Deauville, deuxième jour.

La pluie a laissé place au soleil et les stars arrivent. Orlando Bloom a inauguré sa cabine après Keanu Reeves. Alison Brie, dont l’interview sur CloneWeb est à venir, est venue présenté Jamais entre amis dont vous pouvez retrouver la critique ici.

Au programme aujourd’hui, deux films : Sarah Silverman dépressive et Kevin Bacon avec une moustache.

 

I Smile Back (2015)
de Adam Salky

Malgré son titre et son actrice (Sarah Silverman est une humoriste géniale, en atteste son sketch chez Jimmy Kimmel), I Smile Back est un film extrêmement noir. En effet, il raconte le quotidien d’une bipolaire maniaco-dépressive, alcoolique et droguée à ses heures.
Si sur le papier, ça semble cliché, à l’écran il n’en est rien. Le personnage de Laney et toutes les scènes la mettant face à sa famille sont criants de vérité. La mise en scène d’Adam Salky est d’une sobriété rare et laisse Sarah Silverman porter le film sur ses épaules tant son jeu est simplement incroyable. Touchant et dur, on suit l’autodestruction d’une jeune femme et de l’influence familial sur la bipolarité. Tout est traité avec justesse et même s’il a quelques longueurs, on en sort secoué.
Fort probable que le film ne sorte pas en France, il n’a ni date de sortie, ni distributeur.

 

Cop Car – Sortie prochaine
de Jon Watts

Si le nom de Jon Watts ne vous dit rien, vous allez bientôt en entendre beaucoup parler. Il a actuellement la lourde tâche de réaliser le prochain Spider-Man version Marvel Studios.
Loin des super-héros, on y suit ici deux gamins de 10 ans, en fugue, qui retrouvent une voiture de flic, visiblement abandonnée. Ils font évidemment ce que tout enfant ferait avec ça : des conneries. Après avoir fait quelques scénarios à base de “on tombe dans la lave”, ils trouvent les clés et la démarrent. Mais le shérif (Kevin Bacon et une superbe moustache) de la ville revient pour trouver sa voiture et elle n’y est plus. S’engage alors une chasse à l’enfant effrénée.
Cop Car est un véritable OVNI, un film complètement barré oscillant entre différents genres et respirant les influences des années 80 à plein nez. Des Goonies, on enchaîne à un gros thriller pour finir sur un mix entre Duel et Sugarland Express (il y’a d’ailleurs beaucoup de Spielberg dans le traitement des enfants).
Si le long-métrage ne raconte au final pas grand chose, il n’en est pas moins divertissant et surtout riche d’un humour aussi drôle que noir. Un sacré bon moment de rigolade et d’aventure.

Ajoutez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.