupart des clichés du genre par une petite réplique supplémentaire souvent très drôle. C’est aussi un plaisir de retrouver l’excellent Ray Wise (Twin Peaks) d’autant que le reste du casting ne démérite pas non plus. Il faut garder un oeil sur ce Kyle Rankin, il sait tenir une caméra et tirer le maximum de ce qu’il a.

Connected, de Benny Chan – Bande annonce
Critique d’Alex (pour)
Cellular à la sauce Hong-kongaise [NDW : C’est en réalité le remake officiel asiatique du film américain sorti en 2004], ça vous tente ? C’est ce que propose ce remake du film de David R. Ellis.
Thriller très sympathique quoique très tiré par les cheveux (on pense notamment à la course-poursuite complétement folle). Et le tout donne un excellent film très bien ficelé où on est tenu en haleine jusqu’au bout.
La réalisation approche la perfection et le jeux des acteurs est tout bonnement excellent. On est aussi étonné de voir avec quelle facilité on passe du rire à la tension. On passe un très bon moment.

Critique de Basile (pour aussi)
Ni plus ni moins qu’un Die Hard à la sauce hong-kongaise : un type au mauvais endroit, au mauvais moment qui va donner du fil à retordre à des méchants un peu trop sûrs d’eux. C’est survitaminé, drôle, bien rythmé (on ne voit pas les deux heures passer), over-the-top et bien troussé. Aucune prétention, une production qui fait montre d’une application manifeste. Espérons qu’il sorte en France, il y a là de quoi passer un excellent moment.

The Children, de Tom Shankland – Sortie le 14 octobre – Teasers.
Critique d’Alex (plutôt pour)
Film d’horreur britannique avec des enfants. Malgré quelques clichés, une réalisation clipesque et un problème de rythme assez récurent, The Children réussit clairement son contrat, c’est à dire faire monter la tension, nous mettre mal à l’aise et nous faire peur.

Critique de Basile (contre)
Vouloir à tout prix faire du cinéma de genre c’est bien, encore faut-il savoir dépasser son pitch. A aucun moment The Children n’arrive à aller au delà du stade de la pantalonnade “ce sont les enfants qui tuent les parents, hahaha, super gore en plus”. Une mise en scène fadasse (les apparitions des enfants ne génèrent aucune tension) et un montage qui tombe à l’eau finissent par donner naissance à un décompte ennuyeux pour patienter jusqu’à la fin du film. Il faudra attendre que tout le monde meurt pour pouvoir sortir de cette purge, le comble étant que le film est court. On note même quelques plans d’inspiration “Michael Bayienne”, comme d’inutiles travellings circulaire en contre plongée.

Ebola Syndrome Bande annonce pour public averti
Critique d’Alex
C’était l’occasion pour nous de voir notre premier film de Catégorie III. Et on en sort pas indemne. Malgré quelques longueurs le film est très gore mais surtout très dur psychologiquement… Les acteurs surjouent, sauf le principal qui est génial.Une excellente surprise donc.

Ajoutez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.