Dernière journée entière pour mon envoyé spécial lyonnais à L’Etrange Festival ce lundi 05 avril. Avant de vous parler plus en détails de The Countess, de Blackaria ou encore de Mammuth projeté ce mardi en guise de conclusion, voici le dernier compte-rendu : Eating Raoul de Paul Bartel et la version d’Jan Svankmajer d’Alice au Pays des Merveilles sont au programme.
Rendez-vous ici-même pour quelques critiques et rencontres avant-premières donc mais aussi en septembre pour la version parisienne du festival.

Nous voilà au dernier gros jour de Festival à Lyon, Mammuth clôturant l’évènement demain mardi 6 avril. La matinée est consacrée à Blackaria, film français dont on vous parlera plus en détails. Après la séance, l’équipe du film reste une heure dans la salle pour répondre aux questions et discuter avec les spectateurs. Très abordables et très agréables, François Gaillard et Christophe Robin nous parlent cinéma, difficultés de production, et surtout Gialli avec passion.

À 14h, le deuxième film de la rétrospective Paul Bartel réserve une belle surprise à la salle hilare. En effet, libre des contraintes des studios, Bartel proposa, avec Eating Raoul, une comédie satirique d’une efficacité redoutable tant les situations improbables s’enchaînent sans laisser le temps au spectateur de reprendre son souffle. Grâce aux interprétations parfaites de ses acteurs principaux, on se délecte à suivre les aventures hors du commun d’un couple américain lancé dans une série de meurtres visant à réunir l’argent nécessaire pour acheter un restaurant. Leur technique? Appâter les victimes en leur promettant d’exaucer leurs plus pervers et déviants fantasmes sexuels. Tout va bien, du moins jusqu’à ce qu’ils rencontrent Raoul, un autre bandit professionnel. Rien de vulgaire, c’est bon enfant de bout en bout et on passe un excellent moment.

La troisième projection de la journée confirme le succès sans précédent de l’Étrange Festival puisque Alice, de Jan Svankmajer (1988), fait salle comble. Usant à la fois de prises de vue réelles et d’animation, le film est une prouesse technique assez impressionnante. Cependant, il souffre un peu d’un rythme saccadé par une narration à la première personne redondante. Alice reste toutefois une curiosité très intéressante, qui conclue en beauté la thématique Alice aux Pays des Merveilles.

Plus tard sera diffusé le dernier Bartel, Lust in the Dust, que je ne pourrai hélas pas voir.

En définitive, le bilan du festival est très positif: une hausse de 50% de la fréquentation par rapport à la 2ème édition, un public très réceptif aux raretés débusquées, et un déroulement au poil, avec des invités pour la grande majorité ouverts et abordables. Sur CloneWeb, nos coups de cœur sont Splice et The Countess en ce qui concerne les avant-premières, Valérie ou la semaine des merveilles pour la thématique Alice, Eating Raoul pour la folie de Paul Bartel, l’unique Marquis si un mouvement de Panique! vous viendrait un jour, sans oublier le très prometteur Blackaria.

L’équipe de CloneWeb remercie donc chaleureusement les organisateurs de l’Étrange Festival de Lyon pour leur accueil, leur sympathie, et leur excellent travail. En espérant qu’on se reverra bientôt pour partager notre passion commune. Le festival se prolonge aussi un peu sur CloneWeb, avec les critiques de The Countess et Mammuth, et d’autres petites choses dans les jours qui arrivent.

-Arkaron

Ajoutez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.