Si vous lisez CloneWeb depuis longtemps, vous vous souvenez sans doute d’une rubrique intitulée “Un Dimanche Une Critique” où nous évoquions chaque dimanche matin un film connu, pour le plaisir et totalement en dehors des sentiers de la promotion.

Désormais, la rubrique renommée “Les Films Cultes” mettra chaque semaine en valeur une critique issue de ces archives (et remise en page pour l’occasion). La liste de plus de 150 articles sera ponctuellement augmentée, au gré de nos envies et visionnages.

A six mois de la diffusion de six nouveaux épisodes totalement inédits et alors que vous envisagez peut-être de vous replonger dans la série, revenons donc sur le premier long-métrage consacré à X-Files.

&nbsp:

LA CRITIQUE

En 1998 “X-Files le film” sortait sur les écrans. La cinquième saison de la série créée par Chris Carter se terminait alors et le long métrage permettait de faire le pont avec la sixième. Nous étions en pleine “X-Files-mania” et passion pour les petits hommes verts, Mars Attacks et Independance Day étaient sortis deux ans plus tôt et étaient alors encore bien frais dans les mémoires.
Si de nombreuses séries sont passées par le grand écran, c’est la première fois que l’une d’elle était déclinée de la sorte en pleine production, avec une histoire destinée à la fois aux fans de medium original et aux néophytes qui pouvaient y trouver une porte d’entrée.

Après une introduction sanglante se déroulant des milliers d’années avant notre ère, Combattre le Futur s’ouvre sur une scène de désamorçage de bombe. Les agents spéciaux du FBI Dana Scully et Fox Mulder, habituellement chargés des “affaires non classées” ou “X-Files” se retrouvent au Texas pour une mission presque routinière et bien loin de leurs préoccupations paranormales. Leur département n’existe plus et ils sont en attente de nouvelles affectations. La recherche de la bombe dans un immeuble de Dallas est une excellente entrée en matière : non content de rappeler aux téléspectateurs que le sous-sol du siège du FBI a brulé, la scène permet aux non-connaisseurs de faire connaissance avec les personnages via un passage qui pourrait être sorti de n’importe quelle autre histoire policière, une porte d’entrée qui se révèlera d’ailleurs bien trouvée puisqu’elle permettra ensuite d’enchainer sur le reste de l’histoire.

C’est toute la grande force du travail d’écriture de Chris Carter et Frank Sponitz : Combattre le Futur va perpétuellement jouer les équilibristes pour toucher le plus large public possible sans jamais oublier les fans de la série. D’ailleurs, ceux-ci trouveront leur compte dans quelques scènes très justes, à l’image d’un long dialogue entre Mulder et l’un des protagonistes, dans une voiture, qui s’offrira le luxe de répondre à de nombreuses questions que l’on pouvait se poser depuis plusieurs saisons. Le reste du film condense d’ailleurs tout ce qui a fait le succès de la série : des dialogues faisant mouche, d’excellents personnages portés par de bons comédiens et ce qu’il faut de mystère et de conspiration.

Doté d’un confortable budget (66 millions de dollars) et aidé par la réalisation de Rob Bowman, le film est visuellement honorable. On sent que l’argent est là tant les moyens sont déployés pour faire quelque chose de “bigger, louder” par rapport à la série. Il y a donc plus d’action que ce qu’on a l’habitude de voir sur le petit écran, avec une intrigue plus linéaire qu’habituellement et des scènes se déroulant à l’étranger. La production est par ailleurs sortie de Vancouver (au Canada) où toute la série était habituellement tournée.
On notera enfin la présence au générique de Martin Landau, connu pour son rôle dans la série Mission Impossible.

Seule la dernière partie est un peu plus foutraque, notamment à cause d’effets spéciaux qui ont pris un coup de vieux si vous revoyez le film maintenant et quelques faux raccords malfichus (dans la scène en Antarctique, Scully se retrouve mystérieusement munie d’une paire de chaussures pour marcher dans la neige alors qu’elle était pieds nus juste avant).

Pour autant, et malgré toutes les qualités que présentent le long métrage, Combattre le Futur n’est pas la meilleure porte d’entrée dans l’univers de Fox Mulder et dans sa quête pour la Vérité. Non, si vous décidez de vous lancer dans un visionnage intensif de X-Files avant la diffusion des nouveaux épisodes courant 2016, il vaut mieux commencer par la première saison. L’épisode pilote est merveilleusement écrit et résume en 50 minutes ce que sera la série par la suite. Certes, il faudra vous accrocher pour quelques épisodes dans la première saison, mais la suite fait partie des meilleurs moments que la télé nous a offert ces dernières années, et il s’est écoulé une vingtaine d’années, ce n’est donc pas peu dire.

De fait, si Combattre le Futur n’est pas la meilleure portée d’entrée vers l’univers de X-Files, c’est au moins une excellente bande démo/

Ajoutez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.