Le weekend de Pâques à Lyon se passe au cinéma. Au programme de ce samedi 5 avril : Villemolle 81, un film autoproduit du réalisateur de Persepolis, un documentaire consacré aux super-héros et à la censure, et enfin The Holy Mountain d’Alexandro Jorodowsky.
Comptes rendus et critiques ci-dessous.

On attaque cette troisième journée de festival à 11h avec une avant-première assez spéciale, puisqu’il s’agit du nouveau film de Winschluss, Villemolle 81. Ainsi, Winschluss, de son vrai nom Vincent Paronnaud (auteur du récompensé Pinocchio, et co-réalisateur de Persepolis), nous gratifie ici d’un film auto-produit, drôle, et ambitieux. La première moitié du métrage s’apparente à un reportage sur le village de Villemolle, patelin plus que paumé aux habitants atypiques lorsqu’à mi-temps, Winschluss nous balance une météorite dans la figure histoire d’enchaîner joyeusement avec des zombies! Malgré le budget très serré, le réalisateur arrive à mêler les techniques narratives et les formes d’expression: couleurs, noir et blanc, maquettes ouvertement grossières et animation se côtoient donc en permanence. Si l’humour est omniprésent et que le film fait mouche presque à tous les coups, l’ensemble garde, hélas, un air de récréation entre potes, particulièrement au niveau des acteurs, qui surjouent volontairement, créant de fait ce sentiment d’extériorité pour le spectateur. Villemolle ne sortira pas au cinéma, il sera directement distribué en DVD dans des boutiques spécialisées et disponible sur internet. Un bon exercice sur le genre zombifique.

L’après-midi s’entame avec le documentaire Marvel 14 : les superhéros contre la censure, présenté par ses deux réalisateurs et par leur invitée de marque: Claude Vistel, ancienne présidente des éditions Lug. 52 minutes de reportage didactique sur la situation politico-économique de la France de l’après-guerre aux années 1990 afin d’expliquer les raisons de la censure opérée sur les comics de l’époque. De nombreux intervenants se succèdent, levant le voile sur les interrogations que tout jeune lecteur de cette période se serait légitimement posées. S’en suit un débat autour du sujet, ponctuées de questions générales ou d’interventions de spécialistes très spécialisés sur le sujet. La version courte du documentaire (26 minutes) a été vendu à la chaine cablée SyFy, qui le diffusera à la fin du mois d’avril, après Superman III, de Richard Lester.

À 17h, le très attendu The Holy Mountain, d’Alexandro Jorodowsky, deuxième film de la rétrospective Panique! (le premier étant Marquis), fait presque salle comble. Jorodowsky est surtout connu en France pour son travail dans la bande dessinée (L’Incal), cependant, sa carrière cinématographique comporte cinq films, plus quelques projets actuellement en préparation. Assez intriguant au premier abord, La Montagne Sacrée se révèle en fait être une relecture plus ou moins cabalistique (d’autres influences religieuses sont mêlées aux symboliques) de la quête cathartique de la rédemption. Chaque personnage est étoffé, et plusieurs traits de la société sont condamnés de manière acerbe, non sans répétitions malheureuses qui alourdissent passablement la narration. À voir donc, surtout pour l’implication de Jorodowsky dans le projet et quelques scènes envoûtantes.

La soirée continuera, sans moi, avec l’avant-première Accidents Happen, un film inédit en France, et Les Tringleuses, l’unique projection pornographique du festival.

-Arkaron

Ajoutez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.