3e jour d’Alex sur les Planches de Deauville avec au programme le film de Michael Almereyda avec Peter Sarsgaard et Winona Ryder intitulé Experimenter et prévu pour la fin de l’année mais aussi le nouveau long métrage de Zoe Cassavetes.

Mais Deauville est aussi l’occasion de redécouvrir de grands classiques dans les meilleures conditions possibles. L’hommage a rendu à Keanu Reeves incluait logiquement une projection d’un des meilleurs films du monde, Matrix, l’occasion de vous renvoyer vers notre analyse séquentielle du film.

 

Experimenter – Sortie le 18 novembre 2015
de Michael Almereyda

En 1961, Stanley Milgram réalise une expérience sociologique : des personnes lambdas croient qu’elles envoient des décharges électriques à un inconnu dans une autre pièce. Même si la victime fait semblant de crier, les scientifiques ordonnent au volontaire de continuer. Cette expérience a permis de voir jusqu’à quel point un homme soumis à l’autorité peut commettre certains actes sans se remettre en question.
Présenté comme un biopic classique, Experimenter est pourtant un film assez atypique, surtout dans sa mise en scène (le découpage étant ultra linéaire). Le réalisateur, Michael Almereyda offre une réalisation très plastique. Les décors se résument souvent à quelques objets, et le fond n’est qu’un papier peint représentant un paysage ou une pièce. Si l’aspect peut déranger, il a néanmoins l’audace de proposer quelque chose sortant un peu des sentiers battus. Egalement, Sarsgaard, qui incarne Milgram avec une justesse incroyable, n’hésite pas à briser la barrière de l’écran en s’adressant à plusieurs reprises au spectateur. Enfin, toutes les ellipses et cartons de fin qu’on a l’habitude de voir dans ce genre de films disparaissent au profit d’une voix-off, celle de Milgram.
Si Experimenter n’arrive pas à dépasser le stade du biopic Wikipedia, il arrive tout de même à nous expliquer simplement et sans qu’on s’ennuie une expérience qui n’a, sur le papier, rien de cinématographique. La mise en scène d’Almereyda est également aidé par un sublime duo, celui de Peter Sarsgaard et Winona Ryder qui semble faire son grand retour et qui n’a pas perdu de son talent.

 

Day out of days – Sortie prochaine
de Zoe R. Cassavetes

Hollywood fascine Hollywood. Après Somewhere, Birdman ou encore Maps to the star, Zoe Cassavetes, fille de, s’attaque au mythe Hollywoodien et des coulisses pas toujours rose. Le film démarre sur un junket d’une jeune actrice en vogue où la journaliste lui demande où elle se voit dans 10 ans (riche, avec son copain de l’époque, des enfants, plein de super rôles). Ecran titre, 10 ans plus tard : sa vie est nulle. Elle est devenue une actrice ringarde en enchaînant des films minables et en ne décrochant aucune audition, seule, sans enfant et elle a des problèmes d’argent.
Zoe Cassavetes ayant passé beaucoup de temps sur les tournages avec son papa, on sent qu’elle connait son sujet. Ainsi donc, Day Out Of Days a la force de ne jamais tomber dans le cliché et même si certaines scènes sont déjà vues (le producteur pervers), le tout offre un vrai soucis de réalisme.
Si le film est également superbement mise en scène, il est complètement vain. On passe un bon moment, tout est intéressant. Mais on en ressort en disant “oui… et ?”

 

Ajoutez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.