Une comédie romantique sur CloneWeb ? Oui, mais pas n’importe laquelle. Difficile de passer, en cette mi-février, à coté de Valentine’s Day. Non seulement, la promo du film a été millimétrée pour se caler sur la date du 14 mais aussi, et surtout, le casting du nouveau film de Garry Marshall vaut à lui seul qu’on s’intéresse. Voici donc une critique tout en rose…

Valentine’s Day – Sortie le 17 février
Réalisé par Garry Marshall
Avec Julia Roberts, Jessica Alba, Anne Hathaway, Jennifer Garner, Bradley Cooper, Jessica Biel, Jamie Foxx, Ashton Kutcher…

Quoi de mieux que de sortir un film sur la Saint Valentin… trois jours après la Saint Valentin (quoique vous l’aurez compris, la plupart des cinémas de France ont passé une avant-première ce dimanche, une bonne occasion donc pour sortir).
Valentine’s day était annoncé comme le nouveau « Love actually ». Déjà utilisée pour « Ce que pensent les hommes », le réalisateur de « Pretty Woman » reprend pourtant exactement la même recette pour nous pondre une comédie mielleuse ultra cucul sur la Saint Valentin. Et pourtant…

Saint Valentin… fête des amoureux… Ce jour-là, les coeurs battent la chamade de Tokyo à Ouagadougou, de Moscou à Tananarive et de Londres à Sydney, tandis que s’échangent sous toutes les latitudes promesses, fleurs et messages, cadeaux et câlins qui font rimer tendresse avec promesse, amour avec toujours.
Grand maître de la comédie romantique, Garry Marshall sonde les coeurs qui, ce jour-là, se cherchent dans Los Angeles et fait s’entrecroiser les destinées d’une multitude de personnages de tous âges, incarnés par l’un des plus beaux castings des deux dernières décennies.

Là où Love Actually (puisque c’est la référence dans le genre « comédie américaine aux destins croisés ») avait raté le fait de recouper les histoires entres elles, ici, le réalisateur de « Just married… ou presque » réussit son pari, grâce au personnage de Ashton Kutcher (qui joue étonnamment bien) ciment de tous les protagonistes du film. Il l’est d’ailleurs peut-être un peu trop puisque l’ancien présentateur de Punk’d est présent à 70% à l’écran, volant alors la vedette à des stars tels que Julia Roberts ou Bradley Cooper, si bien que certaines histoires passent à la trappe et ne sont que clairement secondaires.

Enchaînant les clichés, le scénario un tant soit peu tiré par les cheveux, n’est pas bien plus grand qu’une feuille de papier toilette. Le film reste très convenu et on devine aisément la fin au bout de 15 minutes. Coté casting, hormis Bryce Robinson et Shirley McLaine qui surjouent complètement, les acteurs sont tous impeccables dans leurs rôles qui leurs vont à merveilles.
Et pourtant la mayonnaise prend. Garry Marshall a le luxe de s’offrir un casting de beaux gosses, que ce soit pour faire plaisir au public féminin (Eric Dane, Ashton Kutcher ou encore Patrick Dempsey pour ne citer qu’eux) ou masculin (Jennifer Garner, Jessica Alba, Julia Roberts…). On passe alors un agréable moment en observant les déboires amoureux de couples et célibataires en tout genre, nous offrant alors 2-3 scènes d’anthologies et quelques grosses barres de rire.

Bien évidemment, le film est à voir dans la période de Saint-Valentin où tout fleure bon l’amour. Si vous n’êtes pas fervent des comédies américaines mielleuses, où tout est rose, où le bien triomphe du mal, avec le « happily ever after », si vous n’êtes pas cucul ou niais, alors, vous trouverez ce film d’un ennui absolu. Pour les autres, courrez en salles.

– Alex

1 commentaire

  • Broack Dincht mercredi 17 février 2010 0 h 33 min

    je crois que je vais plutôt aller voir Fantastic Mr Fox

Ajoutez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.